Le Café qui réveille l'Info

Affaire Boffa Bayotte : 15 détenus devant le juge, lundi 21 mars

C’est lundi prochain que va débuter le procès des présumés auteurs de la tuerie de Boffa Bayotte qui avait eu lieu en janvier 2018. Ce procès est très attendu en Casamance aussi bien par les familles des présumés coupables que par les observateurs. En fait, beaucoup trop de choses ont été dites et redites au sujet de cette affaire. Beaucoup de voix, et notamment celle de l’avocat de la défense Me Clédor Ly, des familles des détenus et celles d’analystes ont de tout le temps soutenu que les accusés ne sont pas les véritables auteurs de ce massacre.

On se rappelle que Me Ciré Clédor Ly a toujours clamé que ses clients sont des innocents et que les véritables coupables de cette tuerie courent toujours. Il n’a jamais cessé d’accuser la gendarmerie d’avoir bâclé l’enquête qui a abouti à leurs arrestations. Il n’a également cessé de dénoncer le fait que les circonstances de cette tuerie n’ont jamais été reconstituées par la justice, malgré son insistance pour que cela soit fait. La lenteur avec laquelle ce dossier est traité a été également souvent dénoncée par les proches des présumés coupables. Et c’est récemment que la date du jugement a été fixée par le tribunal de Ziguinchor. Mais avant cela, 10 personnes parmi les 25 détenus ont bénéficié d’un non lieu et deux autres ont obtenu une liberté provisoire.

Donc c’est vraisemblablement 15 personnes qui seront appelées à la barre ce lundi. Mais si l’on se fie à une source proche du dossier, il risque de ne pas y avoir de procès lundi parce que les conditions d’un jugement des prévenus ne seraient pas réunies. Et cela fait dire à notre interlocuteur qu’en lieu et place, c’est une liberté provisoire qui se dessine pour les présumés coupables. Pour rappel, cette tuerie de Boffa-Bayotte qui avait suscité une très forte indignation dans l’ensemble du pays avait occasionné la mort de quatorze exploitants forestiers qui avaient été froidement exécutés par des hommes non identifiés armés de fusils. Et quelques jours après cet événement, plusieurs personnes originaires de villages environnants de cette forêt avaient été arrêtées par la gendarmerie et mises en détention. Avec Seneplus)

Les commentaires sont fermés.