Le Café qui réveille l'Info

Thiante du 17 avril : Cheikh Béthio Tioune raconté par ses disciples de Bordeaux

Il y a un début pour toute histoire. Pour celle entre le 5e Khalif Général des mourides, Serigne Saliou Mbacké et Cheikh Bethio Thioune, c’est le 17 avril 1964 à Tassette dans le département de Mbour que tout a commencé. Une date historique qui changera à jamais la vie de Serigne Beithio. Sa rencontre avec celui qui l’élèvera plus tard au grade de Cheikh est à commémorer pour lui. C’est aussi une manière de rendre grâce à Dieu et à son guide et protecteur. Cheikh Bethio célébrait à chaque année la date du 17 avril en compagnie de ses talibés. Ces derniers seront sevrés de son affection le 7 avril 2019. C’est en France à Bordeaux que le Cheikh a rejoint son vénéré guide Serigne Saliou. Il faut noter que les thiantacounes ont une forte présence dans cette ville de la France qui désormais fait partie de l’histoire de Chiek Bethio. Ces derniers ne dérogeront pas à la célébration des thiantes du 17 avril. Cette année, la sobriété sera au rendez-vous avec les mesures sanitaires en vigueur sur toute l’étendue du territoire français. Pour mieux comprendre l’attache du Cheikh à la ville de Bordeaux et ses relations avec ses disciples qui y sont installés, notre rédaction est allée à la rencontre de quelques thiantacounes.

Moussa Sow est âgé de 34 ans. Il est ingénieur en développement web et application mobile. Lui qui a fait allégeance au Cheikh en 2000 au Prytanée militaire, nous parle de l’amour que le cheikh avait pour la ville de Bordeaux. «Il avait une grande maison à Paris et aux États Unis, mais il n’y restait pas très longtemps. Il venait toujours s’installer à Bordeaux. Je pense que c’était pour des raisons plutôt spirituelles. Il disait souvent que l’atmosphère de la ville lui rappelait la ville sainte de Touba. Il y avait aussi des Talibé très dévoués avec une grande entente entre eux.»

Ahmadou Bamba Ndiaye vit à Bordeaux depuis 2009 et en France depuis 2006. Écrivain et entrepreneur, comme Moussa, il a fait allégeance au Cheikh à Saint-Louis du Sénégal. « J’avais 11 ans quand j’ai fait allégeance au Cheikh en 1999. J’étais élève en classe de 6ème au Prytanée Militaire de Saint-Louis où le Cheikh avait déjà un daara à l’époque. À 11 ans, on ne fait pas allégeance parce qu’on a fait le tour de la question en matière de spiritualité. On ne fait pas allégeance non plus après de longues recherches sur les tariqas ou le soufisme. Rétrospectivement, je parlerais plutôt de providence. Aux initiés, je dirais que c’est par la grâce de SerigneSaliou que j’ai fait mon djébeulou (pacte d’allégeance) à SerigneBéthio ». Nous apprend-il.

Ils sont nombreux ces hommes et femmes qui accueillaient Cheikh Béthio à Bordeaux. Des moments de retrouvailles dans une grande ferveur. Mame Bousso Thioune fait partie des thiantacounes qui s’occupaient de l’organisation du séjour du Cheikh. Elle se rappelle encore de sa rencontre avec son marabout. « C’est en 2000 que j’ai fait allégeance à Cheikh Bethio. La sœur de mon père est la deuxième épouse de son fils SerigneSaliou Gaule Tapée. Je n’avais que 13 ans. J’habitais à Liberté 3 mais il m’avait confié au dieuwrigne Idrissa Samb du daara de sacré-cœur.»

Après leurs rencontres avec Serigne Béthio, le travail et l’apprentissage vont rythmer leurs quotidiens. Mame Bousso comme beaucoup de ses condisciples, a consacré toute sa vie au service de serigne Touba. « On faisait la cuisine les mercredis, les Magals et les Gamous. Il nous a appris très tôt que l’âge et la richesse n’ont pas d’importance pour qui veut œuvrer pour SerigneTouba. À 13 ans déjà on économisait l’argent qu’on nous donnait pour le petit-déjeuner pour les ndongos tarbiyas à Khelcom. Dès le bas âge, il nous a enseigné le sens de la responsabilité. On n’a pas eu le temps de jouer. Les préparatifs du ziar général auprès de SerigneSaliou et les talibés à Khelcom étaient nos seules préoccupations. »

Entre les thiantacounes et le Cheikh, c’est une histoire entre un guide et ses fidèles. Nos interlocuteurs nous apprennent qu’il leurs enseignait beaucoup sur la spiritualité, et même comment se comporter dans la vie de tous les jours. Pour eux, il est encore présent dans leur vie.

«Je n’aurais pas conjugué le verbe au passé. Avec le Cheikh, j’entretenais et j’entretiens encore les mêmes rapports que chaque disciple entretient avec son guide spirituel. Le cœur de nos rapports, c’est le pacte d’allégeance : le disciple confie sa destinée au Cheikh qui accepte de le guider à Dieu. Tout le reste découle de ce postulat. Sur une note plus personnelle, j’ai grandi avec la voix du Cheikh, ses recommandations, son amour pour Serigne Saliou, son dévouement au Mouridisme et à l’Islam. Il est un guide, mais il est aussi un père, un confident, un conseiller. Quoiqu’il en soit, l’essentiel de nos rapports qu’ils paraissent spirituels ou familiers, repose toujours sur la même base : la connaissance de Dieu et l’adoration de Dieu.» Renchérit Ahmadou Bamba Ndiaye.

«Quand on avait un problème, il nous réconfortait avant même qu’on ne lui en parle. Il n’a rien manqué dans notre éducation. Quand il devait venir à Bordeaux, je faisais partie de ceux qui s’occupaient de son accueil. J’étais responsable d’un Dayira qu’on appelait « kennal Serigne Beithio ». Il nous donnait des instructions par rapport à l’organisation et à tout ce qu’on devait faire. Nous l’aimions tellement que nous pensions qu’il était immortel.» Nous dit Mame Bousso.

Le Cheikh est aussi décrit par ses disciples de Bordeaux comme une personne très serviable et très proche de ses talibés. « Il était accessible. A chaque fois qu’on l’appelait et qu’on n’arrivait pas à le joindre, c’est par ce qu’il était en communication avec d’autres condisciples. Quand ma fille est née, je l’ai appelé au téléphone et depuis les Etats Unis, il l’a baptisée Sokhna Faty. Il a fait pareil avec mes autres enfants. Il nous a aussi appris l’action de grâce. Il a consacré toute sa vie à rendre grâce à Serigne Saliou. Il ne faisait pas de distinction entre le riche et le pauvre. Il nous aimait tous de la même manière». Témoigne Moussa.

Embauchant la même trompette, Bamba Ndiaye de revenir sur quelques aspects de la vie de  Serigne Béthio. «Je dirais que ce qui m’a marqué chez le Cheikh, c’est son enseignement. À ma connaissance, tout son être et ses avoirs ont servi une seule cause : la reconnaissance envers Serigne Saliou. D’où sa patience et sa longanimité envers les disciples, les êtres humains, et ceux qui se déclaraient ses ennemis. Il a appelé à adorer le Seigneur, il a conseillé, il a pardonné. Il a écouté les plaintes, il a rassuré les fidèles, il a guidé les jeunes gens. Il a donné de la dignité aux femmes, il n’a pas fait de distinction entre les classes sociales ou les origines ethniques. Il a tendu la main à tout le monde en servant Dieu de toutes ses forces.»

En ce jour du 17 avril, les thiantacounes du monde entier vont célébrer les retrouvailles entre Serine Saliou Mbacké et Cheikh Béthio Thioune. À Bordeaux, ville ou le Cheikh a quitté ce bas monde, les talibés se souviennent encore de leur guide qui, disent-ils, a transformé leur vie en faisant d’eux, de vrais musulmans et de vrais mourides.

Ismaila Seck
Journaliste

Les commentaires sont fermés.