Le Café qui réveille l'Info

[Contribution] La biodiversité menacée, c’est notre vie qui est en sursis!

La biodiversité c’est le tissu vivant de notre planète. Cela recouvre l’ensemble des milieux naturels  et des formes de vie (plantes, animaux, champignons, bactéries…).

Le concept  de la biodiversité fait référence à l’ensemble des composantes et des variations  du monde vivant.

On y distingue trois niveaux d’organisation : la diversité écologique(les écosystèmes) ; la diversité spécifique(les  espèces) ; la diversité génétique (les gènes).

La biodiversité est importante pour la survie de toutes les espèces, car chaque espèce est adaptée à un ensemble  particulier  de conditions du milieu.

 VOICI A QUOI NOUS  RESTONS EXPOSES QUAND NOUS  NOUS ADONNONS A LA DEFORESTATION

La déforestation entraine une  destruction des habitats naturels  menaçant   ainsi la biodiversité terrestre pour les espèces de la faune et la flore  abritées par les forêts.

La déforestation entraine des émissions  de co2 contribuant aux changements climatiques  et la perte de couvert forestier  a un impact  sur le climat et le micro –climat local.

La déforestation entraine  des problématiques  de glissement  de terrain, coulée de boue, augmentation des inondations et menace  les besoins de subsistance  d’une personne sur cinq dans le monde dont des peuples autochtones.

La déforestation entraine une réduction  de l’évapotranspiration, une perturbation  du cycle de l’eau, menaçant  les nappes  phréatiques  et la disponibilité en eau potable.

La déforestation entraine une érosion des sols  et par la même occasion  des sécheresses et  de désertification menaçant les productions agricoles

La déforestation entraine une perturbation des forêts tropicales  qui augmentent les risques d’épidémies  et de propagation de maladies infectieuses  par les insectes et des animaux.

La perte de la biodiversité peut ainsi avoir  des conséquences néfastes et directes sur la santé ; par exemple en perturbant les fonctionnalités des écosystèmes, elle peut favoriser l’émergence  de maladies infectieuses ou causer des dérèglements à l’origine de catastrophes…

LA SUREXPLOITATION DES PRODUITS FORESTIERS , UNE FORME DE BRACONNAGE DEGUISEE :Dans un monde marqué par la cupidité , par la recherche effrénée de l’argent , nous assistons à une exploitation intense des produits forestiers Au nom de la création  de la richesse  et de l’emploi , la surexploitation  des produits forestiers  aggrave la décadence de la biodiversité ( déjà mal en point avec la déforestation)et menace ainsi notre survie ; de plus en plus on note l’apparition d’unités de transformation de produits forestiers à un rythme et une cadence  inconsidérés(transformation des produits tirés de la l’Andasonia digitata(baobab) du parkia biglobosa(néré), du datarium senegalensis(ditah), de  la Saba senegalensis (madd), de l’elais guineensis(palmiers)…Par cette surexploitation , nos entrepreneurs installent la famine au sein de l’écosystème ,rendent vulnérable  tout un nombre d’espèces, hypothèquent  la vie aussi bien animale que végétale et mettent en péril la vie humaine. Cette dernière vit aujourd’hui beaucoup de traumatisme du fait de l’apparition de maladies émergentes (zoonose entre autre) qui déciment sans distinction l’espèce humaine.

COMPRENONS QUE TOUT EST UTILE SI NOUS VOULONS VIVRE DANS UN CADRE HARMONIEUX, SI NOUS VOULONS AUGMENTER NOTRE ESPERANCE DE VIE : à titre illustratif passons en revue  quelques espèces pour leur utilité à la vie !

-Les abeilles œuvrent à la pollinisation, seul moyen pour les plantes à fleurs de se reproduire.

-Les papillons jouent un rôle important de pollinisation. En visitant chaque fleur à la recherche de nectar, ils se couvrent de pollen qu’ils disséminent en passant de fleur en fleur .Ils assurent ainsi la fructification des plantes potagères et fruitières.

-Les bactéries jouent un rôle dans le cycle des nutriments des sols, et sont notamment capables de fixer l’azote. Elles ont donc un rôle dans la fertilité des sols pour l’agriculture. Les bactéries abondent au niveau des racines des végétaux avec lesquels elles vivent en mutualisme.

-Les singes consomment une grande quantité  de fruits dont ils excrètent les graines. Il s’avère que ces graines transmises par le singe non seulement se répandent mieux, mais germent aussi plus rapidement et facilement.

-Le serpent est indispensable à l’équilibre de l’écosystème  puisqu’il régule la population des rongeurs, des gros insectes et des larves…

-Les mouches sont une nourriture pour de nombreuses espéces.Elles sont donc un maillon essentiel de la chaine alimentaire. Araignées, poisson, reptiles et oiseaux insectivores…Si les mouches n’existaient pas, un maillon de la chaine alimentaire se briserait, ce qui aurait de terribles répercussions sur la capacité de se nourrir des autres animaux.

La mouche drosophile est utilisée pour la recherche en génétique.

-Les puces et poux  jouent un rôle dans le contrôle  des populations des espèces animales qui leur servent  d’hôtes. Ils servent aussi parfois de nourriture aux animaux  qui les portent .Les singes et certains oiseaux en raffolent .Les puces et poux  stimulent le système immunitaire des enfants. Ce sont ces réactions de défense  qui provoquent des démangeaisons.

-Les moustiques servent de nourriture à de nombreuses espèces : au stade de larves, ils sont mangés par des invertébrés aquatiques, des batraciens et des poissons ; puis en tant qu’adultes ils constituent les mets de prédilection d’oiseaux, de chauve-souris ou de libellules.

-Les fourmis granivores (mangeuses de graines) jouent un rôle essentiel dans la dispersion des graines des plantes qu’elles transportent.

Elles sont importantes pour le maintien des sols en bonne santé car elles les aèrent, leur apportent,  des éléments organiques (leurs  crottes, leurs cadavres, leurs restes de nourriture), de l’humidité, de l’oxygène et elles les brassent.

Enfin les fourmis servent de nourriture à de nombreux animaux.

-Les bactériophages, des virus qui ne s’attaquent qu’aux bactéries, aident les scientifiques dans le domaine de la génétique. Ces virus représentent aussi un arsenal supplémentaire dans la guerre contre les bactéries résistantes aux antibiotiques.

-Dans notre corps les microbes pullulent pour nous faciliter la vie. Les bactéries de nos intestins contribuent à la digestion des aliments et à la production de certaines vitamines. Notre système immunitaire est stimulé par des bactéries pour lutter contre les pathogènes.

-Les rats sont  nos commensaux : ils se nourrissent de nos détritus. Ils jouent un rôle écologique  non négligeable dans les sous-sols où ils évitent ainsi aux canalisations et aux égouts  de s’engorger. Ils ont un odorat très développé. Dans certains pays (Pays Bas par exemple) ils ont été dressés pour aider les policiers  dans la reconnaissance  olfactive. Une expérience tirée du Mozambique, où des rats démineurs remplacent le travail des chiens.

-Les cafards  et termites  jouent un rôle très important dans la nature. Dans les forêts, ils participent à la fragmentation de la litière. Ils grignotent  les végétaux  morts et réduisent ainsi la taille des morceaux de feuilles ce qui les rend plus facilement utilisables (et donc dégradables) par d’’autres organismes  plus petits .Ils servent enfin de nourriture  à d’autres animaux.

C’est lorsque nous comprendrons l’inter relation et l’interactivité entre chacun des êtres vivants, que nous saurions formuler de bonnes pratiques Et c’est en ce moment  que va s’améliorer notre vie !

Pour cela il y a urgence à revoir notre cadre législatif et réglementaire  dans un sens à protéger la biodiversité qui est la substrat  même de notre vie si sacrée !

Abdou Sané  
Géographe  -Environnementaliste
Ancien député
Conseiller municipal  délégué auprès du maire chargé de l’environnement, de l’urbanisme et de l’Etat civil de la Ville de Ziguinchor

Les commentaires sont fermés.