Le Café qui réveille l'Info

Top Actu Afrique : L’essentiel de l’actualité du continent du 5 Mars 2022

1- Mali : 27 soldats et 70 terroristes tués vendredi au centre du pays

Vingt-sept soldats et 70 terroristes ont été tués dans une attaque terroriste contre le poste de sécurité des Forces armées maliennes (FAMa) de Mondoro (Douentza), dans le centre du pays, a indiqué ce vendredi un communiqué du gouvernement malien.

Selon le communiqué, ce poste a subi dans la matinée de ce vendredi (aux environs de 5h30 TU) “une attaque complexe” avec l’utilisation de véhicules piégés. Et le bilan provisoire est de 27 morts, 33 blessés (dont 21 cas graves évacués sur Sévaré, au centre du Mali), 7 portés disparus dans les rangs des FAMa qui déplorent aussi d’importants dégâts matériels.
Le ratissage des forces spéciales rapidement déployées dans la zone a permis de tuer 47 terroristes dans la matinée et 23 en début d’après-midi.(Avec Tchadinfos)

2- Tanzanie : L’opposant Freeman Mbowe désormais libre

Tanzanie : l'opposant tanzanien Freeman Mbowe, du parti Chadema, devant les  juges – LE JOURNAL.AFRICA

L’opposant tanzanien Freeman Mbowe a recouvré sa liberté, ce vendredi, puisque toutes les poursuites contre lui ont été arrêtées.

Depuis ce vendredi, le leader de l’opposition tanzanienne, Freeman Mbowe, est libre de ses mouvements. Le parquet a tout simplement abandonné toutes les poursuites contre lui et a ordonné sa relaxe. « Nous n’avons pas l’intention de poursuivre cette affaire », a tranché le juge Robert Kidandio. Les avocats de Freeman Mbowe n’ont donc pas eu le temps de faire leur plaidoirie. Leur requête depuis le début du procès, c’est-à-dire la relaxe pure et simple de leur client a eu un écho favorable auprès des juges.(Avec Afrik.com)

3- Burkina Faso : Dr Ouédraogo Albert, nouveau Premier ministre

Le Burkina Faso a un nouveau Premier ministre. Il s’agit du Dr Ouédraogo Albert, économiste, spécialiste en développement des entreprises et en management. Un décret a été pris le jeudi 3 mars, par le Président du Faso, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba à cet effet.

Selon la biographie publiée par la Primature burkinabè, Ouédraogo Albert est né le 6 avril 1969 à Dori, dans la province du Séno. Il est titulaire d’un doctorat en Sciences de gestion. Il a aussi une grande expérience dans le domaine du management des administrations publiques, des projets de développement, ainsi que des entreprises privées.(Avec allAfrica)

4- Mozambique : l’Afrique du Sud prolonge le mandat de ses soldats

L'Afrique du Sud envoie près de 1 500 militaires au Mozambique | Africanews

Ces militaires font partie du contingent de la SADC au Mozambique. L’Afrique du Sud a prolongé jusqu’à la fin du mois d’avril 2022 le séjour de ses troupes dans le nord du Mozambique, où elles participent à la lutte contre l’Etat islamique.

La décision devrait coûter près de 1 milliard de rands (environ 65 millions de dollars américains) au trésor sud-africain, selon le président Cyril Ramaphosa.
« (…) j’ai prolongé la mission de 1495 membres de la Force de défense nationale sud-africaine (SANDF) pour un service en exécution d’une obligation internationale de la République d’Afrique du Sud envers la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) », a déclaré M. Ramaphosa dans une lettre adressée à l’Assemblée nationale.(Avec Le Journal du Tchad)

5- Cameroun : Un des auteurs de violences anti-LGBTI condamné

Cameroun : Les violences anti-LGBTI sanctionnées par la justice - Kapt Media

La justice camerounaise vient de prononcer une condamnation contre l’un des auteurs d’une violente agression subie par une personne intersexe. Une première dans la lutte contre les violences faites aux personnes LGBTI (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et intersexuées) dans le pays.

Cette condamnation est une étape notable vers la reconnaissance des droits des personnes LGBTI au Cameroun, estime la chercheuse de HRW, Ilaria Allegrozzi. « Il s’agit d’une décision sans précédent dans la mesure où elle reconnaît que les personnes LGBTI au Cameroun ont des droits fondamentaux. Déjà il faut dire qu’avant le verdict, dans un geste très encourageant, la police avait donné suite à la plainte déposée par une organisation de défense des droits humains des personnes LGBTI. Ensuite, il faut aussi rappeler que le ministre de la Communication s’était exprimé publiquement sur la violence à l’encontre des personnes LGBTI et avait condamné ces violences. Donc, cela laisse espérer que cette décision de justice reflète la reconnaissance grandissante des droits fondamentaux des personnes LGBTI, y compris le droit d’être protégés de la violence. »(Avec RFI)

6- Libye : La lutte pour le pouvoir s’intensifie

La Libye se retrouve avec deux Premiers ministres rivaux et deux  gouvernements - Le360afrique.com

En Libye, la lutte pour le pouvoir et la légalité s’intensifie depuis le 1er mars. Le Parlement a accordé sa confiance à un nouveau gouvernement et le pays se retrouve depuis avec deux gouvernements parallèlles : un nouveau dit de « stabilisation » dirigé par Fathi Bachagha et le précédent, celui « d’union nationale », dirigé par Abdel Hamid Dbeibah dont la validité a théoriquement expiré le 24 décembre 2021. Bachagha affirme que le gouvernement Dbeibah est désormais illégal mais ce dernier refuse de quitter le pouvoir. La population craint le pire et refuse de subir une nouvelle guerre. 

« Nous allons prendre le pouvoir à Tripoli par la force de la loi » a déclaré le nouveau Premier ministre, Fathi Bachagha, essayant de tempérer une situation très tendue et qui risque de plonger le pays dans un nouveau cycle de violences. Il a inauguré sa mission en s’adressant à toutes les forces sécuritaires et à toutes les institutions, ordonnant de ne pas obéir aux directives du gouvernement Dbeibah, dont la mission « est terminée ».(Avec RFI)

7- Maroc : Le pays accusé de passivité sur l’ assaut de 2500 migrants à Melilla

Espagne: nouvelle tentative d'assaut massif à Melilla depuis le Maroc -  L'Express

Le Maroc est accusé de « passivité » dans la tentative de 2.500 migrants de franchir, mercredi, la clôture frontalière de Melilla, un assaut perçu par le gouvernement espagnol comme « une intention claire » de la part de Rabat de faire pression sur l’Espagne dans un contexte marqué par la détérioration des relations entre les deux pays, rapporte un journal espagnol.

Des sources gouvernementales citées par La Vanguardia expliquent que « derrière ce saut par-dessus la clôture se cache une intention claire de la part du Maroc de faire pression sur l’Espagne (…) ». « Il est impossible pour Rabat de ne pas détecter une file de 2.500 personnes à la frontière », font remarquer les mêmes sources.(Avec Algerie presse service)

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.