Le Café qui réveille l'Info

Top Actu Afrique : L’essentiel de l’actualité du continent du 14 janvier 2022

1- Mali : Des mouvements et associations dans la rue aujourd’hui pour dénoncer les sanctions de la CEDEAO

Plusieurs organisations de jeunes se sont donné rendez-vous aujourd’hui, vendredi 14 janvier 2022, sur le Boulevard de l’Indépendance, pour une grande manifestation. Cette question était au centre d’une conférence de presse, le mercredi 12 janvier 2022, à la Bourse du Travail.

Cette occasion a servi de cadre pour Dr Allaye Bocoum de faire comprendre que l’appel à la mobilisation a été lancé au nom de tous les Maliens de l’intérieur et de la diaspora. Il a rassuré qu’ils vont sortir pour répondre à la CEDEAO. Selon Dr Bocoum, aucun texte ne prévoit la fermeture des frontières entre le (…)(Avec Mali Web)

2- Benin-Code général des impôts : Les cérémonies familiales et les spectacles désormais frappés de taxes

L’Etat autorise les communes à lever des taxes sur les cérémonies funéraires. Cette pratique déjà en usage dans certaines communes du Bénin est désormais autorisée par le gouvernement à travers le code général des impôts (CGI). Cette taxe concerne aussi bien les funérailles que les spectacles, jeux et divertissements dans les établissements ou chez des personnes non assujetties à la taxe sur la valeur ajoutée ou à la taxe sur les jeux de hasard. Ainsi,
Le monde des spectacles aussi concerné.

 En clair, tout événement à caractère bruyant est désormais concerné. L’article 307 du CGI précise que le tarif de la taxe est fixé de 1% à 5% des recettes, soit par établissement, soit par appareil exploité, soit par jour. « La taxe est acquittée mensuellement au plus tard le 10 de chaque mois pour les établissements stables ; le jour ouvrable suivant le dernier des représentations ou manifestations exceptionnelles », indique le CGI. Cette taxe est frappée d’une pénalité égale à 20% de son montant en cas de retard. « La pénalité est portée à 40% en cas de mauvaise foi et à 80% en cas de manœuvres frauduleuses, de fausse déclaration ou de droits fraudés », indique le CGI.(Avec acotonou.com)

3- Afrique : Plusieurs organisations africaines signent une tribune en soutien au Mali

HALTE À L’AGRESSION DU PEUPLE MALIEN EN LUTTE !

Les peuples africains suivent avec intérêt et admiration, l’aspiration légitime à la liberté et à la Dignité en cours sur les vastes terres de Soundiata et Modibo KEITA.

Au-delà des réserves que l’on peut nourrir vis-à-vis de la junte au pouvoir sur la durée de la transition et la gestion des affaires publiques, nos organisations sont conscientes que la lutte actuelle du vaillant peuple malien s’inscrit en droite ligne de celle des pères fondateurs de l’unité africaine. L’avenir d’une Afrique libre et souveraine en dépend.

À ce titre, nous, mouvements citoyens, partis politiques et personnalités d’Afrique et de sa diaspora :
– Condamnons les décisions iniques, indignes et scélérates des chefs d’États de la CEDEAO;
– Engageons la CEDEAO à lever dans les plus brefs délais cet embargo sur le peuple frère du Mali;
– Assurons le Peuple Malien de la solidarité et du soutien indéfectible des masses silencieuses africaines;
– Engageons tous les africains épris de paix et de liberté à se mobiliser pour exprimer leur solidarité au peuple Malien en lutte pour la Renaissance de leur souveraineté;
– Rappelons la priorité que constitue la lutte contre le terrorisme et les forces obscurantistes qui endeuillent le Mali, les pays du Sahel, et menacent de disloquer les sociétés africaines;
– Pressons les États africains, les peuples d’Afrique, les élites en particulier, à prendre toute leur part à la bataille historique pour la libération du Mali, du Sahel et de l’Afrique.
Enfin, si la CEDEAO persiste à punir le peuple malien pour ces considérations politiques, nous braverons cet embargo en ralliant le Mali, pour participer aux mouvements de protestation à Bamako. Une synchronisation de ces manifestations se fera partout dans le monde devant les ambassades en soutien au Mali.
Vive la solidarité entre les peuples africains en lutte !
Vive le Peuple malien en lutte !
Un peuple uni n’est jamais vaincu !

Afrikki4Mali

ORGANISATIONS SIGNATAIRES

Organisations de la société civile africaine :
Yerewolo « Debout Sur Les Remparts » (Mali), Balai Citoyen (Burkina Faso), Y en a marre (Sénégal), Filimbi (RDC), Novox (Côte d’Ivoire), Lucha (RDC), Sindimuja (Burundi), MOUVEMENT MPLCA (RDC), CONGO UBUNTU (RDC), Solidarity (Ouganda), 3e Voie (Comores), Fees Must Fall (Afrique du Sud), Iyina (Tchad), Frapp France Dégage (Sénégal), Team Gom Sa Boppa (Gambie), Wake Up (Madagascar), En Aucun Cas (Togo), Émergence Citoyenne (Guinée Conakry), Ras Le Bol (Congo), Balai Citoyen (Guinée Conakry), Afrikamba (Burkina Faso), 2H pour Kamita (Burkina Faso), Ligue des Panafricanistes (Burkina Faso), ONG 3D (Sénégal), Afrikajom Center (Sénégal), Solidarités Activistes (Guinée Conakry), Ufahari wa Komori (Comores)

Partis ou Mouvements Politiques :
APP/ Burkindi (Burkina Faso), Burkina Yirwa (Burkina Faso), OPA/Burkina (Burkina Faso), MCR (Burkina Faso), PUR (Burkina Faso), FDS / Les Guelwaars (Sénégal), Mouvement SENS (Burkina Faso)

Personnalités publiques :
Dr Ra-salbga OUÉDRAOGO (Burkina Fasp), Tiken Jah (Mali, Côte d’Ivoire), Nathalie YAMB (Cameroun), Odile SANKARA (Burkina Faso), Khadja NIN (Burundi), Didier Awadi (Sénégal), Master Soumy (Mali), Dame MBODJ (Sénégal, Pr Bassiahi Abdramane SOURA (Burkina Faso), Gora Khouma (Union des routiers, Sénégal), Pr Augustin LOADA (Burkina Faso), Pr Jean François KOBIANE (Burkina Faso), Valsero (Cameroun), Élie Kamano (Guinée), Bassolma BAZIÉ (Burkina), Pr Yoporeka SOMET (Burkina Faso), Abdoulaye Menes Diallo (Burkina Faso), Maud-Salomé EKILA (RDC), Soumbil (RCI), Aziz DIALLO (Burkina Faso), Fadel BARRO (Sénégal), Maître Guy Hervé KAM (Burkina Faso), Yoporeka SOMET (Burkina Faso), Pr Étienne TRAORE (Burkina Faso), Pr Mamadou KOULYBALI (Côte d’Ivoire), Jonas HIEN (Burkina Faso), Luc DAMIBA (Burkina Faso), Mounoubai MADNODJE (Tchad), Dr Ollo Pépin HIEN (Burkina Faso), Pr Jean François KOBIANE (Burkina Faso) Pr Bassiahi Abdramane SOURA (Burkina Faso), Pr Aziz FALL (Canada), Honorable Alexandre Sankara (Burkina Faso), Sam’s K Le Jah (Burkina Faso)…

Advertisement

(Avec acotonou.com)

4-Nigeria : Après 10 ans d’interdiction, les motos à nouveau autorisés dans l’Etat de Yobe

Interdiction des motos-taxis au Nigeria: qu'en pensent les utilisateurs ?

Pour des raisons sécuritaires, l’utilisation des véhicules à deux roues a été proscrit dans l’Etat de Yobe, obligeant les populations à recourir à des moyens de transport alternatifs. 

Le gouverneur de l’Etat de Yobe, Mai Mala Buni (photo), dans la région septentrionale du Nigeria, a annoncé le lundi 10 janvier, la fin de la mesure interdisant l’utilisation des motos, après que cette disposition a été en vigueur pendant 10 ans. La mesure imposée en 2012, intervenait dans une situation sécuritaire assez critique où le groupe terroriste Boko Haram semait une grande terreur. L’utilisation de motos faisant partie des modes opératoires des assaillants.

La levée de cette interdiction qui s’appliquera dans 10 collectivités locales de la zone sénatoriale nord et sud de Yobe, se justifie d’après le gouverneur par une amélioration de la situation sécuritaire. La décision, qui est un soulagement pour les administrés, devrait apporter des améliorations à la mobilité à travers cet Etat et impulser une nouvelle dynamique aux activités économiques.(Avec Econfin)

5- Burkina : Le gouvernement donne des détails sur la tentative présumée de coup d’Etat

Le ministre des Armées Aimé Barthelemy Simporé est sorti de son silence pour donner des informations sur la tentative présumée de déstabilisation des institutions de la République. Mardi dernier, le procureur militaire, dans un communiqué, faisait état de l’interpellation de plusieurs militaires pour suspicion de préparation d’un coup d’État.

Selon le ministre des Armées, cette procédure judiciaire a été ouverte suite à une dénonciation d’un militaire qui aurait été contacté par des individus pour rejoindre le groupe afin de mener des actions de déstabilisation contre les institutions. Selon nos informations, des transactions financières ont été effectuées par des individus entre l’étranger et le Burkina Faso. 

Le ministre burkinabè des Armées, a précisé que quinze personnes, sans donner leurs identités, ont été interpellées par la gendarmerie nationale dans le cadre de l’enquête sur la tentative présumée de coup d’État(Avec RFI)

6- Tunisie : 11e anniversaire de la chute de Ben Ali dans un contexte tendu

C’était il y a onze ans jour pour jour, les Tunisiens exultaient dans les rues à l’annonce du départ de Zine el-Abidine Ben Ali.

C’est un anniversaire au goût amer. Pour la deuxième année consécutive, les rassemblements en ce 14 janvier sont interdits. Officiellement pour des raisons sanitaires.

Comme de nombreux autres pays, la Tunisie craint un regain du Covid-19 alors que les journées se font plus froides. Mais les opposants au président Kaïs Saïed voient dans cette mesure une façon de les museler eux qui avaient prévu de descendre dans les rues pour demander ce qu’ils appellent le « retour de l’ordre démocratique ». Mais à Tunis, l’heure n’est pas vraiment à la fête.(RFI)

7- Tchad : Où en sont les préparatifs au pré-dialogue avec les mouvements rebelles ?

C’est en principe ce vendredi que la délégation du comité technique chargé de la participation des mouvements politico-militaires au dialogue national inclusif achève sa mission préparatoire à Doha au Qatar. Avant l’ouverture du dialogue national inclusif, annoncé pour le 15 février prochain par le président du Conseil militaire de transition, il fallait régler certains détails relatifs à la participation des mouvements rebelles.

Alors qu’à Doha la délégation tchadienne discutait avec les autorités qatariennes sur les conditions pratiques de l’organisation de ce pré-dialogue, une autre série de réunions se tenaient à Khartoum au Soudan avec les mouvements politico-militaires sur les conditions de leur participation à cette rencontre.

A leur retour, les deux missions doivent rendre compte de leurs travaux et c’est à ce moment que l’on en saura plus sur le nombre des participants et le calendrier du pré–dialogue de Doha.(Avec MSN)

La Rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.