Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 06 Mars 2022

1- 81e édition du Daaka de Médina Gounass : Heures de prière

C’est le début du Daaka, un grand évènement religieux qui dure 10 jours. A Médina Gounass, Dieu est exalté à travers des prières, des récitals de coran.

Les ministres Abdoulaye Sow et Abdou Karim Sall annoncent le recrutement de 100 jeunes pour assurer la propreté de la cité sainte et du site du Daaka qui ne cesse de se moderniser.

Abdou Karim Sall, ministre de l’Environnement et du développement durable était ce Samedi à Médina Gounass. Il conduisait une délégation composée du ministre de l’Urbanisme et de l’hygiène publique, Abdoulaye Seydou Sow, ainsi que beaucoup d’autres directeurs et chefs de services des ministères de l’Environnement et de l’Urbanisme, informe Le Quotidien.
Reçu par le khalife de Gounass, Thierno Amadou Tidiane Bâ, Abdou Karim Sall dit : « Nous sommes revenus dans la ville sainte de Médina Gounass pour les préparatifs du Daaka. Nous venons apporter notre appui au nom du chef de l’Etat, pour que le Daaka puisse se dérouler dans d’excellentes conditions comme le souhaite le président de la République, en apportant un matériel à travers l’Ucg qui a mobilisé des moyens conséquents pour que, avant, pendant et après, Médina Gounass soit propre et le site du Daaka aussi. » 

Il faut savoir que le Daaka est un mot d’origine mandingue, emprunté par les Peulhs du Fouladou, qui signifie « campement ». En ces lieux situés à 10 km de la cité, des milliers de pèlerins, pendant 10 jours, vont lire entièrement le Coran, plusieurs fois, invoquer le nom de Dieu et de son Prophète (Psl), faire ensemble les 5 prières et des prières surérogatoires.

2- Les travaux de la deuxième phase du TER lancés

Le président Macky Sall a officiellement lancé les travaux de la seconde phase du Train express régional (TER). Ce samedi, une cérémonie s’est tenue à cet effet, à l’aéroport international Blaise Diagne (Aibd), rapporte Igfm

« Le temps de l’action et des réalisations continue. Après l’inauguration du stade Me Abdoulaye Wade, et l’ouverture à la circulation du pont de Cambérène, cette deuxième phase du Ter portera sur un linéaire de 19km » a expliqué le chef de l’Etat.

Et ces 19 nouveaux kilomètres s’ajouteront aux 36km déjà réalisés entre Dakar et Diamniadio pour faire un total de 55 km en 2 voies. Seront construits, en sus, la passerelle piétonne de Sébikhotane et le pont de traversée, pour faciliter la mobilité.

«Il y a aussi une commande additionnelle de 7 trains pour porter le total de notre parc à 22 trains. L’ensemble de cette seconde phase coûtera 207 milliards de francs Cfa», a indiqué le président Macky Sall.

Il a déclaré que 200 travailleurs seront recrutés dans le projet. Et la gare de l’Aibd devra être livrée dans 11 mois. C’est-à-dire avant décembre 2023.

3- Colonel Kébé à Sonko : “Tu restes l’espoir de tout un peuple…”

Le colonel à la retraite, Abdourahim Kébé, renouvelle son estime et son soutien au leader des Patriotes africains du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (PASTEF), Ousmane Sonko. Pour lui, le maire de Ziguinchor reste l’espoir de tout un peuple.

À DÉCOUVRIR

“Il faut que le pouvoir prenne garde et accepte de t’affronter à armes égales. Les méprisables moyens non conventionnels sous forme de complots ou diffamations n’y feront rien. Tu restes l’espoir de tout un peuple”, déclare colonel Abdourahim Kébé.

L’ancien attaché militaire à l’ambassade du Sénégal à Washington témoigne toute sa solidarité au leader de Pastef. “Seul Dieu est aux commandes et il ne t’arrivera que ce qu’Il aura décidé. Je te renouvelle mon estime et mon soutien”, ajoute-t-il. (Avec Senego)

3- Menaces de mort contre le journaliste Pape Ndiaye : Le Synpics « condamne une série d’agressions contre la Liberté d’expression »

Le Syndicat des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal (SYNPICS) vole au secours du journaliste Pape Ndiaye. Le présentateur de l’émission judiciaire « Balance » sur Walf Tv a reçu des menaces de mort suite à une chronique sur l’affaire AdjiSarr/Sonko, au cours de l’émission PetitDej diffusée jeudi dernier.

Pape Ndiaye qui a saisi le Synpics, précise « avoir traité de l »affaire Sonko-adji sarr en disant que Adji Sarr qui poursuit l’actuel Maire de Ziguinchor de Viol, s’expose à des poursuites judiciaires pour avoir contrevenu au secret de l’instruction en se prononçant notamment sur un dossier en cours de traitement ». 

Depuis, il reçoit des « injures et menaces par appels téléphoniques et/ou messages vocaux via l’OTT whatsapp ». Il a d’ailleurs, dans sa saisine, produit « des dizaines d’éléments de preuves ».

Dans un communiqué parvenu à Seneweb, le Synpics « condamne cette série d’agressions contre la Liberté d’expression matérialisé par l’envoie de messages vocaux par des interlocuteurs dont certains ont des numéros de téléphones bien identifiés ». 

Le Syndicat, soutient son secrétaire général, « se tiendra aux côtés de Pape Ndiaye pour toute action ultérieure à même d’identifier et de traduire devant la justice les auteurs de tels insanités ». 

Le SYNPICS en appelle également à une « dénonciation systématique auprès de son secrétariat, de toute tentative de muselement de la presse par des injures et/ou menaces. Le BEN ne saurait en effet se prononcer publiquement sur un tel sujet si la ou les personnes directement visée (s) n’en informe (ent) pas par tout canal approprié ». 

4- 14 morts : “Le principal responsable n’est autre qu’Ousmane Sonko…”

L’affaire Ousmane Sonko/Adji Sarr est loin de son épilogue. Un an après, le dossier est toujours dans les tiroirs. Et pourtant, 14 personnes y ont perdu la vie. Et, selon Yankhoba Diattara, ministre de l’Economie numérique et des Télécommunications, Ousmane Sonko est le seul et unique responsable.

Le principal responsable n’est personne d’autre qu’Ousmane Sonko qui avait appelé à un ‘mortal kombat’. Alors que c’était une affaire privée qui devait, peut être se gérer entre deux personnes. De ce point de vue, la responsabilité de Ousmane Sonko est établie“, a déclaré ce dimanche Yankhoba Diattara, devant le Grand jury de la Rfm.

Le numéro 2 du parti Rewmi accable le leader de Pastef et souhaite que justice se fasse. “Nous laissons la justice le soin de faire son travail. Ousmane Sonko, en principe, moralement devait être très mal à l’aise. Moralement, il devait être affecté et très mal à l’aise. Parce que c’est lui qui a appelé à un combat alors que nous tous, au quotidien, nos affaires privées sont gérées de manière privée“, a-t-il dit.

Le Sénégal a connu une semaine infernale de violences. Plus de 10 jeunes ont perdu la vie à la suite des manifestations liées à l’affaire Ousmane Sonko/Adji Sarr, accusé de viol et menace de mort par la masseuse, relate Senego.

La Rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.