Le Café qui réveille l'Info

SenCaféActu du 20 mai 2021

1- Bisbilles entre Khalifa Sall et Barthelemy Dias : Le camp de Barth dément catégoriquement…

La polémique sur un éventuel divorce entre Barthélemy Dias et khalifa Sall alimente toujours les débats. Est-ce que Ousmane Sonko serait à l’origine de ces supposées querelles entre Khalifa et son Général ?
Au micro de Seneweb, Pape Konaré, conseiller en communication du maire Barthélemy Dias et membre de la cellule de communication de Takhawou Dakar souligne qu’il n’y a aucun problème entre les deux. Selon toujours Pape konaré, les deux se sont parlés au téléphone ce matin et que Barthélémy accompagnera khalifa pour la présidentielle de 2024. Ainsi, il invite l’opposition à l’union pour contrer le régime en place.

Pour rappel, lors de son face-à-face avec la presse, lundi dernier, Barthélémy Dias a officiellement déclaré sa candidature à la mairie de Dakar. Mais, selon « Source A », Khalifa Sall a décidé de ne pas donner d’instruction aux membres de sa Coalition ‘’Taxawu Sénégal’’ concernant les prochaines élections locales. Pour nos confrères, l’ancien maire de Dakar ne cesse de théoriser, lors de plusieurs réunions en visioconférence avec les membres de sa Coalition ‘’Taxawu Sénégal’’, que toute candidature devra être discutée en interne, avant d’être proposée à la grande Coalition de l’opposition qui est en gestation.

2- Invité au Togo : Ousmane Sonko a déposé une demande d’autorisation de sortie du territoire, la décision du juge attendu…

Inculpé et placé sous contrôle judiciaire, Ousmane Sonko reste à la disposition de la justice. Et pour qu’il puisse assister aux «Etats généraux de l’Eco» qui auront lieu du 26 au 28 mai à Lomé (Togo), forum auquel il a été invité avec plusieurs autres personnalités, les avocats du leader du Pastef ont déposé une demande d’autorisation de sortie du territoire, le lundi 17 mai, auprès du deuxième juge du cabinet qui assure l’intérim du premier cabinet, qui a ensuite transmis la requête au parquet.
Selon Libération qui donne l’information, le parquet n’a que quatre jours pour communiquer sa position. Le sort d’Ousmane Sonko est donc entre les mains du procureur de la République Bassirou Guèye. Pour rappel, Ousmane Sonko a été inculpé dans l’affaire de mœurs l’opposant à la masseuse Adji Sarr. Cette dernière accuse le leader du Pastef de « viols » et de « menaces de mort ». Un « complot », pestait le député.

3- Etude Afrobaromètre : Au Sénégal, 79% des fake news sont diffusées par les politiciens, les usagers des réseaux sociaux véhiculent 76% des fausses informations, suivis par les journalistes (74%) et les membres du gouvernement (69%)…

Au Sénégal, la diffusion de fausses informations est devenue monnaie courante. A telle enseigne que le chef de l’Etat himself était monté au créneau pour lancer une opération de lutte contre les fake news qui polluent les réseaux sociaux et les médias en ligne. Ironie du sort, 79% de ces informations sont diffusées par les politiciens et les hommes politiques, d’après une étude réalisée par le réseau panafricain de recherche par sondage (Afrobaromètre). En effet, l’enquête révèle que lorsqu’on s’intéresse à la problématique des fausses informations, il apparaît que près de huit Sénégalais sur 10 estiment que les politiciens et les partis politiques diffusent des informations qu’ils savent erronées. «79% des politiciens véhiculent souvent et quelque fois des fausses informations, 18%s’adonnent rarement à cet exercice », révèle ladite étude.

Toutefois, il urge de souligner que les hommes politiques ne sont pas les seuls diffuseurs de fake news. Selon les résultats de l’étude d’Afrobaromètre exploitée par Walfquotidien, « les usagers des réseaux sociaux véhiculent 76% des fausses informations, suivis par les journalistes (74%) et les membres du gouvernement (69%) ». En à croire les résultats de l’étude, le développement de l’Internet accompagné de l’essor des réseaux sociaux ces dernières années a eu des effets considérables sur la vie quotidienne des Sénégalais et sur la « démocratisation » de l’accès à l’information. «A peu près 9 Sénégalais sur 10 connaissent les réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter et WhatsApp », indique ledit document. Aussi, la même étude renseigne que 49% de ceux qui connaissent les réseaux sociaux déclarent que leur impact dans la société est « quelque peu positif » ou « très positif », tandis que 28% affirment qu’il est plutôt négatif, au moment où la grande majorité des citoyens affirment que les réseaux sociaux informent beaucoup les Sénégalais sur l’actualité à environ 90%. Pour certains, les réseaux sociaux permettent à 83%des populations de s’impliquer davantage dans les processus politiques, si l’on se fie toujours aux résultats de l’enquête, qui révèlent que les réseaux sociaux rendent 78% de la population plus réceptifs aux fausses informations.

4- Chambre criminelle de Dakar : Pour se faire entendre, Mar Thiam Ndiaye qui avait tenté d’assassiner le président Macky Sall, réclame 10 milliards à l’État du Sénégal pour réparation…

L’accusé Mar Thiam Ndiaye a été attrait ce mercredi 19 mai 2021 devant la Chambre criminelle de Dakar pour tentative d’assassinat, détention illégale d’arme blanche. Il sera édifié sur son sort le 2 juin prochain.

À la barre de la Chambre criminelle de Dakar, le sieur Ndiaye accuse la société sénégalaise d’être à l’origine de tous ses malheurs. « Cette société lisait dans mes pensées et m’avait également envoûté. C’est la raison pour laquelle j’ai voulu faire payer à la société à travers leur personne morale qui est le président de la République Macky Sall », s’est-il défendu. 

Et pour se faire entendre, il a profité de la visite officielle du Président chinois pour s’attaquer à un policier. Heureusement, le policier avait pris toutes les dispositions sécuritaires. Ce qui l’a aidé à maîtriser le Sieur Mar Thiam Ndiaye afin d’ouvrir une information judiciaire sur lui. Ce qui lui a valu son renvoi devant la Chambre criminelle. « J’avais l’intention de me faire entendre, mais pas pour tuer le président Macky Sall. J’ai acheté un couteau de cuisine de 8 cm. Lorsque je sortirai de prison, je commettrai l’acte que le policier m’a empêché. 

La défense assurée par Me Abdoulaye Tall a souligné que toute cette procédure n’est pas nécessaire, parce que l’état psychologique déficient est manifeste. La défense requiert du juge qu’il accepte la constitution de partie civile de l’accusé, avant de demander 10 milliards pour dommages et intérêts. Avec cette somme, déclare Me Tall, il pourra retrouver ses esprits et espérer avoir une nouvelle chance. Délibéré le 2 juin prochain. (Dakaractu) 

Sur le même sujet

5- Propos sur Serigne Touba : Une plainte contre Cheikh Oumar Diagne

Entre Cheikh Oumar Diagne et la communauté mouride, les relations sont sous tension. Une plainte vient d’être déposée contre lui ce mercredi au parquet de Mbacké par le Dahira Khoudamoul Khadim de Serigne Amsatou Mbacké Abdou Ahad.
Ce, pour diffamation, offense à ministère de culte en l’occurrence Serigne Touba représenté sur terre par Serigne Mountakha Bassirou Mbacké, renseigne Senactu. D’ailleurs une conférence de presse est prévue ce jeudi à Touba autour du différend qui oppose la communauté mouride et le professeur Cheikh Omar Diagne. Elle devra être animée par Serigne Amsatou Mbacké.
A l’origine du conflit, des propos de Cheikh Oumar Diagne dits lors d’une émission qui parlait de la division notée lors des fêtes religieuses au Sénégal. Il a fait savoir que cette attitude était récente et a ajouté que «les fondateurs des confréries recevaient l’ordre de démarrer le jeûne et de rompre par télégramme venant du gouverneur général de l’époque coloniale». Des mots qui ont suscité l’ire des mourides. Pendant plusieurs jours, des échanges de propos aigres-doux entre eux et Cheikh Oumar Diagne ont été notés sur les réseaux sociaux. Quant au professeur, il a maintenu ses propos et a même publié une vidéo sur sa chaîne YouTube pour étayer ses dires.

6- Actu internationale

-Une quinzaine de civils et un soldat ont été tués ce mardi et ce mercredi lors de deux attaques contre un village et une patrouille dans le Nord-Est du Burkina Faso, selon des sources sécuritaires.

La première attaque a visé dans la nuit de mardi à mercredi le village d’Adjarara, dans la commune de Tin-Akoff (Nord), faisant « une quinzaine de morts ». Une autre attaque à l’explosif contre un convoi militaire dans l’Est a tué un soldat.

7- Actu sports

-Saer Seck va quitter la présidence de la Ligue professionnelle de football

Saer SECK, actuel président de la Ligue sénégalaise de football professionnel (LSFP), ne pas briguer un troisième mandat à la tête de cette structure qu’il dirige depuis 2013, annoncent les quotidiens sportifs Stades et Record. « C’est en réunion hebdomadaire du bureau de la LSFP élargie aux présidents de Commission hier mardi au siège de l’instance que Saer Seck a informé ses collaborateurs de sa décision » de ne pas postuler pour un troisième mandat, rapporte ce quotidien spécialisé. « Au revoir, je vous quitte. J’ai fait deux mandats, cela suffit. Je ne vais pas re-postuler et que le travail continue’’, peut-on lire dans le quotidien sportif, Stades.

-BAL (Kigali) : L’AS Douanes battue par le Ferroviarrio de Maputo 

L’AS Douanes a enregistré sa première défaite dans la Basketball Africa League (BAL). Pour sa seconde sortie, le représentant du Sénégal s’est incliné ce mercredi au Kigali Arena, devant le Ferroviarrio de Maputo (88-74).

-Le PSG de Gana et de Diallo remporte la Coupe de France, en Italie la Juventus s’adjuge sa 14ème coupe

Grâce à des buts d’Icardi et de Mbappé (2-0), le PSG a pris le meilleur sur Monaco et conquis la 14e Coupe de France de son histoire. Le PSG ne terminera pas la saison sans trophée. En attendant de savoir s’ils seront en mesure de doubler le LOSC sur le fil en Ligue 1, les Franciliens ont réussi à conserver leur Coupe de France. Pour cela, ils ont dû se défaire ce mercredi de l’AS Monaco en finale. Un succès glané sur le score de 2-0 mais sans vraiment briller. En Italie, la Juve a aussi remporté à 14ème coupe, comme le PSG, grâce à une victoire de 2-1 face à Atalanta.

Lire aussi:

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.