Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 1er Mai 2021

1- Hivernage 2021 : Beaucoup de pluies et des périodes de sécheresse prévues

Le Centre régional AGRHYMET, une institution spécialisée du Comité permanent inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (CILSS), table sur une saison des pluies 2021 globalement pluvieuses.

Dans un communiqué exploité par l’APS, il dit s’attendre à des quantités de pluies équivalentes à supérieures aux moyennes saisonnières de la période 1980-2010 sur le Sahel, le Centre et l’Est du continent africain. Le centre spécialisé du CILSS estime que l’hivernage devrait être marqué par un démarrage précoce à normal, une fin tardive à normale et des séquences sèches. Il fait aussi état d’écoulements globalement moyens à supérieurs à la moyenne.

Mais bien que la saison des pluies s’annonce humide, le communiqué évoque des risques de sécheresse. Il avertit que les séquences sèches longues prévues en début de saison pourraient entraîner des déficits hydriques pouvant retarder l’installation des cultures et la mise en place de la biomasse fourragère par endroits. A ce propos, les experts recommandent, entre autres, de diversifier les pratiques agricoles à travers notamment la promotion de l’irrigation et du maraîchage, pour réduire le risque de baisse de production dans les zones exposées.

2- Arrêt de la Cedeao sur le parrainage : Me Assane Dioma Ndiaye répond et démonte les arguments du Pr Ismaila Madior Fall

« On s’attaque à la Cour de justice de la Cedeao de façon épidermique sans avoir l’élégance de tenter tant soit peu de démonter les motifs de sa décision. La crédibilité d’une décision judiciaire s’apprécie à l’aune de la pertinence ou non de la motivation adoptée par les juges qui l’ont rendue. D’emblée il faut dire que ce n’est pas la première fois que ladite Cour se prononce sur la matière électorale concernant un pays de l’espace Cedeao », a souligné le juriste.

« La Cour n’a dit rien qui n’ait été auparavant relevé à l’époque à titre d’objections par les experts avertis relativement aux incongruités de la loi instituant le parrainage au Sénégal et déférée finalement devant elle en ses conséquences en termes de violations de droits fondamentaux. Oui, il faut bien le souligner afin d’élaguer tout amalgame savamment orchestré depuis hier. La Cour ne s’est pas érigée en juge constitutionnel supranational. Elle ne récuse pas en soi le principe du parrainage comme certains pourfendeurs le prétendent (…). De telles imperfections de la loi sur le parrainage violent naturellement le libre droit à la participation à un processus électoral et au droit de vote et d’être électeur. Comme à l’accoutumée on ignore royalement les alertes démocratiques internes en faisant l’option de rationalités stratégiques qui forcément induisent des résolutions des dysfonctionnements au couperet mais plus désolant par-dessus nos têtes au gré des opportunités de substitutions supra nationales en cas de défaillances internes. Charbonnier n’est plus roi ni maître chez lui », se désole Me Assane Dioma Ndiaye.

3- Cahiers de doléances au Palais : Les vérités de Bamba Kassé : « Mr le président de la République, les journalistes sont laissés à eux-mêmes par une grande partie du patronat de presse, ils sont tous exploités ; dans le secteur médiatique, il existe ‘des prédateurs, des maîtres-chanteurs, qui se vendent aux plus offrants ou au plus prometteurs »

Sur le même sujet

« Mr le président de la République, les journalistes sont laissés à eux-mêmes par une grande partie du patronat de presse. Également, les journalistes qui sont au niveau des régions (les correspondants), partagent tous le même sort. Ils sont tous exploités, pour qu’à la fin d’une très laborieuse carrière, ils soient jetés aux oubliettes. Le secrétaire général du Synpics s’exprimera notamment sur la qualité de production journalistique qui est de plus en plus basse car, considérant que le travail est toujours bâclé avec un niveau très bas. En plus, les populations sont plus exposées à des faits de propagande politique qu’à des informations et des programmes utiles », déplore le SG du Synpics.
Ainsi, Bamba Kassé rappellera au chef de l’État que « dans le secteur médiatique, il existe ‘des prédateurs, des maîtres-chanteurs, qui se vendent aux plus offrants ou au plus prometteurs et qui sont dans des logiques de propagande, dans de la météo politiques et se promettent un lendemain de membres du régime politique. 
Dans un pays où la loi sur la publicité date de 1983, on ne devrait pas s’étonner, selon le SG du Synpics, que les médias surtout privés, dépourvus de ressources, en viennent à privilégier, les clics et les ‘likes’ pour avoir des sous. Mais également, il faut déplorer, cette attitude des médias, qui reprennent délibérément en entier les articles d’autrui. Toutes ces pratiques sont récurrentes dans ce métier. 
Mr le président de la République, le secteur des médias doit faire une réforme en profondeur qui permettra de disposer d’entreprises fortes, biens dotées en ressources et pouvoir à la sueur de leurs innovations quotidiennes, renforcer la confiance du public. C’est à cette réforme que nous invitons l’État du Sénégal avec notre projet d’assises des médias. À l’issue de cette réforme, nous espérons un contrôle plus strict des conditions d’existence légale des entreprises de presse », confiera le secrétaire général du Synpics au président de la République cité par Dakaractu.

4- Emploi des jeunes/L’économiste Meissa Babou évalue le programme : « On est dans une précipitation, et d’effets d’annonce et ceci risque de retourner contre le président lui-même »

« Je m’attendais à un changement de méthode, en mutualisant les structures de formation d’une part et les structures de financement d’autre part pour avoir plus de lisibilité des actions en matière de politiques d’emplois », dit-il. Pour l’enseignant à l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar, « on ne peut pas faire du neuf avec du vieux».

Évoquant le vif du sujet, Meïssa BABOU étale son pessimisme. « Ce n’était pas la bonne démarche. On est dans une précipitation, et d’effets d’annonce et ceci risque de se retourner contre le président lui-même. Il y a des préalables, ce que le président n’a pas fait. Parce qu’on ne peut pas se lever un bon matin et dire aux jeunes venez prendre un million, deux millions ou trois millions comme ça », insiste l’économiste. L’enseignant trouve que le président Macky Sall se trompe de méthode et a mis la charrue avant les bœufs. Pour lui, le problème fondamental du pays est que « l’Economie tourne mal parce qu’elle est extravertie et que les entreprises sénégalaises ne gagnent pas les parts de marchés pour donner de l’emploi aux jeunes… ».  Et, indique-t-il, c’est à ce niveau que l’Etat doit intervenir en créant « un environnement favorable aux entreprises sénégalaises pour absorber les nombreux demandeurs d’emploi sur le marché ». (Walfquotidien)

5- Insultes, dérives, haine dans les réseaux sociaux : « Nous n’allons pas laisser des gens derrière leurs claviers détruire des personnes, des familles gratuitement », assure Macky Sall

Le respect de la liberté d’expression et la liberté d’opinion doivent être respectés. C’est le point de vue du chef de l’État qui recevait ce matin à la salle des banquets, au palais de la République, les centrales syndicales venues lui présenter les cahiers de doléances des travailleurs du Sénégal. 
Et c’est sur une interpellation du secrétaire général du Synpics que le président Macky Sall s’est indigné des dérives visibles sur Internet et qui gâchent le travail de la presse. En effet, le chef de l’État entend prendre de fermes mesures pour sanctionner ceux qui s’estiment être dans l’anonymat et pensant qu’ils ne peuvent être repérés. 
« Si notre pays a reculé dans le classement de la démocratie, ce n’est pas dû au gouvernement ou à l’État. Les gens ont voulu profiter des évènements pour s’en prendre à des organes de presse. C’est vraiment déplorable », regrettera dans un premier temps le président Macky Sall qui poursuit en ces termes : « Je tiens également à rappeler que désormais, on ne peut pas laisser passer sous un prétendu anonymat de clavier, des personnes se permettant de dire ce qu’elles veulent. On va prendre des mesures sur cela car, c’est tout à fait inacceptable ». 
Ainsi, devant le syndicat des professionnels des médias, le président de la République se dit déterminé à combattre avec les acteurs des médias, ces actes irresponsables qui tendent à ‘dévaloriser’ ce secteur. « Nous allons travailler ensemble pour que cela soit réglé » lancera- t-il aux acteurs de presse.

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.