Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 1er Mars 2022

1- Grève des enseignants : Le G20 maintient son mot d’ordre de grève

Alors que cinq des sept syndicats les plus représentatifs (G7) ont décidé de mettre fin à leur mouvement de grève après avoir obtenu des satisfactions sur leurs revendications, le G20 continue de paralyser le système éducatif. Face à la presse hier, lundi 28 février, il a annoncé le lancement de son 5e plan d’action à compter de ce mardi 1er mars avec un débrayage à partir de 9 heures suivi d’une assemblée générale et une grève totale le mercredi 2 et le jeudi 3 mars 2022.

Le collectif des syndicats d’enseignants regroupés autour du G20 dit ne pas tenir en compte la signature du protocole d’accord entre le gouvernement et les cinq syndicats du G7, indique PressAfrik. Il dit noter des « incohérences » dans les négociations. Pour le G20, beaucoup de leurs revendications n’ont pas été prises en compte par leurs collègues qui étaient à la table des négociations avec le gouvernement. Il s’agit, selon eux de la « revendication relative à la retraite à 65 ans », « l’accord relatif à l’habitat social », « la fin des lenteurs administratives », « les indemnités de correction et de participation aux examens et concours des enseignants de l’élémentaire et du préscolaire », entre autres.

Le G20 demande aux enseignants affiliés d’être à l’écoute et de rester mobilisés pour l’application des accords et la résolution des autres points inscrits dans sa plateforme revendicative en cours.

2- Criminalisation de l’homosexualité : Aminata Touré défend Macky et accuse « And Samm Jikko Yi » de politiser la lutte

MIMI TOURE : UN RETOUR GAGNANT ? | SenePlus

L’ex-Premier ministre, Aminata Touré partage l’avis du Président Macky Sall sur la lutte contre l’homosexualité engagée par l’association And Samm Jikko Yi. Alors que cette association composée de religieux cherche à le criminaliser, le chef de l’Etat a répondu que l’acte est déjà banni par la loi sénégalaise. Une position défendue par Mimi Touré, dans une interview avec L’Observateur, rapporte PressAfrik.

« Il n’y a aucune raison objective pour que cette question fasse polémique. Le Code pénal est très clair, la position du Président Macky Sall est un peu plus claire. L’homosexualité est déjà bannie par la loi sénégalaise, par nos religions chrétienne ou musulmane, par toute les cultures du pays », a défendu Aminata Touré.
Pour elle, si on veut faire de cette lutte une question politicienne pour aller à des élections, c’est autre chose. Mimi Touré a annoncé que leur majorité va aller à la rencontre de toutes les familles religieuses pour réaffirmer ce que le Président Macky Sall a dit urbi et orbi devant les grands de ce monde. « L’homosexualité est interdite et punie sévèrement par les lois du Sénégal et il continuera à en être ainsi. Comme on parle de « Jikko » (comportement) et de valeurs, il ne faut pas faire dire à notre majorité ce qu’elle n’a jamais dit ni l’accuser de ce qu’elle n’a jamais fait. C’est aussi banni par la religion que d’accuser sciemment à tort son prochain. Nous sommes tous d’honorables pères, mères de famille qui tenons à la bonne morale de nos enfants », a déclaré l’ancienne présidente du CESE.

3- Report des examens : Les précisions importantes du ministère de l’Education

Calendrier des examens scolaires 2018 - Au Sénégal, le cœur du Sénégal

Dans la rue jeudi dernier, les élèves de l’école publique, au-delà de l’arrêt de la grève des enseignants et la reprise des cours, exigeaient le report de la date des examens, dont le bac programmé pour le 27 juin 2022.

À DÉCOUVRIR

Invité du midi keng, sur iRadio, ce lundi 28 février, le directeur de la Formation et de la Communication du ministère de l’Éducation nationale, Mouhamadou Moustapha Diagne, a donné des assurances par rapport à cette revendication concernant le quantum horaire, rapporte Seneweb. « Maintenant, nous avons l’habitude. Pendant longtemps, nous avons coexisté avec des chocs exogènes qui viennent perturber le système éducatif. Si ce n’est pas la grève, en 2020, c’était le coronavirus. Nous avons fermé notre école, du 16 mars au 25 juin. Malgré cela, nous avons pu, en agissant sur la durée de l’année scolaire et sur les programmes, non seulement terminer l’année mais aussi obtenir des résultats jamais égalés sur des années. C’est dire que ça nous savons le faire. Donc, s’il y a besoin de réaménager nous le ferons. S’il y a besoin de revoir les programmes, nous le ferons. Parce que ce qui est important, ce n’est pas de revoir tout le contenu mais d’installer des compétences chez les élèves pour qu’ils puissent passer d’un niveau à un autre… », a-t-il garanti.

4- « Il me répétait que personne ne me croirait » : Adji Sarr, la paria de Dakar qui accuse de viols un opposant au pouvoir

« Le Monde » a rencontré la jeune femme à l’origine de l’affaire qui a embrasé le Sénégal en mars 2021. Depuis qu’elle a accusé le leader d’opposition Ousmane Sonko de l’avoir violée, elle vit recluse et sous protection policière.

A tout juste 22 ans, Adji Sarr vit comme une prisonnière dans son propre pays. En témoignent ces trois policiers qui la suivent comme son ombre pour la protéger. Ou ses changements fréquents d’adresse (cinq en un an) et de numéro de téléphone. Cette vie en liberté surveillée a commencé en février 2021. Le responsable crie au complot, l’affaire privée se mue en affaire d’Etat. La jeune femme, que Le Monde a pu rencontrer à la mi-février 2022, raconte : « Tout un pays m’accuse d’être responsable de ces morts. C’est très lourd. Mais je ne veux plus rester silencieuse, je dois donner ma version des faits. » A l’été 2020, après de longues années à travailler comme bonne à tout faire chez une commerçante, elle est recrutée par un salon de massage, le Sweet Beauty Spa, situé dans un quartier résidentiel de Dakar. Adji Sarr assure n’y avoir pratiqué que des massages classiques – sans prestations sexuelles – jusqu’à sa rencontre avec Ousmane Sonko, qui l’aurait violée, selon elle, à cinq reprises entre juin 2020 et février 2021.

« La première fois, au moment de se déshabiller pour le massage, il a déposé ses deux armes sur une table. Cela m’a intimidée. Après la prestation, il a réclamé un “plus”. J’ai refusé. Il a insisté et m’a violée. Il me répétait qu’il serait le futur président du Sénégal et que je n’avais pas intérêt à parler, que personne ne me croirait. »
seneweb

5- « Propos offensant l’Église » : Serigne Lamine Sall convoqué à la SR, une plainte en vue

Propos offensant l'Église" : Serigne Lamine Sall convoqué à la SR, une  plainte en vue

Invité de l’émission «Diné ak Diamono» diffusée sur la télévision Walfadjri, ce jeudi 24 février 2022, Serigne Lamine Sall est convoqué par la Section de Recherches de Colobane.

D’après Libération, il avait prononcé « des propos offensant susceptibles de heurter la communauté catholique ». Parlant de la lutte contre l’agenda LGBT, l’invité a dérapé, pointant du doigt la croyance des catholiques. L’Église devrait d’ailleurs annoncer le dépôt d’une plainte aujourd’hui lors d’une conférence de presse, indique encore ce journal.

À signaler que le CNRA a mis en demeure Walf Tv « suite à des manquements graves notés dans l’émission «Diné ak Diamono» du 24 février 2022 ».

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.