Le Café qui réveille l'Info

Top Actu Afrique : L’essentiel de l’actualité du continent du 3 Mars 2022

1- Congo : Un dialogue politique boudé par l’opposition

C’est à Owando, au nord du Congo que se tient à partir de ce jeudi et pendant 4 jours une concertation politique. Pour le gouvernement, cette rencontre devrait permettre aux différents partis de dialoguer des élections législatives prévues au mois de juillet. Sauf que l’événement est boudé par l’opposition.

« Il ne faut pas penser à ce qu’Owando devrait être. Il faut plutôt un vrai dialogue qui réunit toutes les filles et fils du Congo », explique l’opposant jean Itadi, du Congrès africain pour le progrès. Pour une partie de l’opposition, ce dialogue devrait plutôt traiter de la crise que traverse le Congo à plusieurs niveaux. Une crise qui est notamment politique avec des prisonniers politiques toujours en détention. Les élections législatives de juillet interviendront après la présidentielle de mars 2021, remportée par Denis Sassou Nguesso, avec plus de 88 % des suffrages, un scrutin contesté par l’opposition et une partie de la population.(Avec Africanews)

2- Mali : L’épouse de Soumeylou Boubèye Maïga réclame l’évacuation sanitaire de son mari

Dans une lettre ouverte adressée au président de la transition datée du 1er mars, Maïga Binta Yatassaye, épouse de l’ancien Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga, réclame l’évacuation sanitaire de son mari. Incarcéré depuis le mois d’août pour des soupçons de corruptions et de favoritisme dans deux affaires distinctes, Soumeylou Boubèye Maïga est hospitalisé sous surveillance policière  dans une clinique de Bamako depuis près de 3 mois. 

Dans une missive sous forme de complainte, Maïga Binta Yattassaye revient sur l’état de santé de son mari. Soumeylou Boubèye Maïga aurait depuis sa détention perdu plus de 23 kilos et serait dans un état de santé critique, son pronostic vital serait même engagé, selon ses proches.(Avec RFI)

3- Tunisie : Mandat de dépôt contre Abderrazek Kilani

Un mandat de dépôt a été émis, dans la soirée du mercredi 2 mars 2022, par le juge d’instruction près le tribunal militaire de première instance de Tunis contre l’ancien bâtonnier des avocats, Abderrazek Kilani.

Samir Dilou, avocat de Kilani, a regretté un « coup dur porté à la profession d’avocat en Tunisie », soulignant qu’une vingtaine d’avocats se sont portés à la défense d’Abderrazek Kilani pendant plus de dix heures. Dans une déclaration à l’agence TAP, Dilou a indiqué que son client devrait répondre des griefs tirés des articles 79, 125 et 136 du code pénal. Et d’ajouter qu’une réunion d’urgence s’est tenue au siège de la maison d’avocat pour examiner les étapes à venir.(Avec webdo)

4- Burkina Faso : Les attentes par rapport à la nouvelle présidence du pays

Burkina Faso: les attentes par rapport à la nouvelle présidence du pays |  Flipboard

Au Burkina Faso, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba a été investi président, hier, mercredi 2 mars. La cérémonie s’est tenue dans la salle des banquets de Ouagadougou 2000. Le leader du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR), qui a pris le pouvoir par un coup d’État le 24 janvier, avait déjà prêté serment en février devant le Conseil constitutionnel. Et, 24 heures après l’adoption d’une charte de la transition, la cérémonie officielle de son investiture, très courte et sobre, n’était donc qu’une simple formalité. Un simple maître de cérémonie, la remise du collier de la présidence, l’hymne national, les félicitations de rigueur, et tout était fini. Pour son investiture, le lieutenant-colonel Damiba n’a pas prononcé un seul mot. Tant mieux, pour Auguste Mohamed Koumsongo, vice-président de Sauvons le Burkina, l’heure n’est plus à la parole : « C’est bien. Ce que nous, nous allons demander au président, c’est qu’on aille directement au travail, qu’on aille sur le terrain, qu’on laisse un peu la capitale, qu’on descende dans les régions pour pouvoir récupérer les territoires déjà perdus et permettre aux déplacés internes de retourner chez eux. »(Avec RFI)

5- Niger : Vers une crise nutritionnelle de grande ampleur

Diminution des récoltes due à la sécheresse, insécurité croissante dans certaines zones du pays et impact de la covid-19 laissent présager une situation nutritionnelle critique pour 2022 au Niger. MSF travaille en appui au ministère de la Santé nigérien pour fournir des services médico-nutritionnels dans la région de Maradi, plus exactement dans le district de Madarounfa, frontalier avec le Nigeria. Interview avec Isabelle Defourny, directrice des opérations, de retour du terrain.
Selon les projections de l’IPC, initiative mondiale d’analyse de la sécurité alimentaire et de la nutrition, jusqu’à 3,6 millions de personnes pourraient être en situation de crise alimentaire (phase IPC 3 et plus) en juin 2022 au Niger, soit 15% de la population, et près de 1,3 million d’enfants en malnutrition aigüe.(Avec allAfrica)

7- Guinée : La fin de la transition en juillet 2025 ?

Guinée: les autorités de la transition discutent avec la classe politique |  NRS-Import | DW | 11.01.2022

Un document sur les réseaux sociaux fixant la transition à trois ans crée des tensions entre le FNDC et la junte. Le FNDC n’exclut pas de manifester.

Le document qui circule actuellement sur les réseaux sociaux fixe la durée de la transition jusqu’en 2025 alors que les putschistes ont jusqu’à présent refusé de se prononcer sur cette question. Ce document, qui n’est pas encore authentifié, précise la fin de la transition en juillet 2025. Soit trois ans comme au Burkina Faso. Les responsables du Front national pour la défense de la Constitution affirment que ce document est authentique. Ibrahima Diallo, responsable des opérations du FNDC, explique le slogan Transition mandat mara est créé pour attirer l’attention de la junte.(Avec allAfrica)

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.