Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 28 avril 2021

1- Bonne nouvelle pour Khalifa Sall et Karim Wade : La mission d’audit du fichier électoral valide leurs candidatures

Après trois mois, les travaux des experts de la mission d’audit du fichier électoral sont bouclés. Et dans le rapport qu’elle a remis à la commission de suivi de la commission du dialogue national, les candidatures de Karim Wade et de Khalifa Sall sont validées.

Ledit rapport, juge leur exclusion arbitraire, et viole par conséquent, l’article 25 de la déclaration universelle des Droits de l’Homme. Cet article stipule que “tout citoyen a le droit et la possibilité de prendre part à la direction des affaires publiques et d’accéder, dans des conditions générales d’égalité, aux fonctions publiques de son pays”. Reste maintenant à savoir si le régime actuel va prendre en compte ces conclusions de la mission d’audit.

2- Réforme annoncée : Des pensions pour les anciens Premiers ministre

Une réforme serait en cours pour revoir le statut des anciens Premiers ministres, selon plusieurs médias. Comme les anciens chefs d’État qui perçoivent un salaire mensuel de 10 millions Fcfa, cet avantage devrait être accordé aux ex-PM, révèle La Lettre Quotidienne. Si le montant n’est pas dévoilé, le salaire devrait avoisiner plusieurs millions Fcfa. À ce jour, rapporte le quotidien Tribune repris par seneweb, le Sénégal dispose de onze (11) anciens Premiers ministres.  
Pour les cas de Mahammad Boun Abdallah Dionne et Mame Madior Boye, ils disposent déjà de pensions de retraite, renseigne la même source. Seuls Souleymane Ndené Ndiaye, Abdoul Mbaye Aminata Touré, cadres venus du secteur privé, n’ont pas de salaires publics connus. Quid alors de l’ancien Président Abdou Diouf, de Moustapha Niasse ou encore de Mamadou Lamine Loum ?

3- L’UVS n’en peut plus : 1 milliard de dettes, 50 000 étudiants, 21 000 étudiants sans ordinateurs, l’UVS risque de s’écrouler…

L’intersyndicale de l’UVS a publié un communiqué sur la situation de l’université.

Sur le même sujet

« Renseignant sur le nombre d’apprenants, l’organisation a indiqué que l’UVS compte désormais plus de 50.000 étudiants, ce qui classe l’université au deuxième rang après l’UCAD en terme d’effectifs. C’est pourquoi, si le budget n’est pas augmenté conséquemment, tout ce qui a été bâti depuis des années risque de s’écrouler car l’institution croule sous le poids de la dette, avec des encours dépassant le milliard, a noté l’intersyndicale qui tient à alerter l’opinion nationale sur la situation que traverse l’UVS, plus particulièrement les étudiants de la promotion 8. 
Au stade actuel des choses, le MESRI ralentit le fonctionnement de cette université pour laquelle l’organisation syndicale s’est donnée tant de mal, depuis sa création en 2013, selon toujours la note.
Les vingt et un mille (21.000) nouveaux étudiants présents sur l’ensemble du territoire national attendent toujours leurs outils de travail (ordinateur portable, modem et puce de connexion) pour enfin commencer leurs cours sur la plateforme pédagogique.
Forte de tous ces constats, l’Intersyndicale des PATS de l’UVS prend le MESRI pour unique responsable de tout dysfonctionnement et l’invite à procéder, dans les meilleurs délais, au règlement définitif de tous ces problèmes qui risquent fortement de perturber le calendrier académique… », lit-on dans le communiqué.

4- Le « faux commandant » de la Section de recherches de la gendarmerie arrêté

Le « faux capitaine, B. Boye de la Section de Recherche de Colobane », ressortissant Gambien et marié, a été déféré hier au parquet de Diourbel. Selon nos confrères de Source A repris par Pressfarik, le mis en cause, se faisait passer pour le capitaine Alioune Ndiaye, nouveaux commandant de la section de recherche de Colobane. Il a été traqué par les éléments du commissariat de Diourbel. D’après la même source, B. Boye utilisait cette fausse identité, pour piéger les femmes, satisfaire sa libido et collecter leurs images obscènes. Après avoir commis ces actes, il harcelait les victimes et les menaçait de publier les images obscènes, si elles ne respectaient pas ses instructions. 

Ce présumé maçon a reconnu tous les faits qui lui sont reprochés. Il dit s’être fait passer pour le capitaine, afin de se protéger. « Les amants de mes contacts m’appelaient parfois et menaçaient de me traduite en justice. Ainsi pour leurs montrer que je n’avais peur de rien, je me présentais comme le capitaine Alioune Ndiaye, commandant de la SR de Dakar », a expliqué B. Boye, lors de son interrogatoire. Ce dernier a été poursuivi pour usurpation de fonction et collecte d’images à caractère sexuel. Il a par la suite été déféré mardi.

5- Triste erreur judiciaire : Un jeune livreur passe 4 ans en prison pour des délits qu’il n’a pas commis

Il a été arrêté pour association de malfaiteurs, vol en réunion commis avec usage d’arme et de moyen de locomotion suite à l’agression d’une citoyenne américaine par des individus à bord d’un scooter. Alors que les malfrats avaient pris la fuite, A. A Sy livreur a été arrêté par une foule furieuse. Ainsi, il a passé quatre longues années derrière les barreaux pour des faits qu’il n’a pas commis. La foule furieuse est tombée sur le livreur qu’elle a pris pour un des agresseurs. Il a passé un sale quart d’heure avant d’être amené à la police. Présenté au juge après quatre longues années de détention, le mis en cause a clamé son innocence. Il a fourni plusieurs éléments de preuves lors de son procès qui prouvent son innocence. A l’en croire, ils l’ont pris pour quelqu’un qu’il n’est pas.

Son tort, dit-il, il s’est retrouvé au mauvais endroit au mauvais moment. “Je devais livrer une commande d’un de mes cousins. C’est pour cette raison que je me suis retrouvé là-bas ce jour-là”, s’est-il défendu. Lors de son délibéré, la chambre criminelle l’a finalement acquitté. (Avec iGfm)

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.