Le Café qui réveille l'Info
bdsm dominant edging sub and sucks his dick.www.weneedporn.online
jachub
bizontube

Reprise effective du Monitoring : Le CUSEMS parle de « diversion » et dénonce un «mépris» du gouvernement

Commentant la déclaration du ministre de l’Education nationale, Mamadou Talla, d’après qui le climat apaisé à l’école aurait permis d’obtenir de bons résultats ces dernières années, Ndongo Sarr du Cusems dénonce un mépris à l’endroit des enseignants et assimile les monitorings du gouvernement à de la diversion.

«Quand je suis arrivé en 2019, j’ai mis en place un certain nombre de priorités parmi lesquelles l’apaisement du climat social qui constitue d’ailleurs la première priorité. Le climat étant apaisé, il nous donne aujourd’hui des résultats positifs. Les syndicats réclament le redémarrage du monitoring qui est effectif après le premier rendez-vous d’avant- hier, un autre est prévu au mois de décembre, nous allons faire une autre réunion de monitoring. Au mois de novembre, la société civile et la fonction publique vont rencontrer les syndicalistes », avait déclaré le ministre M. Talla.

Avant d’ajouter: « Tous les trois mois, il y aura une réunion pour la prise en compte de ce qui a été conclu dans les accords afin d’évaluer l’évolution en termes de réalisations et en cours de réalisations. J’ai pu dire que nous souhaitons une année apaisée et on ne peut l’avoir sans des rencontres avec l’ensemble des partenaires (société civile, parents d’élèves, partenaires techniques et financiers, les collectivités territoriales) c’est comme ça que nous voyons la gestion de l’école. Et depuis lors, ça a porté ses fruits. Nous sommes toujours dans ce « link » du dialogue pour une école stable et durable », 

 Mais pour le Cusems (Cadre unitaire des syndicats du moyen-secondaire), ce discours de la tutelle procède d’une méprise. « L’apaisement scolaire procède moins d’actes concrets posés par le gouvernement que d’une volonté délibérée. C’est plutôt, dit-il, un choix des enseignants qui ont su taire toutes leurs divergences pour permettre à l’Etat de bien gérer la pandémie de Covid-19. Maintenant, s’il met ça à l’actif de l’Etat, c’est tout simplement un mépris à l’endroit des enseignants. Il risque de se réveiller avec des surprises », a martelé l’enseignant membre du Cusems dans les colonnes du journal Le Témoin et dont le syndicat, dit-il, a donné sa position par rapport à la reprise des monitorings avec les syndicats d’enseignants.

Une reprise qui ne serait que de la diversion étant donné que ces derniers disent être restés deux ans, après la signature du protocole d’accord, sans aucun acte posé par l’Etat alors pourtant que les échéances sont complètement dépassées. « Pour nous, il ne s’agit que d’une tentative d’abuser l’opinion. Or, les problèmes demeurent. Nous sommes des gens sérieux. Nous ne pouvons pas passer notre temps à faire du monitoring », s’emporte M. Sarr qui pense que le gouvernement doit trouver les moyens de satisfaire leurs revendications. Sinon, les enseignants vont se battre jusqu’à obtenir gain de cause.

Ndongo Sarr s’indigne du manque de considération de l’Etat qui leur aurait refusé le financement de la formation des enseignants en position de mise en stage. Ce, au moment où il accepte de débourser 10 milliards pour des uniformes à l’école.

(Avec Pressafrik)

Les commentaires sont fermés.

film semi korea quest for her sexy booty.
antarvasna
harcore milky deepthroat.tokyo hot

// end advertising