Le Café qui réveille l'Info

Top Actu Afrique : L’essentiel de l’actualité du continent du 8 Mars 2022

1- RDC : Peine de mort requise contre Ferdinand Kambere, le SPA du PPRD se dit victime d’une cabale

Ferdinand Kambere est toujours détenu à la prison centrale de Makala, à Kinshasa. Lundi 7 mars, le ministère public a requis la peine capitale contre lui. Il est poursuivi pour tentative de meurtre à la suite d’une plainte de Ardent Kabambi qui s’était filmé le visage couvert de sang affirmant avoir reçu des coups de la part de ce haut cadre du parti de Joseph Kabila dans un restaurant de Kinshasa. 

Ferdinand Kambere a plaidé non coupable et le tribunal de grande instance de Kinshasa-Gombe se prononcera d’ici à 8 jours.  Pour rappel, le Parquet Général avait décidé d’envoyer ce dossier au Tribunal pour Tentative de meurtre, malgré le retrait de plainte d’Ardent Kabambi, et l’absence de confrontation avec le plaignant.(Avec Actualité cd)

2- Libye : L’accord sur l’égalité entre hommes et femmes victime de la lutte pour le pouvoir

Le Conseil des ministres libyen de transition dirigé par Abdelhamid Dbeibah suspend la mise en œuvre d’un accord avec les Nations unies sur l’égalité entre hommes et femmes. Une décision prise la veille de la Journée internationales des droits des femmes lors d’une réunion du gouvernement dimanche dernier. Un nouveau gouvernement a prêté serment devant le Parlement jeudi dernier et son chef Fathi Bachagha s’efforce d’évincer l’exécutif en place à Tripoli.

La suspension de l’accord avec les Nations unies sur l’égalité hommes-femmes est prise, selon le communiqué officiel « par précaution au regard du conflit de certains de ses articles avec les dispositions de la charia (loi) islamique ». Pourtant Houriya Tourmal, la ministre d’État aux affaires des femmes qui a été largement critiquée par les islamistes, avait bien précisé en octobre dernier lors de la signature de l’accord que : « la loi nationale prime au cas de contradiction ».(Avec RFI)

3- Burkina Faso : Le nouveau gouvernement rappelle ses priorités

Au Burkina Faso, le nouveau gouvernement rappelle ses priorités | Flipboard

Au Burkina Faso, la nouvelle équipe gouvernementale s’est réunie ce lundi 7 mars pour le premier conseil autour du président de la Transition.

Ces 25 femmes et hommes ont été choisis en fonction de leur compétence, leur probité morale et leur engagement total à servir le pays, affirme le Premier ministre Albert Ouédraogo qui souligne que cette équipe est conforme à la charte de la transition.  » Ces membres sont pour la plupart des techniciens de leur domaine et capables d’impulser une nouvelle dynamique dans la construction d’un Burkina nouveau que le président du Faso et le peuple burkinabè appellent de tous leurs vœux. La situation est certes difficile, mais pas hors de portée, pour peu que nous ayons un sursaut patriotique pour mener ce seul combat qui vaille qui est de sauver ce pays « , a-t-il déclaré.(Avec allAfrica)

4- Afrique : Les femmes doivent être au centre de la zone de libre-échange transformatrice du continent

L’ambassadrice Mathu Joyini a débuté son rôle de représentante permanente de l’Afrique du Sud auprès des Nations Unies en janvier 2021, devenant ainsi la première femme sud-africaine à occuper ce poste.

Représentant le groupe des États africains, elle est la présidente du bureau de la Commission de la condition de la femme (CSW) pour 2022. Elle a défendu des causes liées à la paix et à la sécurité en Afrique, aux droits de l’homme et à l’autonomisation des femmes, entre autres. Dans cet entretien avec Kingsley Ighobor d’Afrique Renouveau, l’Amb. Joyini parle de son travail et de son parcours professionnel. Voici des extraits de l’interview : « Les gouvernements sont les premiers responsables de la promotion de l’égalité entre les hommes et les femmes ; il faut toujours leur rappeler qu’ils doivent joindre le geste à la parole. Ce n’est pas toujours le cas. Lorsque les femmes occupent des postes de direction dans les espaces publics, elles sont susceptibles de promouvoir d’autres femmes. Je peux le dire dans mon cas. Mais encore une fois, je représente mon président, qui soutient fermement l’égalité des sexes. » (Avec allAfrica)

5- Éthiopie : Michelle Bachelet dénonce une dégradation de la situation des droits humains

Michelle Bachelet

La guerre en Éthiopie continue de faire des victimes, et la situation des droits humains ne cesse de se détériorer. C’est ce qui ressort de l’intervention de Michelle Bachelet, Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits humains, ce lundi.

La Haute-Commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme, Michelle Bachelet, s’est exprimée, ce lundi 7 mars, devant le Conseil des droits de l’Homme. Occasion pour l’ancienne Présidente chilienne de dénoncer une sérieuse dégradation de la situation des droits humains en Éthiopie, depuis fin novembre où elle s’est « significativement détériorée ». Les régions Afar, Amhara et Tigré ont été le théâtre de sérieuses violations des droits humains. Selon la responsable onusienne, des centaines de cas de viols commis par les troupes tigréennes dans la région Amhara ont été dénombrées.(Avec Afrik.com)

7- Mali : Le Conseil de sécurité condamne les attaques contre un convoi de la MINUSMA dans le centre du pays

Dans un communiqué publié par le conseil à l’unanimité des 15 pays

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a fermement condamné l’attaque qui a visé lundi un convoi de la Mission des Nations Unies au Mali (MINUSMA), qui a fait deux morts parmi les soldats et qui en a blessé quatre autres, tous originaires d’Egypte.

C’est ce qui ressort d’un communiqué diffusé par le Conseil et adopté à l’unanimité des 15 pays, à l’aube de mardi, dont l’Agence Anadolu a reçu une copie.

“Les membres du Conseil de sécurité condamnent avec la plus grande fermeté l’attaque de lundi contre la mission de la MINUSMA, près de Mopti, dans le centre du Mali, qui s’est soldée par la mort de deux Casques bleus égyptiens et la blessure de quatre autres”, a indiqué le communiqué.(Avec Maliweb.net)

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.