Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 17 juin 2021

1- Verdict procès : Madiambal dénonce une peine corporatiste, Teliko se réjouit du triomphe de la vérité

Le patron du groupe Avenir Communication dit ne pas être surpris par le verdict prononcé ce jeudi et le condamnant à 3 mois de prison ferme. Selon le journaliste, des jours avant, ce verdict avait fuité, beaucoup dont des journalistes en étaient informés et lui en avaient parlé. 

Pour Madiambal Diagne, qui annonce qu’il va faire appel, c’est un verdict corporatiste qui a été rendu. A l’en croire, les juges qui ont rendu la sentence sont des magistrats membres de l’UMS qui n’ont pas voulu “faire perdre la face à leur président”. Un corporatisme a fonctionné. Ils ont voulu donner un exemple en sauvant la face au président de l’UMS. C’est regrettable que la justice soit rendue avec des considérations extra-judiciaires”, soutient Madiambal Diagne, sur les ondes de la Rfm.

 Pour le plaignant, Teliko, « au vu de la tournure du débat, c’est la vérité qui a triomphé du mensonge, du faux et des manigances. Le verdict ne surprend personne. Je rends grâce à Dieu », J’avais la ferme conviction que, durant le procès, la vérité allait éclater. Je remercie tous ceux qui m’ont soutenu », a réagi le président de l’Union des magistrats du Sénégal (Ums). 

2- Covid-19 : Attention, les contaminations repartent à la hausse dans un contexte de grands rassemblements et de relâchement général

La courbe des cas de Covid-19 a connu une hausse, ce jeudi 17 juin 2022. Le ministère de la Santé et de l’Action sociale fait état, dans son communiqué n°473, de 88 nouvelles infections au coronavirus, au cours des dernières 24 heures, dont 47 cas relevant de la contamination dite communautaire, rapporte seneweb.

Sur 1 347 tests virologiques réalisés, 88 se sont révélés positifs, soit un taux de positivité de 4,53 %, indique le bulletin quotidien consacré par le ministère de la Santé à l’évolution de la pandémie au Sénégal.

 Les nouvelles infections détectées comprennent 41 cas contacts déjà suivis par les services de santé et 47 cas communautaires. Ces derniers sont localisés aux Maristes, Liberté 6, Ouakam, Dakar-Plateau, Guédiawaye, Point E,  Médina, Almadies, Cambérène, cité Alioune Sow,  cité CPI, cité Keur Gorgui, cité Millionnaire, Grand-Mbao, Grand-Yoff, Hlm, Nord-Foire, Ouagou Niayes, Ouest-Foire, Parcelles-Assainies, Pikine, Rufisque, Sicap Foire, Yeumbeul, Zac Mbao, Matam et Mbour.  

À DÉCOUVRIR

3- Elections locales : Les femmes réclament 10% d’investiture sur les listes

 « Les élections locales en vue sont le prétexte rêvé pour faire une tournée de certains leaders politiques afin de recueillir leurs sentiments sur la question, mais également de faire un “lobbying” afin que cette cause soit non seulement entendue, mais mise en pratique », dit la sociologue Fatou Sow Sarr qui s’entretenait avec Abdoul Mbaye. Et d’ajouter : « C’est le temps de la rendre effective et de façon programmatique et réaliste. Elles visent un minimum de 10% de femmes dans chaque liste ». Car d’après elle, nonobstant la loi sur la parité et malgré la conférence de la Baule, il n’y a pas eu une grande avancée de la cause des femmes. « Au Sénégal, elles ont participé au dialogue politique et autres, sans trop d’incidences finalement », déplore Fatou Sow Sarr.

4– Mame Mbaye Niang justifie le recrutement de nervis : « c’est parce que la police ne peut pas assurer… »

« C’est la police qui doit gérer les débordements, mais on a constaté qu’elle ne le peut pas. Dans certains cas, il y a des débordements sous les yeux impuissants des forces de l’ordre ». Ce sont les propos tenus par Mame Mbaye Niangau micro de Papa Ngagne Ndiaye pour justifier le recrutement de nervis par le régime pour mater les manifestants. 

Les populations avaient dénoncé avec véhémence le recrutement de gros bras et autres nervis par le régime pour mater les manifestants.  Ces nervis ou milices privées se déplacent avec les moyens de l’Etat, informe Senego.

5- Face aux violences exercées par les étudiants, les enseignants du Supérieur quittent les amphis

Il n’y aura pas de cours à l’Ucad jusqu’à nouvel ordre. La section Dakar du Saes a décidé de suspendre toutes activités pédagogiques au vu de la situation actuelle à l’université. En réunion hier mercredi, les camarades d’Abdoulaye Dieng (SG campus Dakar) ont estimé qu’il n’est pas possible de mener les activités pédagogiques en toute sécurité.
Le bureau condamne les violences physiques, menace de mort, micro arraché à un professeur et autres actes de nature à mettre en danger la vie du personnel enseignant. Le syndicat dénonce également la destruction de biens, que ce soient les véhicules ou les facultés saccagés.

Le Saes demande ainsi aux autorités de situer les responsabilités et de sanctionner les auteurs des violences. En attendant, les enseignements et activités de recherche sont suspendus. Le Saes appréciera sans doute en fonction de l’évolution de la situation, puisqu’il demande aux militants d’avoir une attention particulière sur les développements à venir. Depuis plus d’une semaine, l’Ucad vit au rythme des manifestations des étudiants avec les élections dans les amicales, la faculté de Droit en particulier où les résultats ont été annulés.

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.