Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 18 Février 2022

1- Macky dit ses vérités : «Non, la Cedeao n’est pas un syndicat de chefs d’Etat»

« La Cedeao est un syndicat de chefs d’Etat ». L’expression a été beaucoup ouïe ces derniers temps, notamment avec les sanctions imposées au Mali et à la Junte Guinéenne. Mais, Macky Sall n’est pas d’accord avec ceux qui lui collent à lui et ses homologues chefs d’Etat, ce terme péjoratif. Il l’a dit dans un entretien avec DW, rapporte Igfm qui en a publié un extrait.

Extrait…

«Maintenant, la Cédéao c’est l’Organisation des Etats de l’Afrique de l’Ouest, ce sont les Etats qui ont harmonisé et qui ont partagé un destin commun en voyant déjà tous ces problèmes qui existaient avant. Les coups d’Etat existaient avant. C’est pour apporter des solutions à ces crises et à ces interruptions du pouvoir politique légitimement acquis que nous avons eu une charte pour la gouvernance démocratique qui bannit les coups d’Etat et qui exige, qui fixe des règles lorsqu’on enfreint un processus démocratique acquis.(…).
Quand elle prend les textes qui sont prévus justement dans ce cadre, on dit : c’est une réunion des chefs d’Etat, c’est un syndicat des chefs d’Etat. Ce n’est pas un syndicat. Non.

La Cédéao a beaucoup fait dans la lutte contre le terrorisme, la solidarité entre les Etats, l’accompagnement des forces de défense et de sécurité dans notre espace. L’intégration pour une Cédéao des peuples. La libre circulation des personnes et des biens, tout ça, ce sont des sujets sur lesquels la Cédéao travaille au quotidien…».

2- Bamba Fall battu par le poulain de Sonko à Dakar

La candidature de Bamba Fall au poste de 1e adjoint au maire de la ville de Dakar avait suscité des grincements de dents dans la salle de délibération de la Ville de Dakar où s’est déroulée la cérémonie d’installation du nouveau maire, Barthélémy Dias, et l’élection du bureau municipal.

Alors que le consensus semblait être trouvé en la personne du coordonnateur de Pastef Dakar, Abass Fall, deux autres candidatures ont été enregistrées pour l’élection à ce poste, indique Emedia. Il s’agit du maire de la Médina, Bamba Fall et celle de Massamba Séye, candidat malheureux à la ville de Dakar. Et même si Bamba Fall était parvenu à maintenir le suspens, il n’a pas pu passer. Sur les 93 voix, le désormais ministre conseiller a obtenu 29 voix contre 47 pour le représentant de d’Ousmane Sonko à Dakar. Après le vote, Bamba Fall a essuyé des cris à sa sortie de la salle de délibération. De tels actes ont entraîné des accrochages entre ses fidèles et les autres militants.

À DÉCOUVRIR

3- Moustapha Diakhaté : « Le Sénégal doit poursuivre Salif Sadio et le MFDC pour sédition, terrorisme et crime »

Après les propos de Robert Sagna qui explique comment lui et son groupe de réflexion ont convaincu Salif Sadio qu’il n’avait pas intérêt à garder les 7 otages, Moustapha Diakhaté est monté au créneau pour déplorer cette affirmation. L’ancien président du groupe parlementaire Benno Bokk Yakaar trouve que Robert Sagna devait avant tout dénoncer les attaques contre les militaires sénégalais. Mais, s’offusque-t-il, il a préféré parler de trafic de bois.

« Contrairement aux propos du groupe de réflexion pour la paix en Casamance, le MFDC est très actif dans le trafic de bois. Il a assassiné et pris en otage des militaires Sénégalais. Le groupe de réflexion pour la paix en Casamance doit dénoncer, condamner avec la plus grande fermeté, le lâche assassinat et la prise d’otage de militaires sénégalais par les terroristes du MFDC. Les Sénégalais dans la grande majorité, savent que le terroriste Salif Sadio et les membres du MFDC ne représentent qu’eux-mêmes. Pour ce qui le concerne, le Sénégal doit poursuivre Salif Sadio et le MFDC pour sédition, terrorisme et crime », assène-t-il.(Avec Walfnet)

4- Guédiawaye : Le Préfet réplique aux accusations d’Ahmed Aïdara

Guédiawaye : la réponse salée du préfet aux accusations d'Ahmed Aïdara -  Sunugal24


Le préfet de Guédiawaye apporte la réplique au nouveau maire Ahmed Aïdara qui l’accuse d’avoir fermé les yeux sur des violations de la loi hier lors de l’installation du bureau municipal.

Selon Igfm, Cherif Blondin Ndiaye regrette les incidents d’hier et parle de comportement qui n’honore pas un maire, il déclare par ailleurs que l’administration territorial va prendre toutes ses responsabilités par rapport à cette situation.
« C’est regrettable de la part d’un maire de tenir ces propos. Nous avons assisté au vote du premier adjoint devant la presse. Pour ces deux cas dont il fait allusion, premièrement il n’a été nullement évoqué lors du conseil concernant ses liens de parentés. Deuxièmement, pour le cas de la procuration d’une certaine Absatou Ba, sur la procuration en haute page son nom est bien mentionné. Vraiment se sont des propos qui n’honorent pas un maire et qu’il ne devait pas tenir d’autant plus que ces observations n’ont pas été portées devant le conseille », argue le préfet au micro de Rfm.
Blondin considère que l’élection du premier adjoint a été votée dans les règles de l’art, cheikh Sarr a obtenu 44 voix sur les 84 votants. il ajoute que ‘’ Par rapport à ces situations on va prendre nos responsabilités en temps voulu’’.

5- Marche des APS : La direction passe à l’acte, Sept agents radiés

Les sanctions commencent à tomber au niveau de la Direction générale de l’Agence d’assistance à la sécurité de proximité (Asp) après la manifestation non autorisée des Asp.

En effet, leur directeur général, Birame Faye qui avait promis de sévir contre les contrevenants est passé à l’acte. Selon les informations de Walfnet, hier, 7 meneurs de la grève ont été radiés de leur corps par le Comité de discipline. Il s’agit de Diamako Touré, qui faisait office de porte-parole le jour des manifestations, à Dakar, le mardi dernier, de Sékou Touré qui sert à Nioro du Rip, de Diarga Diao à Kolda, de Khady Bame à Mbour, Aziz Sow à Mbour, Arona Dieng à Mbour et de Ndèye Rokhaya Diouf également à Mbour. Joint au téléphone par WalfQuotidien, la première nommée était sous le choc, indique nos confrères.
«Je ne peux pas parler pour le moment», réagit Diamako Touré. Mais cette mesure prise par la Direction générale ne semble pas faire reculer les Agents de sécurité de proximité qui se disent plus déterminés à obtenir gain de cause.
Dans la foulée, ils ont décrété une grève illimitée pour exiger la réintégration de leurs camarades immédiatement et sans conditions. «L’Union des Agents de sécurité de proximité du Sénégal rappelle à tous les assistants sans distinction qu’une grève illimitée est décrétée à partir de ce vendredi. Nous exigeons de la Direction générale la réintégration le plus rapidement possible de nos collègues radiés. L’Union des Asp du Sénégal invite ses camarades à une forte mobilisation, de solidarité et d’abstinence. «Un pour tous et tous pour un», lit-on selon Walfnet, dans un communiqué rendu public.

Les commentaires sont fermés.