Le Café qui réveille l'Info

Top Actu Afrique : L’essentiel de l’actualité du continent du 23 Février 2022

1- Mali : Goodluck Jonathan exhorte les autorités à une transition courte

Le médiateur de l’Afrique de l’Ouest dans la crise malienne, Goodluck Jonathan, a déclaré mardi qu’il était impératif que le pays retrouve un régime démocratique le plus rapidement possible.

Il a fait ces commentaires un jour après que le corps législatif malien dominé par l’armée a approuvé un plan permettant aux militaires qui ont pris le pouvoir en août 2020 de rester en fonction pendant cinq années supplémentaires, malgré les sanctions régionales.
« Je ne peux pas dire avec autorité parce que je ne suis pas le président… mais parce que je suis le médiateur, nous pensons que cinq ans, c’est trop long pour un gouvernement de transition« , a déclaré Goodluck Jonathan, qui doit se rendre au Mali jeudi. « Je pense que la CEDEAO pourrait ne pas l’accepter… Nous allons poursuivre les négociations avec eux et faire en sorte qu’ils réduisent cette durée« , a-t-il ajouté. M. Jonathan a également remis en question la légitimité du Parlement malien, le Conseil national de transition, qui a été frappé par les sanctions de la CEDEAO en novembre dernier.(Avec Africanews)

2- Centre-Afrique : Le parquet ouvre une enquête sur l’arrestation de quatre militaires français

Le tribunal de grande instance de Bangui a décidé de l’ouverture d’une enquête suite à l’arrestation de quatre militaires français ce lundi 21 février à l’aéroport de Bangui. L’annonce a été faite ce mardi 22 février par un communiqué lu à la radio nationale par le procureur de la République, Laurent Lengande, un peu plus de 24 heures après les faits. Les casques bleus sont toujours détenus et l’ONU réclame leur libération.

C’est la présence d’un véhicule « suspect » qui alerte les forces de sécurité déployées autour de l’aéroport pour l’arrivée du président Touadéra. « Un véhicule suivi par les services de renseignements depuis deux mois », indique le procureur de la République. (Avec RFI)

3- Mali : Aucune trace de Wagner au Mali (expert ONU)

L’Expert indépendant des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme au Mali, Alioune Tine, a avoué n’avoir aucune raison de croire à la présence au Mali du groupe privé de sécurité russe, Wagner, car n’y ayant pas vu ses éléments. « Je me suis déplacé à Mopti, à Tombouctou et je n’ai vu ni trace de Wagner ni trace de Russes », a notamment déclaré M. Tine, lors d’une visioconférence animée mardi pour présenter les conclusions de sa dernière visite au Mali (8-17 février). Tirant les leçons de son constat, il a dit qu’il s’en tenait à la  »thèse de l’Etat malien » qui fait seulement état de la présence d’instructeurs militaires russes dans le pays.
Les rumeurs sur la présence des mercenaires de Wagner sont notamment à la base de la tension entre le Mali et la France, appuyée par ses alliés européens. Cette situation a abouti à l’annonce, jeudi dernier, du retrait du Mali des forces Barkhane et Takuba par le président Emmanuel Macron.(Avec maliactu net)

4- Libye : Bicéphalisme au sommet de l’État, de nouveau la guerre ?

Le Premier ministre libyen en exercice Abdelhamid Dbeibah, récemment écarté par le Parlement, a réaffirmé, le lundi 21 février 2022, qu’il ne céderait le pouvoir qu’à un gouvernement élu et annoncé des élections législatives pour le 24 juin 2022.

Le pays se retrouve avec deux Premiers ministres rivaux à Tripoli depuis que le Parlement siégeant à l’Est a désigné le 10 février 2022, l’ex-ministre de l’Intérieur, Fathi Bachagha, pour remplacer Abdelhamid Dbeibah à la tête du gouvernement intérimaire. Les députés ont même voté pour une nouvelle feuille de route qui doit aboutir à une élection présidentielle au plus tard dans 14 mois.(Avec allAfrica)

5- Soudan : Nouvelles manifestations anti-junte réprimées à Khartoum

Soudan : nouvelles manifestations anti-junte réprimées à Khartoum - Actu  Cameroun

Pour la deuxième journée consécutive, des milliers de Soudanais ont manifesté ce lundi 21 février 2022 contre le coup d’État du général Abdel Fattah al-Burhan. Ces rassemblement coïncident avec la visite de l’émissaire de l’ONU pour les droits humains, le Sénégalais Adama Dieng, qui est censé rencontrer divers responsables soudanais ainsi que des acteurs de la société civile pour tenter de faire la lumière sur la répression des manifestations et les vagues d’arrestations ininterrompues de militants ou de politiciens.
Alors qu’en première ligne pleuvent les gaz lacrymogènes et les grenades assourdissantes, à l’arrière, Hiba, étudiante infirmière de 21 ans, soigne un jeune manifestant. « Il y a énormément de lacrymogène aujourd’hui. Les manifestants reculent. Il faut qu’ils reprennent leur souffle pour retourner de l’avant. »(Avec RFI)

6- Centrafrique : Les tensions s’aggravent entre la Minusca et la RCA

L’arrestation de quatre soldats français à l’aéroport de Bangui, ce lundi (21.02.2022), attise davantage la tension entre la RCA et la force onusienne.

Les tensions entre le gouvernement centrafricain et la Minusca, la mission onusienne de maintien de la paix en Centrafrique, ne cessent de s’aggraver. Ce lundi soir, quatre soldats français de cette force ont été arrêtés alors qu’ils étaient à l’aéroport de Bangui, escortant le chef de la Minusca qui devait prendre un vol. Un incident qui s’ajoute à d’autres et qui illustre la mésentente croissante entre Bangui et la Minusca, notamment depuis le rapprochement de ce pays avec la Russie et la présence sur son sol des mercenaires du groupe Wagner.(Avec allAfrica)

7- Guinée : Malgré les protestations, la récupération des domaines de l’État se poursuit

Guinée: Mamady Doumbouya serait en discussion avec Sékouba Konaté -

La semaine dernière, ce sont deux leaders politiques qui ont été sommés de libérer des biens immobiliers et fonciers appartenant au domaine privé de l’Etat.

L’affaire prend de l’ampleur : les leaders politiques concernés brandissent des documents certifiant qu’ils sont bien propriétaires des domaines qu’ils occupent depuis plusieurs années; le sujet s’est invité dans les assemblées générales des partis politiques le weekend dernier et des possibilités de manifestations ne sont pas exclues, déclare Cellou Dalein Diallo, le chef de l’union des forces démocratique de Guinée, l’une des plus grandes formations politique du pays. L’un de ses avocats indique à la Deutsche Welle que la résidence de son client relevait du domaine privé de l’État. « Ce qu’il faut savoir c’est que les biens qui relèvent du domaine public de l’État sont incessibles et inaliénables », explique Maître Amadou Diallo. Mais, « les biens qui sont réclamées actuellement ne relèvent pas du domaine public de l’État. Ce sont des biens qui relevaient pour certains du domaine privé de l’État. Et que l’État a vendu. Des lors que l’État a vendu ces biens là, ils ne font plus parti des biens de l’État. Donc le code foncier et domanial est clair ce sont les règles du code civil qui s’appliquent. »(Avec RFI)

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.