Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 21 juin 2021

1- « Nervis » : L’activiste-rappeur Xuman dit sa vérité et se fait lyncher par les partisans de Sonko

Le rappeur a déclenché des réactions virales après son post sur l’affaire dite des « nervis ».  « Donc si j’ai bien compris : Un gros bras qui travaille pour le pouvoir est un “Nervis”, mais un gros bras qui travaille pour l’opposition est un agent de sécurité privé, et en temps de paix c’est juste un mbeur… ? », s’est interrogé Xuman. Suffisant pour soulever l’ire de deux rappeurs proches de Sonko et du Pastef. Nit dof et Mass Seck se sont défoulés sur leur collègue rappeur.

2- L’arène nationale encore saccagée : Les « amateurs » de lutte ont tout saccagé ce dimanche

L’arène nationale sénégalaise a une fois de plus subi des actes de vandalisme et de violence au niveau des tribunes. Ces scènes désastreuses ont eu lieu, ce dimanche 20 juin 2021, lors de la journée du promoteur Fallou Ndiaye.  
Une bataille rangée déclenchée entre deux camps de supporters a provoqué des casses au niveau des gradins. Les dégâts sont pour le moment inestimables et de nombreuses arrestations ont été effectuées par les forces de défense et de sécurité sur place, d’après Dakaractu.

3- Succession de Niasse à la tête de l’AFP : Le ministre Alioune Sarr en pole position

Maire de la commune de Notto-Diobass, qu’il dirige depuis deux mandats, et qui a été d’un apport décisif dans les succès électoraux de la mouvance présidentielle dans le département de Thiès, lors des dernières élections, Alioune Sarr jouit d’une base politique large et solide.

L’autre argument de taille qui milite en faveur d’Alioune Sarr, c’est qu’en plus d’être le coordonnateur des cadres de l’Afp, une responsabilité de premier plan, il est, après Niasse, celui qui a le plus de responsabilités et de vécu étatique. Il est ministre depuis 9 ans et a occupé des portefeuilles importants, rappelle l’As.

4- Attaque de L’hôtel ’’La pierre de Lisse’’ de Popenguine : Un précédent dangereux pour l’image du Sénégal

À DÉCOUVRIR

C’est aux environs de 03 heures du matin, samedi dernier, qu’une dizaine de personnes armées de machettes et autres, débarquent sur les lieux, par la mer. Elles maîtrisent d’abord le personnel de sécurité présent sur la plage, avant d’accéder au réceptif. Les membres du personnel et les vigiles tenus en respect, les malfaiteurs visitent les chambres et s’en prennent aux clients. Les plus récalcitrants auraient été violemment tabassés.

Argent, bijoux, téléphones, effets personnels, les braqueurs emportent tout, à bord d’un des véhicules des clients. La gendarmerie, qui mène l’enquête, a retrouvé le véhicule abandonné à quelques kilomètres de là, à Saly, d’après le récit de L’Obs repris par Senego. Outre les blessés et les dégâts matériels, de fortes sommes d’argent non encore évaluées auraient été emportées.

5- Condamné à 3 mois de prison ferme : Pourquoi Madiambal Diagne n’a pas été arrêté ? Walf donne les raisons…

Selon un spécialiste judiciaire interrogé par nos confrères, Madiambal Diagne est libre parce que le juge n’a pas, en prononçant la sentence, décerné un mandat de dépôt au journaliste. Auquel cas, ce dernier aurait été menotté sur le champ et mis aux arrêts. 

Ensuite, fait remarquer notre interlocuteur, le juge ne peut pas décerner un mandat de dépôt si la peine n’atteint pas six mois de prison ferme. 

En outre, renseigne toujours le spécialiste du droit, en faisant appel, les avocats du journaliste ont rendu le verdict suspensif. Autrement, c’est à l’issue du procès en appel que Madiambal Diagne sera véritablement édifié sur son sort. Et même après cela, si le verdict ne l’arrange pas, il pourrait toujours saisir la cour suprême d’un recours.

En d’autres termes, le journaliste est encore très loin de mettre un pied en prison. Mais son procès va laisser une jurisprudence condamnant ses confrères à une peine de prison ferme pour diffamation, selon Walfquotidien.

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.