Le Café qui réveille l'Info

Top Actu Afrique : L’essentiel de l’actualité du continent du 2 Mars 2022

1- Tchad : De nombreux Tchadiens exigent la révision de l’accord de coopération militaire avec la France

N’djamena — Alors que des Tchadiens estiment que les autorités doivent également exiger le réajustement des accords militaires avec la France, d’autres estiment que la France est un partenaire important dans la lutte contre le terrorisme dans le Sahel. S’inspirant du bras de fer entre les autorités de transition malienne et l’Etat français, le constitutionnaliste tchadien Ahmat Mahamat Hassan a fait observer à VOA Afrique que la France est en déclin dans ses anciennes colonies et les choses sont en train de changer.
« Toutes ces questions mettent en cause l’emprise de la France sur ses anciennes colonies qu’elle continue à garder dans le cadre de la stratégie énergétique », explique-t-il. D’après lui, « ce jeu est en train d’être dévoilé Et pour cette réaction au Mali ce n’est qu’une annonce et la France ne va pas baisser les bras ».(Avec VOA)

2- Soudan du Sud : L’ONU note une dégradation de la situation des droits humains

Au moins 440 civils ont été tués, 18 blessés et 74 enlevés, lors d’affrontements entre les groupes rebelles, entre juin et septembre 2021, révèle le rapport conjoint publié, mardi 1er mars, par la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) et le Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme (HCDH).

C’est un constat alarmant fait par la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) et le Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme (HCDH) dan s ce pays d’Afrique du Nord-Est. Dans un rapport conjoint, les deux organisations notent qu’au moins 440 civils ont été tués, 18 blessés et 74 enlevés, lors d’affrontements entre groupes rebelles, entre juin et septembre 2021. Face à ces abus, le Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme demande au gouvernement sud-soudanais de poursuivre les auteurs dans ces violations des droits de l’Homme. « Nous appelons toutes les parties au conflit à demander des comptes à toutes les personnes impliquées dans les meurtres, viols et enlèvements horribles, entre autres violations graves des droits de l’Homme. Les allégations à l’encontre de ces personnes doivent faire l’objet d’une enquête rapide, approfondie et indépendante, et les auteurs de ces actes doivent être traduits en justice et tenus pour responsables », a dit Mme Bachelet.(Avec Afrik.com)

3- Maroc : Dix ans de prison requis contre le journaliste Omar Radi

Le journaliste Omar Radi à l’extérieur du tribunal à Casablanca, au Maroc, le 12 mars 2020.

Le reporter indépendant de 35 ans, connu pour ses positions critiques envers les autorités, est poursuivi pour « atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat » et « viol ».

Le parquet du Maroc a requis mardi 1er mars en appel la peine maximale de dix ans de prison contre le journaliste et défenseur des droits humains Omar Radi, condamné en première instance à six ans ferme dans une double affaire d’« espionnage » et de « viol ». Le ministère public « réclame la peine maximale contre l’accusé au regard des éléments à charge », a indiqué son représentant devant la cour d’appel de Casablanca, selon une journaliste de l’AFP sur place. Le reporter indépendant de 35 ans, connu pour ses positions critiques envers les autorités, est poursuivi pour « atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat » avec « financement de l’étranger » et pour « viol », deux affaires distinctes, instruites et jugées conjointement.(Avec Le Monde)

4- Libye : Le Parlement accorde sa confiance au gouvernement Bachagha

Le Parlement libyen a accordé sa confiance mardi au gouvernement de Fathi Bachagha désigné il y a deux semaines, pour remplacer le cabinet de Abdel Hamid Dbeibah dont le mandat a théoriquement pris fin le 24 décembre dernier. Le vote a eu lieu au siège du Parlement à Tobrouk, à l’est du pays et le gouvernement Bachagha a été approuvé par 92 voix sur les 101 députés présents selon un communiqué.

C’est une large formation gouvernementale que Fathi Bachagha a présentée devant les députés qui ont accordé leur confiance à 38 membres du gouvernement : 29 ministres, 6 ministres d’État et trois vice-Premiers ministres, dont deux femmes seulement. Le nouveau gouvernement a été formé avec un souci d’équilibre entre les trois régions qui forment la Libye, et satisfaire les sensibilités de chaque zone surtout en ce qui concerne les portefeuilles souverains. Ainsi, les trois vice-Premiers ministres représentent le Sud, l’Est et l’Ouest libyen.

5- Centrafrique : L’ancien ministre Maxime Mokom interpellé par les services secrets tchadiens

L’ancien ministre du DDRR (désarmement, démobilisation, réinsertion et rapatriement) et haut responsable de la coalition rebelle CPC Maxime Mokom est de retour à Ndjamena après avoir été interpellé dimanche 27 février à la frontière centrafricaine par l’Agence nationale de sûreté tchadienne (ANS). Le chef de milice anti-balaka placé sous sanctions du trésor américain réside actuellement au Tchad avec les principaux leaders des groupes armés centrafricains dans l’attente des pourparlers menés par l’Angola.

 » Les chefs des groupes armés exilés au Tchad peuvent voyager partout dans le monde à l’exception de la Centrafrique « , indique une source à Ndjamena. Maxime Mokom a donc violé cet accord conclu avec la CEEAC et la CIRGL en faisant un aller et retour en RCA.  » Selon plusieurs sources, Maxime Mokom aurait eu un différend avec l’ANS au sujet de la répartition des fonds alloués par l’Angola pour financer cet exil. Le gouvernement centrafricain, lui, voit d’un mauvais œil cette présence au Tchad et réclame un exil, loin de ses frontières. Tandis que la plupart de ses partenaires estiment que les objectifs contenus dans la feuille de route de Luanda tardent à se concrétiser.(Avec allAfrica)

6- Mali : Le HCUA, signataire de l’accord, somme le gouvernement de clarifier sa position

Face à la lenteur  de l’application  de l’accord pour la paix et la réconciliation, issue du processus d’Alger, le Haut Conseil pour l’Unité de l’Azawad, HCUA, somme les autorités de la transition  malienne de clarifier  leur position. 

 Le bureau de ce groupe armé signataire de l’accord s’est réuni, le 27 février passé en session extraordinaire à Kidal, pour faire le point de la situation actuelle du pays. Il ressort de cette rencontre plusieurs décisions, notamment un ultimatum adressé au gouvernement pour la mise en œuvre de l’accord d’Alger signé en 2015. Les responsables du HCUA invitent le gouvernement  à clarifier sa position  par rapport à l’accord, suite aux propos tenus par le Premier ministre et le Ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale.(Avec maliactu.net)

7- Libération des chefs terroristes au Niger : Bazoum veut se sauver la peau

niger-mohamed-bazoum

Au moment où des forces des pays du Sahel et d’autres étrangères comme Takuba sont engagées dans le Sahel pour vaincre les groupes armés terroristes, le président nigérien, Mohamed Bazoum, libère des chefs terroristes au nom, selon lui,  de la paix dans son pays. Cette posture est ni moins, ni plus, un moyen pour Bazoum de se  sauver la peau.

Parce qu’il sait que si les tueries continuent, il va finir tout simplement par abandonner le pouvoir comme ses homologues feu Ibrahim Boubacar Keita au Mali et Roch Marc Christian Kaboré du Burkina Faso. «J’ai identifié neuf chefs terroristes. On m’a conseillé de libérer des prisonniers que j’ai directement reçus (après leur libération) au palais de la présidence parce que je cherche la paix » ou encore « Je ne ménage aucun moyen. J’ai libéré sept à huit personnes détenues dans les prisons de Kollo (Sud), de Koutoukalé (prison de haute sécurité) et j’ai plein d’émissaires dans toutes les zones (…) j’ai essayé des réconciliations dans les villages, je me débrouille comme je peux ». C’est par ces mots que le président nigérien, Mohamed Bazoum, a justifié la libération de neuf chefs terroristes, après les avoir reçus au palais présidentiel.(Avec mali web. net)

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.