Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 15 Septembre 2021

1- Trafic de passeports diplomatiques : Des parlementaires veulent empêcher la levée de l’immunité des députés impliqués

Des parlementaires de l’Assemblée nationale sont déterminés à empêcher la levée de l’immunité parlementaire des deux députés de BBY, Mamadou Sall et Boubacar Biaye, impliqués dans une affaire de trafic de passeports diplomatiques.

D’ailleurs, ces parlementaires, prétextent que le régime en plus de ne pas respecter la présomption d’innocence des parlementaires cités, ne protège pas les députés mis en cause. C’est pourquoi, ceux-ci sont en train de manœuvrer pour bloquer le processus de levée de l’immunité parlementaire de Mamadou Sall et Boubacar Biaye.

A en croire Source A qui donne l’information, des parlementaires ont appelé au téléphone leurs collègues députés pour mettre leur veto. (Avec Senenews)

2- Passeports diplomatiques : Six autres députés dans le viseur, des cellules VIP aménagées à Rebeuss

Nouveau rebondissement dans l’affaire du trafic de passeports diplomatiques pour laquelle deux députés de Benno Bokk Yakaar, Mamadou Sall et Boubacar Biaye, sont cités.

Selon le quotidien Tribune qui donne l’information dans sa livraison du jour, six parlementaires seraient impliqués dans cette affaire qui secoue l’Assemblée nationale.

Le journal indique que l’administration pénitentiaire de Rebeuss est en train d’aménager les chambres VIP – où logeaient Khalifa Sall, Karim Wade et Bougazelli -, pour accueillir les députés « faussaires ». (Avec Seneweb)

À DÉCOUVRIR

3- « Les Tests de diagnostic rapide positifs sont royalement ignorés dans le décompte journalier du ministère de la Santé », (Docteur)

La baisse des cas observée ces derniers jours est une réalité. Mais les chiffres annoncés dans le bulletin épidémiologique quotidien du ministère de la Santé ne reflèteraient pas la réalité du terrain, d’après notre consultant en santé, Dr El Hadj Ndiaye Diop de l’hôpital Ndamatou de Touba. Pour lui, le système de suivi des cas devrait être mis à jour dès lors que les tests de diagnostic rapide ont remplacé presque un peu partout les PCR, jusque même dans les postes de santé.

«La troisième vague est dans sa phase descendante, c’est sûr et certain. Mais la situation n’est pas aussi belle que semble le montrer le nombre de cas positifs. Aujourd’hui, les tests de diagnostic rapide (Tdr) ont remplacé presque un peu partout les PCR. On teste même au niveau des postes de santé. Bizarrement, les Tdr (Test de diagnostic rapide) positifs sont royalement ignorés dans le décompte journalier qui ne s’intéresse qu’aux PCR positifs. (Avec Le Témoin)

4- Stabilisation prix des denrées : quand l’arrêté imprécis du ministre du Commerce plombe les opérations de contrôle

Le 03 septembre 2021, le ministre du Commerce, Mme Assoma Aminata Diatta, a publié un arrêté portant administration ou stabilisation des prix de l’huile de palme raffinée, du sucre cristallisé et du riz brisé non parfumé. Pour le cas du litre d’huile (1.200 cfa), l’Etat a ciblé les fûts en vrac qui, malheureusement, ne sont pratiquement plus utilisés dans les boutiques. D’où les interprétations très élastiques que permet le communiqué confus et laconique du ministre du Commerce. Un arrêté qui plombe sur le terrain le travail des contrôleurs des prix.

Depuis quelques semaines, les consommateurs subissent une hausse brutale et exagérée des prix des denrées alimentaires. C’est comme si les boutiquiers se sont passés le mot d’ordre puisque le litre d’huile raffinée en bouteille qui doit normalement coûter 1.200 cfa est partout vendu à 1.500 cfa voire 1600 cfa. Soit une hausse de 300 à 400 francs par litre ! Quant à la dosette d’huile (250 ml), elle est vendue à 400 cfa alors pourtant que son prix est officiellement plafonné à 350 cfa. (Avec Pressafrik)

5- Factures d’eau : «en milieu rural, aucun compteur n’est bon», révèle le chef de division de la Métrologie

Le chef de la Division de la Métrologie au niveau de la Direction du commerce intérieur se veut formel sur la question des factures excessives d’eau et d’électricité en milieu rural. Appelant l’Etat à régler ce problème le plus rapidement, Ibrahima Sarr fait une fracassante révélation en soutenant qu’aucun compteur n’est bon an milieu rural.

«En milieu rural, aucun compteur n’est bon. Nous avons saisi plus de 2000 compteurs. Ces compteurs ne sont pas conformes. En plus, ces compteurs se monnaient sur le marché à 2000 F alors qu’un bon compteur qui respecte les normes coûte 20.000 Fcfa », souligne-t-il dans les colonnes du journal L’As, en marge d’une rencontre organisée hier, mardi par la Direction du Commerce intérieur. (Avec pressafrik)

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.