Le Café qui réveille l'Info

Top Actu Afrique : L’essentiel de l’actualité du continent du 22 Février 2022

1- Mali : Les groupes armés signataires prêts à «combler le vide» laissé par Barkhane

Au Mali, les groupes armés signataires de l’accord de paix entendent eux aussi combler le vide que laissera le départ de Barkhane et de Takuba.

Les forces françaises et européennes ont annoncé, en fin de semaine dernière, la fin de leurs opérations au Mali, des opérations antiterroristes essentiellement menées dans le nord du pays. Le Cadre stratégique permanent (CSP) rassemble justement les groupes armés du Nord, signataires de l’accord de paix de 2015, aussi bien les ex-rebelles indépendantistes de la CMA que les groupes de la Plateforme, qui ont toujours défendu l’unité du Mali.(Avec RFI)

2- Centrafrique : Quatre militaires français arrêtés à l’aéroport de Bangui

Cet incident diplomatique intervient dans un contexte de plus en plus tendu entre la France et l’ONU d’un côté, la Centrafrique et son allié russe de l’autre.

Les quatre militaires français qui accompagnaient un général de la force de l’ONU à l’aéroport de Bangui, en Centrafrique, y ont été arrêtés, lundi 21 février. L’arrestation a déclenché sur les réseaux sociaux des accusations de « tentative d’assassinat » du président centrafricain, immédiatement qualifiées de grossière manipulation par Paris et l’ONU. Les quatre hommes étaient toujours dans les locaux de la gendarmerie dans la soirée, a précisé à l’Agence France-Presse (AFP), à Paris, un responsable de l’état-major des armées françaises, ajoutant : « Le problème est en cours de règlement, à ce stade, il n’y a pas d’inquiétude. »(Avec Le Monde.fr)

3- Soudan du Sud : La désillusion face à un processus de paix claudicant

Soudan du Sud: la désillusion face à un processus de paix claudicant — La  Libre Afrique

Ce Mardi, le Soudan du Sud fête le deuxième anniversaire de la formation d’un gouvernement d’union nationale réunissant le président Salva Kiir et l’ancien chef rebelle Riek Machar, dans le cadre de cet accord signé en 2018. Depuis, le pays a connu crise sur crise, luttant contre la faim, les catastrophes climatiques, les violences interethniques et les rivalités politiques.

Et certaines clauses de l’accord de paix restent lettre morte, suscitant la désillusion de nombreux citoyens, tel M. Henry.« Je ne suis pas heureux », affirme ce père de cinq enfants, le seul de la famille qui n’a pas fui en Ouganda. A Juba, où il réside, M. Henry, âgé de 40 ans, vit dans la peur et n’ose pas se rendre dans son village.« Il y a des gens qui disparaissent en chemin », raconte-t-il à propos de sa région, où des groupes rebelles comme le Front national du salut (NAS) – qui n’a pas signé l’accord de paix – sont toujours actifs.
Pendant ce temps, les querelles politiques fragilisent les gains découlant de l’accord de paix, MM. Machar et Kiir ne parvenant par exemple pas à se mettre d’accord sur la création d’une armée unifiée qui rassemblerait sous un commandement unique leurs forces respectives autrefois ennemies. A moins d’un an des élections, le Soudan du Sud, indépendant depuis seulement 2011, risque de replonger dans la guerre, a averti l’ONU en février. Entre 2013 et 2018, cinq années de guerre civile ont coûté la vie à près de 400.000 personnes et forcé des millions d’autres à fuir leur foyer. (Avec La Libre Afrique)

4- Tchad : Mahamat Déby Itno annonce un renforcement du contingent tchadien dans la Minusma

Tchad : les rebelles "n'ont pas encore désarmé", déclare Mahamat Déby |  Africanews

Le président tchadien Mahamat Déby Itno a annoncé, lundi 21 février, que son pays va renforcer ses effectifs au sein de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali, la force de l’ONU déployée face aux jihadistes. Cette annonce intervient trois jours après l’annonce par la France et ses partenaires européens de leur retrait militaire du pays ouest-africain. « Le Mali est l’épicentre du terrorisme au Sahel. Avec l’accord des autorités maliennes et de la Minusma, nous allons renforcer nos effectifs », a-t-il déclaré sur la radio publique. 

Des journalistes tchadien ont demandé à l’antenne si le Tchad allait retirer ses soldats du Mali à l’unisson de la France dont il est l’un des principaux alliés dans la région. « Certainement pas », a répondu Mahamat Déby, ajoutant : « Ce n’est pas le moment de quitter le Mali, tant que le terrorisme persiste, nous allons rester pour aider nos frères maliens ». « Le retrait de force européenne entraînera la détérioration de la situation sécuritaire au Mali. Nous devons rester au Mali pour aider nos frères maliens », a-t-il répété.(Avec Financial Afrik)

5- Burkina Faso : Au moins 59 morts dans une explosion sur un site d’orpaillage

L’explosion d’un stock de dynamite sur un site d’orpaillage a tué au moins 59 personnes dans la région du sud-ouest du Burkina Faso lundi après-midi.

Selon une source hospitalière, Le bilan pourrait s’alourdir puisque des blessés se trouvent toujours dans un état critique. L’accident s’est produit lundi après-midi sur le site d’orpaillage de Gomgombiro (sud-ouest). »Nous avons 55 corps sur le site« , a déclaré le Haut-commissaire de la province du Poni Antoine Marie Sylvanus Doamba, qui s’est rendu sur les lieux du drame. Une source hospitalière a elle aussi fait état de 55 morts et dit avoir recensé au moins 55 blessés, dont des femmes et des enfants.
« Le bilan pourrait s’alourdir puisque des blessés se trouvent toujours dans un état critique et leur pronostic vital est sérieusement engagé« , a-t-elle précisé. La télévision nationale du Burkina Faso a de son côté annoncé un bilan provisoire de 59 morts.(Avec Afrikanews)

Afrique : Le Maroc crée une région militaire à sa frontière avec l’Algérie

Le Maroc crée une zone militaire à la frontière avec l'Algérie - Gnet news

Dans un contexte de forte tension avec Alger, le territoire marocain a été redécoupé en trois zones pour donner « plus de souplesse et de liberté d’action » à son armée.

Le Maroc a créé une nouvelle région militaire le long de sa frontière avec l’Algérie, en pleine tension entre les deux voisins du Maghreb, a indiqué, lundi 21 février, la revue officielle de l’armée marocaine. Le territoire marocain, qui était jusque-là divisé en deux régions militaires, nord et sud, se découpe désormais en trois secteurs avec la création de la nouvelle « zone est », le long de la frontière orientale avec l’Algérie. Le commandement de cette zone a été confié au général de division Mohammed Miqdad, dont la cérémonie d’investiture a eu lieu le 5 janvier, a précisé la Revue des Forces armées royales (FAR) dans sa dernière édition.(Avec AFP)

7- Mali : Assimi Goïta pourra se maintenir au pouvoir jusqu’en 2027

Ce lundi 21 février, le Conseil national de transition a voté à l’unanimité un projet de révision de la charte de transition. Celle-ci pourra être prolongée de six mois à cinq ans.

120 votes pour, zéro contre, aucune abstention. Sur les fauteuils en velours rouge du Centre international de conférence de Bamako (CICB), les membres du Conseil national de transition (CNT), qui fait office d’organe législatif, ont parlé d’une même voix. Ce lundi 21 février, ils ont adopté le projet de révision de la charte de transition, qui avait été voté en Conseil des ministres début février. Le texte ne modifie pas les objectifs fondamentaux de la transition mais revient sur ses modalités. Parmi les points révisés, le plus épineux est celui qui fixe sa durée. Celle-ci pourrait finalement s’étirer jusqu’en 2027.(Avec Jeune Afrique)

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.