Le Café qui réveille l'Info

Top Actu Afrique : L’essentiel de l’actualité du continent du 17 Février 2022

1- Afrique-Europe : Un sommet à Bruxelles pour « changer la donne »

Quarante chefs d’Etat africains se réuniront avec leurs homologues européens les 17 et 18 février afin de donner un nouveau visage aux relations entre les deux continents, notamment sur les questions de sécurité, de santé et d’investissements.

Sécurité, santé et stabilité sont les trois défis communs auxquels l’Europe et l’Afrique veulent s’attaquer pour « changer la donne » de leurs relations lors du 6e sommet Union européenne-Union africaine jeudi et vendredi à Bruxelles. Quarante des cinq-quatre dirigeants membres de l’UA devraient retrouver leurs homologues de l’UE pour définir ce nouveau partenariat.

« Un partenariat postule l’échange et le partage », ont souligné le président du Conseil européen, le Belge Charles Michel, et le président de l’Union africaine, le Sénégalais Macky Sall, dans une tribune conjointe. Les discussions se dérouleront au sein de sept tables rondes pour « éviter la litanie des discours lors d’une longue plénière sans résultats » et des « échanges animés » sont attendus, ont expliqué les organisateurs du sommet, rapportés par l’AFP. Emmanuel Macron en a fait un moment fort de la présidence française du Conseil de l’UE. « Nous voulons un sommet qui change la donne », insiste-t-on à Paris.(Avec La Tribune)

2-Mali : La France et ses partenaires confirment un «retrait coordonné»

Mali : l'intervention militaire française en quatre dates clés

la France, ses partenaires européens et le Canada ont annoncé, jeudi 17 février, le retrait des forces militaires du Mali après neuf ans d’intervention militaire contre les jihadistes. C’est après une réunion mercredi soir à l’Élysée entre les partenaires africains et européens pour évoquer la situation au Sahel que la décision a été entérinée. Les forces de Barkhane et Takuba vont donc quitter le Mali lors d’un « retrait coordonné ».« En raison des multiples obstructions des autorités de transition maliennes », les pays estiment que les conditions politiques, opérationnelles et juridiques ne sont plus réunies pour poursuivre efficacement leur engagement militaire actuel…, précise le texte de cette déclaration conjointe.

Les pays signataires ont convenu de poursuivre leur action contre le terrorisme dans la région du Sahel, notamment au Niger et dans le golfe de Guinée, des régions devenues des « priorités de la stratégie d’expansion » d’al-Qaïda et du groupe État islamique, a déclaré le président Emmanuel Macron.(Avec RFI)

3- Algérie : Pourquoi le président Tebboune gèle les nouvelles taxes

Après avoir approuvé de nouveaux prélèvements dans le projet de loi finances 2022, l’exécutif algérien fait machine arrière, alors qu’une poussée inflationniste grève le pouvoir d’achat des populations.

Rétropédalage. Dans une réunion du Conseil des ministres le 13 février, le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, a décidé le gel « à compter d’aujourd’hui et jusqu’à nouvel ordre, de tous les impôts et les taxes, notamment les taxes contenues dans la loi de finances 2022 sur certains produits alimentaires ». Le président algérien a également ordonné « la suppression de tous les impôts et taxes sur le e-commerce, les téléphones portables, les matériels informatiques à usage personnel et les start-up en se contentant des tarifications réglementées ».(Avec Jeune Afrique)

4- Déclaration conjointe sur la lutte contre la menace terroriste et le soutien à la paix et à la sécurité au Sahel et en Afrique de l’Ouest

A la veille du Sommet entre l’Union européenne et l’Union africaine, nous, les pays sahéliens et voisins ainsi que les partenaires internationaux, nous sommes réunis pour échanger sur la situation au Sahel. Nous restons déterminés à soutenir le Mali et sa population dans leurs efforts pour obtenir une paix durable et la stabilité, ainsi que pour combattre les menaces terroristes au Sahel.

Nous réaffirmons tous notre forte volonté de poursuivre notre partenariat avec et notre engagement pour le peuple malien dans la durée, pour faire face à tous les défis posés par l’activité des groupes armés terroristes au Sahel.(…). Nous exhortons les autorités maliennes à réengager un dialogue constructif avec la CEDEAO et l’Union africaine, au plus haut niveau, afin de trouver une solution en faveur de la stabilité et du développement du Mali et de toute la région.(…).
A la demande de leurs partenaires africains, et sur la base de discussions sur les futures modalités de leur action conjointe, ils sont néanmoins convenus de poursuivre leur action conjointe contre le terrorisme dans la région du Sahel, notamment au Niger et dans le Golfe de Guinée, et ont engagé des consultations politiques et militaires avec eux dans l’objectif d’arrêter les paramètres de cette action commune d’ici juin 2022.(Avec ivorien.net)

5- RDC- Nord-Kivu : la LIFNOKI appelle les jeunes miliciens à abandonner la lutte armée au profit du sport

Nord-Kivu : une structure catholique invite le PDDRC-S à assurer « un  encadrement permanent » des ex-combattants | Radio Okapi

Le président de la Ligue provinciale de football du Nord-Kivu (LIFNOKI) a appelé, mardi 15 février à Goma, les jeunes de Beni qui ont rejoint les groupes armés à déposer les armes pour se mettre au sport.  

« Dans le football, il y a la vie. Nous faisons un appel aux jeunes qui sont dans les groupes armés de quitter et de venir nous rejoindre », a déclaré Eldé Vakatsuraki, au cours d’une rencontre avec la presse à Goma.  Pour lui, ces jeunes peuvent se choisir le football, qui unit les gens et qui peut les aider à gagner leur vie ; au lieu de rester dans les groupes armés.  
« C’est un message d’espoir : au-delà de l’insécurité, il y a le football qui unit les gens. C’est que nous faisons un appel à tous les jeunes qui sont dans les groupes armés de quitter et de venir pratiquer du sport. Dans le football il y a la vie, il y a des gens qui se font des millions de dollars grâce au football. Je ne vois aucun jeune qui est dans un groupe armé et qui gagne de l’argent. Mais ils sont tués n’importe comment. Nous les demandons de revenir et de venir pratiquer le football avec les autres jeunes », a précisé Eldé Vakatsurak(Avec Radio Okapi)

6- Éthiopie : Des soldats du Tigré accusés d’agressions sexuelles

Une nouvelle enquête d’Amnesty International en Ethiopie, révèle que les rebelles de la région dissidente du Tigré ont violé collectivement des femmes et des jeunes filles pendant la guerre. Le conflit qui dure depuis 15 mois entre les forces du Front de Libération du tigré tplf et l’armée fédérale éthiopienne a fait de nouvelles victimes.

L’organisation de défense des droits de l’homme a interrogé 30 victimes de viol, et d’autres victimes de violences, afin de dresser un tableau des atrocités commises à Chenna et à Kobo en août et en septembre dernier. Dates auxquelles les rebelles du TPLF avaient pris le contrôle de ces villes de la région d’Amhara. Certaines victimes ont subi des lacérations, qui, selon les médecins auraient été causées par l’introduction de baïonnettes de fusil dans leurs parties génitales. Une écolière de 14 ans et sa mère ont été violé par des combattants du TPLF qui leur ont déclaré qu’ils agissaient ainsi par vengeance pour les atrocités commises contre leur propre famille.(Avec Africanews)

7- Algérie : Instauration d’une allocation chômage pour les jeunes

Algérie : instauration d'une allocation chômage pour les jeunes

Une allocation chômage sera accordée aux jeunes en Algérie et certaines taxes sur des produits de large consommation seront suspendues, une première dans un pays en proie à une crise économique, a annoncé mardi le président Abdelmadjid Tebboune.

L’Algérie va « instituer une allocation chômage sous forme de présalaire afin de préserver la dignité des jeunes », a-t-il dit dans une interview avec des médias diffusée par les télévisions locales. L’allocation de 13 000 dinars algériens (près de 82 euros) sera accompagnée d’une couverture santé, a poursuivi le président, en précisant que ces dépenses étaient prévues par la loi de finances 2022.

Le pays enregistre un taux de chômage de près de 15%. Cette allocation représente plus de la moitié du salaire national minimum garanti qui est de 20 000 dinars algériens (125 euros).« La flambée des prix sur les marchés mondiaux a fait que les fonds destinés à l’achat de quantités données de céréales et de légumineuses, ne suffisent aujourd’hui qu’à en acquérir le tiers », a souligné Abdelmadjid Tebboune.(Avec AFP)

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.