Le Café qui réveille l'Info

La nomination d’un PM est devenue une « demande sociale et nationale », déclare Boubacar Ba

En marge d’un forum sur la gouvernance locale à Pikine, Boubacar Ba, ancien DG de l’OFEJBAN (Office pour l’emploi des jeunes de la banlieue) s’est exprimé du retard de la nomination du poste de Premier ministre. D’après l’ancien responsable du PDS dans la banlieue, cette nomination est devenue une « demande sociale et nationale ». Il estime que le Président Macky Sall est entouré d’hommes compétents qui peuvent occuper cette fonction. Boubacar Ba lance un appel d’urgence au chef de l’Etat pour qu’il prenne très rapidement cette décision afin de remettre tout le monde au travail et de se concentrer sur les questions essentielles, telles que l’emploi des jeunes, l’exploitation du pétrole et du gaz, de la crise liée à la guerre en Ukraine, du commerce et de l’agriculture.

Boubacar Ba a profité du forum sur la gouvernance locale à Pikine pour lancer un cri de cœur au président de la République, qui était son ancien collègue au bureau de la Cellule Initiatives et Stratégies du PDS. Structure des cadres du PDS que Macky Sall dirigeait à l’époque. L’ancien responsable politique dans la banlieue a demandé au Président Sall de siffler la fin de la récréation.

« La première approche où le premier acte à poser dans ce sens, c’est d’abord la nomination du Premier ministre qui est devenue une demande sociale, qui est devenue une demande nationale parce que tout simplement, il en avait fait la promesse et qu’une procédure d’urgence avait été introduite à l’Assemblée nationale pour le retour de ce poste au niveau de la Constitution », a déclaré Boubacar Ba, ancien DG de l’OFEJBAN.

« Chose faite, les élections derrière nous, je crois qu’il lui revient aujourd’hui, de prendre toutes les dispositions pour accélérer ce processus-là et que cela ne puisse pas dépasser cette semaine », a-t-il ajouté.

Selon lui, toutes les attentes dans ce pays sont tournées vers cette nomination. Boubacar Ba estime que le président de la République a de fortes têtes autour de lui « des gens bien préparés pour occuper cette fonction de Premier ministre. Alors tout le monde se pose la question, quel est le problème ? Qu’est-ce qui explique cette lenteur dans cette décision-là», s’est-il interrogé.

« Le Premier ministre doit être quelqu’un de  très engagé, très travailleur, très compétent et très engagé politiquement pour la stabilité de ce pays »

Il a souligné que le profil du Premier ministre attendu dans ce pays, doit être quelqu’un de « très engagé, très travailleur, très compétent et très engagé politiquement pour la stabilité de ce pays et cela est très attendu dans ce pays ».

Car, à l’en croire, cette situation arrange ses adversaires. « Vous savez l’opposition saisie la balle au rebond est en train de dérouler au détriment même de l’Etat du Sénégal et de Benno Bokk Yakaar. Parce que tous ces actes qui sont jusqu’à présent posés, qui sont aujourd’hui, des appels va-t-en-guerre ne contribuent pas à la stabilité du pays et au finish, on a l’impression que le Sénégal est sous l’otage des hommes politiques », a-t-il dit.

Ayant travaillé avec Macky Sall, il lance un appel d’urgence pour que le chef de l’Etat prenne très rapidement cette décision très attendue par les Sénégalais « pour remettre tout le monde au travail pour que surtout enfin les Sénégalais se concentrent sur les questions essentielles ».

Pour l’ancien responsable du PDS, il urge de s’occuper de l’emploi des jeunes, de l’exploitation du pétrole et du gaz, de la crise liée à la guerre en Ukraine, du commerce et de l’agriculture. « Aujourd’hui, il y a un vaste programme sur l’emploi des jeunes, qui a besoin d’évaluation et de suivi. La crise qui s’annonce à nos portes, crise liée à cette guerre en Ukraine. Dans les mois à venir, forcément, il y aura des ruptures de stocks aussi bien dans l’alimentation que dans le pétrole. Alors, il est urgent d’activer les secteurs de l’agriculture, du commerce et tout autre secteur pour prévenir cette situation alarmante», a indiqué Boubacar Ba.  

«Je crois que l’urgence, c’est à ce niveau-là que d’entendre des leaders politiques qui dont chacun d’entre eux estime qu’il devrait demain être aux commandes de ce pays appelé à la résistance politique et non à la résistance économique », a-t-il souligné. (Avec PressAfrik)

Les commentaires sont fermés.