Le Café qui réveille l'Info

Top Actu Afrique : L’essentiel de l’actualité du continent du 16 Février 2022

1- Burkina Faso : Paul-Henri Damiba investi officiellement Président, ce mercredi

Le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, qui a pris le pouvoir lors du coup d’État du 24 janvier, sera investi, mercredi 16 février 2022, par le Conseil Constitutionnel, en qualité de Président du Faso, Chef de l’État, Chef suprême des Forces Armées.

Le nouvel homme fort du Burkina Faso, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, qui a pris le pouvoir lors d’un coup d’Etat le 24 janvier, avait été déclaré « président » par le Conseil constitutionnel devant lequel il doit prêter serment, ce mercredi 16 février 2022. Par Ordonnance N° 2022-001/CC/CAB du 8 février 2022, le président du Conseil Constitutionnel a fixé au mercredi 16 février 2022, l’audience solennelle de prestation de serment du Lieutenant-Colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, Président du Mouvement Patriotique pour la Sauvegarde et la Restauration (MPSR) en qualité de Président du Faso, Chef de l’État, Chef suprême des Forces Armées.(Avec Benin web tv)

2- Djibouti : Une vague d’arrestations inquiétante

Plusieurs sources rapportent mardi soir l’arrestation de hauts dirigeants des forces de sécurité de Djibouti parmi lesquels le chef de la police, le colonel Abdullahi Abdi, et le général Zakaria Sheik, chef des armées. L’ancien ministre du budget Bodeh Robleh serait lui aussi aux arrêts.

Les raisons de ces arrestations restent troubles. Alors qu’une tentative de coup d’Etat était évoquée tôt dans la soirée, il semblerait que la fuite d’écoutes téléphoniques compromettant la première dame soient à l’origine de ces détentions.(Avec Africanews)

3- RDC : La CENI dans le viseur de l’IGF

L’Inspection Générale des Finances annonce une mission de contrôle dans 48 heures à la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI). Il sera question de vérifier combien d’argent a reçu la centrale électorale et à quoi il été affecté. C’est une mission qui sera permanente et suivra toutes les opérations de financement de la centrale électorale. L’IGF précise que c’est dans le cadre de l’encadrement comme cela est fait dans les institutions publiques « pour éviter les confusions ».
 « Chaque fois qu’il y aura un décaissement, nous allons nous assurer de la transparence et de l’affectation réelle de ces fonds », a annoncé Jules Alingete, chef de service de l’IGF, sur Top Congo FM.(Avec Actualité cd)

4- Ghana : Inquiétante multiplication d’atteintes à la liberté de la presse

Reporters sans Frontières (Paris)COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Alors que trois journalistes ont été arrêtés et détenus et qu’un autre a été violemment agressé, Reporters sans frontières (RSF) appelle les autorités à renoncer aux peines privatives de liberté pour les délits de presse et à faire toute la lumière sur l’attaque dont a été victime un journaliste d’Onua TV.

Depuis le début du mois de février, trois journalistes se sont retrouvés derrière les barreaux et ont été poursuivis pour diverses infractions présumées. Un autre a été violemment agressé par des policiers et se trouve toujours hospitalisé.

« Dans un pays où les arrestations de journalistes étaient devenues une exception, ces nouveaux cas de détention et d’agression sont particulièrement inquiétants, déplore le directeur du bureau Afrique de l’Ouest de RSF, Sadibou Marong. Ces pratiques sont contraires à l’exemplarité attendue d’un pays réputé pour la qualité de son information nationale, conséquence directe du libre exercice du journalisme dans le pays. Les autorités doivent renoncer à recourir aux peines privatives pour les délits de presse et doivent poursuivre et punir les responsables d’agression de journalistes. »(Avec allAfrica)

5- Ethiopie : Amnesty International accuse des rebelles tigréens de viols collectifs

Des dizaines de femmes et de mineures auraient été violées dans deux localités de la région Amhara par des forces du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF).

Des combattants rebelles du Tigré, région du nord de l’Ethiopie, ont violé collectivement des dizaines de femmes et de mineures dans deux localités de la région Amhara, affirme mercredi 16 février un rapport de l’organisation de défense des droits humains Amnesty International. Depuis son déclenchement en novembre 2020, la guerre commencée au Tigré et qui s’est ensuite propagée aux régions voisines de l’Amhara et de l’Afar, a été marquée par de nombreuses exactions dans chaque camp.(Avec Le Monde.fr)

6- Bénin : 05 jours d’hommage aux 7 soldats tués par les terroristes

Séance de répétitions inter-forces pour le défilé militaire à Parakou et  Aplahoué | Les 4 VERITES

Le gouvernement béninois fera ses adieux aux soldats morts dans les affrontements avec des terroristes, au nord du pays. Selon Frissons Radio, la cérémonie d’hommage s’étend sur cinq jours, à compter du jeudi 17 février 2022.
Aux soldats tombés sur le champ de bataille, une cérémonie d’hommage sera organisée dès le jeudi 17 février 2022 en leur mémoire. Selon Frissons Radio, la cérémonie se déroulera dans quatre villes du nord Bénin : Natitingou, Djougou, Parakou et Ouassa. Prévue pour se dérouler à huit heures, elle serait présidée par la vice-présidente de la République Mariam Chabi Talata.
Pour rappel, des affrontements ayant eu lieu ces derniers jours avec des groupes terroristes ont coûté la vie à sept soldats issus des deuxième, sixième et huitième BIA (bataillon inter-armées de Parakou, Natitingou et Djougou), le premier BCP (Bataillon des Commandos Parachutistes de Ouassa).(Avec aCotonou.com)

7- Rwanda : Les présumés auteurs de l’attentat du 6 avril 1994 sont libres

Rose Kabuye sur ses images et plusieurs autres proches du président rwandais Paul Kagamé, ne feront plus l’objet de poursuite dans le dossier de l’attentat du 6 avril 1994 contre le falcon 50 du président Juvénal Habyarimana. L’ ancienne chef de la guérilla, aujourd’hui chef du protocole du président rwandais Paul Kagame, avait été inculpée par un tribunal français de « complicité d’assassinat en relation avec le terrorisme ».

Mardi, La Cour de cassation a clos ce dossier confirmant un non-lieu dans l’enquête ouverte par le juge Jean Louis Bruguière et qui avait conduit à la détérioration des relations entre Paris et Kigali. Ce dernier accusait les militaires du FPR, il avait signé des mandats d’arrêt à leur encontre et avait recommandé en 2006 des poursuites contre le président Kagamé devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda. Cet attentat, dont on ne saura jamais quels étaient les commanditaires a également joué un rôle dans la guerre civile à cette époque.(Avec Africanews)

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.