Le Café qui réveille l'Info

Top Actu Afrique : L’essentiel de l’actualité du continent du 16 Mars 2022

1- La Gambie face à un afflux de déplacés de Casamance en raison de l’opération militaire sénégalaise

En Gambie, le nombre de déplacés et de réfugiés continue de grandir après le début dimanche 13 mars d’une opération militaire sénégalaise d’envergure au nord de la Casamance. Depuis le weekend, de nombreuses communautés accueillent des personnes qui ont fui les détonations et coups de feu, notamment à Bujingha, dans le district de Foni, du côté gambien de la frontière. À quelques kilomètres de Bwiam, au sud de la Gambie, le petit village de Bujingha accueille depuis samedi 12 mars une centaine de personnes déplacées en provenance de quatre villages proches de la frontière. Dans ce village, les personnes déplacées dorment dans une salle commune, à même le sol. Mais, comme l’explique Tuti, tout est prêt pour prendre la fuite, à nouveau, si les combats continuent de se rapprocher : « C’est pour ça qu’on prépare notre repas très tôt pour qu’on puisse manger et ensuite attendre et se préparer. Si on entend d’autres bruits, différents des autres, on fera nos affaires et on ira vers un autre village. » (Avec RFI)

2- RDC : L’état de siège en débats à l’Assemblée nationale

La question de l’état de siège dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu a été évoquée dès l’ouverture de la session parlementaire, ce mardi, en RDC. Une question orale avec débat a été adressée au ministre de la Défense par le député Jean-Baptiste Kasekwa. Alors que la session parlementaire vient de s’ouvrir en RDC, comme on pouvait s’y attendre, la question de l’état de siège en vigueur, depuis le mois de mai, dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu, s’est très vite invitée dans les débats. L’initiative a été prise par le député Jean-Baptiste Kasekwa, un élu de l’ECiDé de Martin Fayulu. Le parlementaire a dressé un bilan précis, mais très peu reluisant de l’état de siège. Selon lui, il y a « 7 civils tués par jour depuis l’instauration de l’état de siège dans la province du Nord-Kivu ». (Avec Afrik.com)

3- Centrafrique: Réactions à Bangui après l’arrestation de l’ex-chef anti-balaka Maxime Mokom

L’ancien ministre et chef anti-balaka Maxime Mokom est depuis lundi sous les verrous à La Haye. Mokom est suspecté de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité commis lors de la guerre civile en 2013 et 2014. A Bangui, les associations de victimes et les autorités accueillent avec satisfaction le transfert à la CPI de Maxime Mokom. « Cela va dans le sens de la lutte contre l’impunité », se réjouit le porte-parole de la présidence le ministre Albert Yaloke Mokpeme. Il ajoute que Mokom « n’a pas respecté les consignes » en franchissant la frontière centrafricaine. Il a arrêté à la frontière entre le Tchad et la Centrafrique, les autorités tchadiennes l’ont remis à la CPI ce lundi 14 mars. Après l’échec du coup de force lancé par la coalition rebelle CPC en janvier 2021, l’ancien ministre avait trouvé refuge avec d’autres leaders de groupes armés à Ndjamena, dans l’attente d’une avancée dans les négociations de paix menée par l’Angola. La nouvelle en revanche jette un froid parmi les autres leaders des groupes armés, toujours en exil au Tchad, à la demande de l’Angola et dans l’attente d’une avancée dans les négociations de paix menées sous l’égide de la CIRGL. (Avec RFI)

4- Niger : La galère des 8 dignitaires rwandais toujours bloqués au Niger

Les huit Rwandais acquittés par le TPIR et libérés après avoir purgé leur peine sont toujours en attente au Niger. Début décembre, ils avaient été transférés d’Arusha à Niamey sur la base d’un accord entre le Niger et le mécanisme de l’ONU chargé des derniers dossiers du TPIR. Mais fin décembre, Niamey revenait sur sa décision. Le 7 février, un juge du TPIR avait ordonné que les huit hommes soient renvoyés vers Arusha, le temps de trouver un pays d’accueil. Mais Niamey n’a jamais exécuté l’ordonnance. Cette fois c’est la Tanzanie qui s’oppose au retour des huit Rwandais sur son territoire. Pendant des années, ils ont habité à Arusha dans une résidence de l’ONU. Mais Dodoma estime aujourd’hui que l’accord temporaire en vigueur avant leur départ pour le Niger n’est plus valable. (Avec allAfrica)

5- Les groupes djihadistes progressent encore dans les pays de l’Ouest africain

« Les terroristes s’étendent à travers l’Afrique à la fois en termes d’avancées géographiques et d’influence, et les efforts américains de lutte contre le terrorisme ne sont pas satisfaisants. Nous devons faire plus, nous devons faire mieux.” Derrière ces mots, le général Stephen J. Townsend, chef du Commandement militaire américain pour l’Afrique (Africom), dans un point de presse tenu fin du mois dernier et qui a balayé les enjeux et les menaces sur tout le continent africain. Pour le militaire américain, la situation dans le Sahel est particulièrement inquiétante. Il épingle le fait que le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) continue de s’étendre, en progressant vers les États côtiers. “Nous avons vu des attaques récentes au Bénin, au Togo et en Côte d’Ivoire. Pour moi, ces attaques prouvent que cette expansion est une réalité. Ces faits m’inquiètent et ils démontrent surtout que l’intervention militaire ne peut être qu’une partie de la solution. Nous pouvons continuer à aider les forces locales, elles enregistrent des succès tactiques sur le terrain, mais ces interventions militaires doivent être soutenues par une bonne gouvernance et un bon développement. Tant que nous n’aurons pas une approche 3D cohérente (diplomatie, développement et défense) de la part non seulement des partenaires africains mais aussi de tous les partenaires internationaux, y compris les États-Unis, je pense que les terroristes continueront à en profiter et poursuivront leur expansion”, a-t-il mis en garde. (Avec La Libre Afrique)

6- Somalie : Toujours pas de date pour les élections parlementaires

La Somalie n’a pas achevé les élections à la chambre basse du parlement à la date butoir fixée à mardi, marquant un énième retard dans le processus électoral qui doit mener à la désignation d’un nouveau président, attendue depuis plus d’un an. Le gouvernement somalien, qui avait repoussé le mois dernier au 15 mars le délai pour boucler la désignation des membres de la chambre basse, n’avait fait aucune communication mardi en début de soirée. Mardi, les États fédéraux du Sud-Ouest et du Galmudug ont conclu l’élection de leurs représentants, mais 40 des 275 sièges de la chambre basse restaient à pourvoir dans trois États (Jubaland, Hirshabelle, Puntland), selon un décompte de l’AFP basé sur les données officielles. (Avec Africanews)

7- Bénin : 13 Burkinabè et 04 maliens déposés en prison pour « fausses attestations » et « faux visas »

17 étrangers dont 13 Burkinabè et 04 maliens ont été présentés au Procureur de la République près le tribunal de première instance de première classe de Cotonou pour fausse attestation. Ils sont d’accusés d’avoir imité la signature sur des documents de voyage. Les mis en cause ont été placés en détention préventive. 13 Burkinabè et 04 Maliens mis sous mandat de dépôt pour fausses attestations et faux visas. Ils ont été épinglés en Guinée Equatoriale et expulsés vers le Bénin d’où ils ont pris départ. Selon les informations de Frissons radio, les 17 étrangers seront jugés en avril prochain. A noter que l’opération a été menée suite à l’alerte donnée par le Consul de la Guinée Equatoriale à Cotonou. (Avec Benin web tv)

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.