Le Café qui réveille l'Info

Sit-in devant la Direction Générale de la Sapco : Les agents en rogne réclament 3 mois d’arriérés de salaire

Les travailleurs de la Société d’aménagement et de promotion des côtes et zones touristiques du Sénégal (Sapco) ne peuvent plus prendre leur mal en patience. Sans salaire depuis 3 mois, ils sont sortis de leur mutisme pour réclamer du Directeur général de la Sapco le payement de 3 mois d’arriérés de salaire. En sit-in ce lundi, ces travailleurs sont revenus largement sur la situation précaire qu’ils traversent au sein de l’entreprise.
 
« Nous sommes restés trois mois sans salaire. C’est ce que nous dénonçons. Le Dg ne parle avec personne. Même ces plus proches collaborateurs. Nous sommes au maximum 700 agents sans salaire depuis 3 mois. Nous n’arrivons plus à nous soigner. Même si un agent est malade, il n’arrive pas à avoir une lettre de garantie. Tous les hôpitaux nous rejettent. On continue à travailler, mais nous réclamons nos salaires », martèle Assane Ndiaye agent de la Sapco à Mbour.
 
Poursuivant ses propos, M. Ndiaye précise : « Nous sommes arrivés ici à 8 heures déjà, nous avons trouvé des policiers sur place. Nous sommes des jeunes Sénégalais civilisés. Depuis qu’Amadou Mame Diop est venu à la tête de la Sapco, il n’a même pas fait sa feuille de route. Pire, il n’a pas fait le tour des agences pour connaître ses agents. Et leur dire sur quelle méthode il veut travailler avec nous. La Sapco est le cœur du tourisme au Sénégal. Mais depuis qu’il est venu, il n’a posé aucun acte. Ce sit-in est notre premier acte. Ces policiers sont nos frères. Nous ne jetons pas de pierres, nous  n’allons pas également faire des casses. Mais nous avons le droit de venir devant notre boite pour montrer à notre Directeur que nous ne sommes pas contents de lui. Nous lançons une fois de plus un appel aux autorités de ce pays et surtout au chef de l’Etat qu’il lui parle ».
 
Fatou Julie Dieng, agent marketing de la délégation Cap-Vert Sapco Sénégal, prenant la parole lance le même cri de cœur. « Notre cri de cœur est que voilà, il y a de cela 3 mois que nous souffrons dans le silence sans salaire. Nous vivons des conditions difficiles. Nos collègues affectés dans les régions, plus de la moitié ont été déguerpi de leurs maisons. Car ils n’arrivent plus à payer le loyer. Ceux qui sont malades ne peuvent plus se soigner. Les IPM ont été barrés. Nous sommes des soutiens de famille. Notre Directeur général Amadou Mame Diop, depuis son arrivé à la tête cette entreprise bientôt un an, n’a posé aucune feuille de route. Nous avons tout fait pour qu’il puisse nous entendre, mais rien. Nos enfants sont renvoyés des écoles, les divorces se multiplient. Nous lançons un appel au président de la République à revoir la Sapco », dit-elle.(Avec Pressafrik.com)

Les commentaires sont fermés.