Le Café qui réveille l'Info

Top Actu Afrique : L’essentiel de l’actualité du continent du 25 janvier 2022

1- Afrique : Après IBK, Alpha Condé et Roch Marc Christian Kaboré, à qui le tour ?

En moins de deux ans, dans le seul espace de la CEDEAO, trois présidents démocratiquement élus, à savoir Ibrahim Boubacar Keïta du Mali, Alpha condé de la Guinée et Roch Marc Christian Kaboré du Burkina Faso ont été renversés par des coups d’État militaires. Ne faut-il pas s’attendre à un autre putsch dans un autre pays membre de la CEDEAO car les présidents, pour la plupart, sont en déphasage avec les populations qui soutiennent ces changements en cours, bien qu’anticonstitutionnels ?

Tempêtes des coups d’État dans l’espace CEDEAO. C’est ce qu’on constate depuis août 2020. Les pays de la CEDEAO sont affectés, ces derniers temps, par le virus des coups d’État. Les suspensions, les sanctions économiques et financières contre les pays concernés n’empêchent pas les militaires d’autres pays de déposer les présidents démocratiquement élus.

Pendant que l’organisation sous régionale n’a pas fini de gérer la situation du Mali, Alpha Condé de la Guinée a été, lui aussi, renversé par un coup d’État militaire conduit par le colonel Mamadi Doumbouya. Là aussi, la CEDEAO a pris ses marteaux de sanctions contre la Guinée du colonel Doumbouya qui a été suspendue des organisations comme le Mali. Mais ces sanctions ont poussé les populations à soutenir les militaires au pouvoir pour la réussite de la transition.

Pendant que la CEDEAO prenait des sanctions contre le Mali et la Guinée, les burkinabés ont commencé à demander constamment la démission de leur président. Les récentes sanctions économiques et financières contre le Mali et les multiples attaques terroristes dans le pays ont causé la mutinerie des militaires qui ont renversé le président Roch Marc Christian Kaboré. Même si l’incertitude règne au moment où nous mettions cette information sous presse, les mutins ont atteint un point de non-retour. La télévision nationale, des institutions de la République sont contrôlés par les mutins. Le président, certainement en sécurité comme le disent plusieurs sources, a appelé au dialogue. « Notre nation vit des moments difficiles. 

(Avec Mali web.net)

3- RDC : Trois ans après la passation pacifique de pouvoir, des Kinoises dressent un bilan

RDC: trois ans après la passation pacifique de pouvoir, des Kinoises  dressent un bilan | Actualite.cd

24 janvier 2019-24 janvier 2022, trois ans se sont écoulés depuis la cérémonie d’investiture de Felix Tshisekedi. Entre une coalition brisée, des gouvernement restructurés, des personnalités politiques arrêtées, Desk femme est allé à la rencontre des femmes qui reviennent sur ce fait marquant de l’histoire politique congolaise.

« Que n’avons-nous pas vécu dans ce pays avant que ce pouvoir ne soit installé ? », s’interroge Marguerite Furaha, cinquantenaire et ancienne agent de l’Agence Nationale du Renseignement (ANR). 

Et de renchérir, « Combien de personnes ont été arrêtées, combien ont perdu la vie pour avoir sorti un propos contraire aux attentes du pouvoir en place ? Je pense qu’on peut tout dire de ces deux personnalités (Félix Tshisekedi et Joseph Kabila ndlr) mais, la population exprime plus librement son point de vue ». 

(Avec Actualité cd)

4- Cameroun : Une bousculade devant le stade de Yaoundé a fait 8 morts

Huit personnes, dont un enfant, ont perdu la vie en marge d’une bousculade devant le stade de Yaoundé avant le match du Cameroun face aux Comores.

Une bousculade devant un stade de Yaoundé a fait huit morts avant un match de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football qui opposait lundi soir le Cameroun aux Comores, selon un rapport préliminaire du ministère de la Santé que s’est procuré l’Agence France-Presse.

« Huit décès sont enregistrés », selon le rapport, dont un enfant. Un premier bilan fourni plus tôt par la télévision d’État faisait état d’une « demi-douzaine de morts et des dizaines de blessés ». Selon le ministère de la Santé, une bousculade s’est produite à l’entrée sud du stade d’Olembé. Les victimes ont été « immédiatement transportées » à bord d’ambulances, mais « le trafic routier intense, a ralenti le transport », selon le rapport. Un bébé aurait également été piétiné par la foule, selon le ministère de la Santé. Le nourrisson, « immédiatement extirpé et conduit à l’hôpital général de Yaoundé » se trouve dans un état « médicalement stable ».

Une cinquantaine de blessés

Selon les autorités sanitaires, une cinquantaine de personnes ont été blessées, dont deux personnes polytraumatisées et deux autres souffrant de traumatismes crâniens. La CAF, qui organise la compétition phare du continent, a dépêché son secrétaire général « au chevet des victimes admises dans les hôpitaux de Yaoundé », selon un communiqué. « La CAF enquête actuellement sur la situation afin d’obtenir plus de détails sur ces incidents », a poursuivi la Confédération.

(Avec Le Point.fr)

5- Mali : La junte exige le retrait immédiat des soldats danois

Le groupement européen de forces spéciales Takuba, lancé par la France en 2020, va perdre une centaine de soldats du Danemark, sommés de rentrer chez eux.

La junte au pouvoir au Mali a demandé lundi 24 janvier que le Danemark retire « immédiatement » la centaine de soldats arrivés récemment dans le pays en crise, venus participer au groupement européen de forces spéciales Takuba initié par la France. Le gouvernement malien, dominé par les militaires arrivés au pouvoir à la faveur d’un putsch en août 2020, a indiqué dans un communiqué lu à la télévision nationale et publié sur les réseaux sociaux que « ce déploiement est intervenu sans son consentement ».

Le Danemark a annoncé la semaine passée l’arrivée au Mali de 90 hommes, majoritairement des soldats d’élite et des chirurgiens militaires, censés participer au sein de Takuba à la protection des civils contre les djihadistes dans la zone dite des trois frontières (Mali, Burkina Faso, Niger) et être basés à Ménaka (est du Mali). Regroupement de forces spéciales européennes destiné à accompagner les soldats maliens au combat face aux djihadistes, la task force Takuba a été lancée en mars 2020 à l’initiative de la France pour partager le fardeau avec les partenaires européens.

(Avec AFP)

6- Ghana : Accusées de sorcellerie, plusieurs centaines de femmes vivent recluses dans des camps

Le Ghana est l’un des derniers pays au monde où existent des « camps de sorcières » : cinq sont disséminés sur le territoire et abritent environ 300 femmes. Elles sont particulièrement visées par les accusations de sorcellerie qui les obligent à s’exclure de la société, en vivant souvent dans des conditions misérables. Certains recourent à cette stigmatisation pour éviter de rembourser une dette ou éloigner une épouse. Des ONG tentent d’obtenir leur réintégration dans leurs villages d’origine.

(Avec France24)

7- Burkina Faso : Le secrétaire général de l’ONU appelle à la retenue après le coup d’État

Le secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres a appelé lundi toutes les parties en présence au Burkina Faso à faire preuve de retenue et à opter pour le dialogue après que l’armée a renversé le président dans ce pays d’Afrique de l’Ouest, rapporte Xinhua.

Le secrétaire général de l’ONU “condamne fermement toute tentative de prise de pouvoir par la force” et “appelle les putschistes à déposer les armes”, selon un communiqué publié par son porte-parole Stéphane Dujarric.

M. Guterres a également exhorté les putschistes à “protéger l’intégrité physique du président et des institutions du Burkina Faso”, selon le communiqué.

L’armée du Burkina Faso a annoncé lundi avoir renversé le président Roch Kaboré, suspendu la Constitution, dissous le gouvernement et l’Assemblée nationale et fermé les frontières du pays.

(Tchadinfos)

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.