Le Café qui réveille l'Info

Top Actu Afrique : L’essentiel de l’actualité du continent du 1er Mars 2022

1- Afrique : L’UA « préoccupée » par les « mauvais traitements infligés » aux Africains voulant fuir l’Ukraine

L’Union africaine (UA) s’est prononcée, le 28 février 2022, sur les accusations de comportements racistes qui se multiplient aux frontières de l’Ukraine. Se disant notamment « préoccupée » par les rapports « choquants et racistes » selon lesquels les Africains voulant quitter le pays en guerre contre la Russie sont l’objet d’un traitement différent.

Dans un communiqué, l’instance panafricaine rappelle que « toute personne a le droit de franchir les frontières internationales pendant un conflit et, à ce titre, devrait bénéficier des mêmes droits de traverser la frontière pour se mettre à l’abri du conflit en Ukraine (…) quelle que soit sa nationalité ou son identité raciale ». Ainsi, l’Union africaine dit exhorter « tous les pays à respecter le droit international et à faire preuve de la même empathie et du même soutien envers toutes les personnes qui fuient la guerre, nonobstant leur identité raciale ».(Avec Financial Afrique)

2- Burkina Faso : La période de transition fixée à trois ans avant des élections

Paul-Henri Damiba investi ce mercredi Président du Faso, Chef de l'État -  COEUR D`INFOS

Cette durée est supérieure à celle de trente mois proposée par une commission technique mise en place par la junte début février.

La période de transition avant un retour à l’ordre constitutionnel au Burkina Faso, où un coup d’Etat a eu lieu le 24 janvier, a été fixée à trois ans, mardi 1er mars, par des assises nationales qui ont rassemblé les « forces vives » du pays. Une « charte constitutionnelle de la transition » a été signée sous les acclamations par le chef de la junte, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, dans la nuit de lundi à mardi.
« La durée de la transition est fixée à trente-six mois à compter de la date de l’investiture du président de la transition », le lieutenant-colonel Damiba, dispose la charte. M. Damiba, qui a déjà prêté serment le 16 février devant le Conseil constitutionnel, sera investi mercredi par les assises, qui ont impliqué la junte, les partis, les syndicats, les organisations de la société civile de la jeunesse, des femmes et des personnes déplacées par les attaques djihadistes qui frappent le Burkina Faso depuis 2015.(Avec Le Monde)

3- Est de la RDC : 20 morts dans une attaque des rebelles ADF, selon des experts et ONG

Vingt civils ont été tués dans une nouvelle attaque attribuée aux rebelles des Forces démocratiques alliées (ADF) dans un village de l’est de la République démocratique du Congo (RDC), ont indiqué des experts et des organisations locales lundi. « Au moins 20 civils ont été tués au village Kikura » dans le territoire de Beni (province du Nord-Kivu) dans la nuit de dimanche à lundi, « les ADF sont soupçonnées », a écrit sur Twitter le Baromètre sécuritaire de Kivu (KST, en sigle anglais). Parmi les morts figurent « deux femmes et une fille d’environ neuf ans », a indiqué de son côté David Moaze, avocat et coordonnateur de l’ONG Action pour la défense de droits de l’homme (Addho).(Avec La Libre Afrique)

4- Guerre en Ukraine : Le difficile exode des étudiants africains

Guerre en Ukraine : le difficile exode des étudiants africains

Après de multiples accusations de comportements racistes aux frontières, l’Union africaine s’est élevée contre tout « traitement différent inacceptable ».

Jusqu’au déclenchement de l’invasion russe en Ukraine, Theresia Kabimyama était étudiante en ingénierie à Odessa, ville portuaire située au bord de la mer Noire. Du jour au lendemain, la guerre a poussé cette jeune Congolaise à fuir le pays où elle avait élu domicile. Un voyage éprouvant en bus – faute de pouvoir trouver une place à bord d’un train – l’a menée jusqu’à Lviv, la grande ville de l’Ouest, à 800 kilomètres de là, puis à la frontière avec la Pologne, où elle a finalement pu entrer, dimanche 27 février.
« C’était un cauchemar, franchement, les policiers n’ont pas du tout été sympas avec les étrangers, surtout les Noirs ; ça nous insultait de tous les noms, ça braquait les armes sur nous, ça nous bousculait », rapporte-t-elle au téléphone.(Avec Le Monde .fr)

5- Mali : Le HCUA inquiet pour l’accord de paix de 2015

Le HCUA, l’un des groupes armés du nord du Mali signataire de l’accord de paix de 2015, s’inquiète des intentions des autorités de transition quant au respect de l’accord.

Suite aux propos tenus par plusieurs membres du gouvernement de transition, le Haut conseil pour l’unicité de l’Azawad s’est donc réuni en session extraordinaire, dans son fief de Kidal. « Ce qui nous a choqués, ce sont les propos du Premier ministre, sur Kidal, qui était le fief de la CEMA, et que, pendant deux ans, les terroristes se sont préparés dans cette ville pour relancer les attaques sur le reste du Mali. Ce sont des contre-vérités », estime Almou Ag Mohamed, le porte-parole du HCUA. Le mouvement s’inquiète des intentions réelles des autorités de transition quant à la mise en œuvre de l’accord de paix de 2015. « On a écouté aussi les propos du ministre des Affaires étrangères, qui déclarait l’impossibilité de la mise en œuvre de l’accord en l’état, qu’il fallait le revoir.

6- Soudan : Une nouvelle marche du « million » violemment réprimée par les autorités

Article similaire à Soudan: une nouvelle marche du «million» violemment  réprimée par les autorités

Au Soudan, des milliers de personnes ont à nouveau manifesté contre le coup d’État dans plusieurs villes du pays. C’était la 21ᵉ marche dite du  » million  » contre le putsch du 25 octobre. Ce lundi, la manifestation a été violemment réprimée.

Lundi 28 février, la mission de l’ONU au Soudan, qui rencontre depuis un mois des responsables du pouvoir militaire et des représentants de la société civile, a réitéré ses appels à un partenariat entre civils et militaires pour sortir de l’impasse. Mais depuis quatre mois, les manifestants refusent catégoriquement toute négociation avec la junte.(Avec allAfrica)

7- Mali : Asky accusé de vouloir contourner l’embargo

Mali : Asky accusé de vouloir contourner l'embargo – Jeune Afrique

La compagnie aérienne basée à Lomé a été sommée par la Côte d’Ivoire de suspendre ses liaisons entre Abidjan et Bamako. L’arrêt des vols vers cette dernière destination pourrait peser jusqu’à près de 8 % de son trafic.

Alors que le Mali continue de subir les conséquences des sanctions infligées à son encontre par la Cedeao et l’Uemoa, le transporteur aérien panafricain Asky, basé à Lomé, a été sommé par les autorités ivoiriennes de suspendre ses liaisons entre Abidjan et Bamako. Dans un courrier daté du 24 février dernier, adressé au directeur général d’Asky et consulté par Jeune Afrique, Sinaly Silué, patron de l’Autorité nationale de l’aviation civile de Côte d’Ivoire, a interpellé la compagnie aérienne Asky sur ses activités au sujet de la ligne Abidjan-Bamako (voir la copie ci-dessous).(Avec Jeune Afrique)

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.