Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 12 avril 2021

1- Vaccination : Les populations de Touba refusent de se vacciner, 7000 doses risquent d’être périmées, le district sanitaire lance un S.O.S

Si plus de 350 000 personnes sont vaccinées au Sénégal, à Touba, la tendance à la vaccination n’est pas la même. Selon les informations du journal Le Soleil, une grande partie de la population de la ville sainte a tourné le dos au vaccin AstraZeneca, dans l’œil du cyclone dans plusieurs pays africains et européens, à cause de complications qu’il aurait causées. Ce qui pousse les autorités sanitaires de Touba.

« Sur 8 000 doses, 7 000 sont en souffrance. Ces vaccins seront périmés s’ils ne sont pas utilisés”, a alerté le superviseur des soins au centre de santé de Darou Khoudoss, Yacine Fall Lô. En effet, à Touba, le taux de vaccination avec l’AstraZeneca est seulement de 10%.

2- Cheikh Abdou Bara Doli sur la dernière tournée de Sonko : « Je lui ai demandé de ne boire que l’eau que je lui ai donnée »

Cheikh Abdou Mbacké Bara Doli s’est prononcé sur l’affaire Adji Sarr-Sonko qui continue de défrayer la chronique. Ce dernier indique qu’il n’est pas en mesure de jurer qu’il ne s’est rien passé entre les deux au salon de massage. Mais, il dit croire dur comme fer que la thèse du viol ne tient pas : « Ousmane Sonko est venu me voir et m’a expliqué la situation, il m’a assuré qu’il est victime de complot et si j’ai porté le combat c’est parce que je le crois et je ne voulais pas qu’il vive la même situation qu’à vécu Khalifa Sall.”

Le député de Bok Gis Gis qui était l’invité d’Aissatou Diop Fall de préciser que Sonko est son ami et qu’il n’a cessé de lui prodiguer des conseils : » c’est moi qui lui ai donné l’eau qu’il buvait durant sa dernière tournée et je lui ai fait savoir qu’il représentait l’espoir de la jeunesse sénégalaise et qu’il devait faire attention par rapport à tout ce qu’il entreprenait. Et c’est pour cela que je lui ai demandé de ne boire que cette eau », insiste-t-il non sans préciser que le régime en place tout comme Sonko sont responsables de la situation qui a prévalu au Sénégal en début mars. (Xalima)

3- Polémique sur la série portant son nom : Adji Sarr porte plainte, le producteur change le nom et maintient le contenu

À DÉCOUVRIR

La masseuse Adji Sarr est sur un autre front. L’accusatrice d’Ousmane Sonko a déposé, ce lundi, une nouvelle plainte devant le procureur de la République. Dans sa ligne de mire se trouvent le producteur et les acteurs de la série «Thiey Adji Sarr» dans laquelle elle est “actrice” principale.

D’après L’Observateur, la plainte a été déposée par son avocat, Me El Hadji Diouf. Selon la robe noire, sa cliente a vécu cette affaire “comme un autre viol”. Dans le film, Adji Sarr joue le rôle de la michetonneuse : le geste pervers…

Après le tollé soulevé sur les réseaux sociaux, le producteur a fait machine arrière. Pour calmer les ardeurs, la série a changé de nom, mais le contenu reste tel quel, ainsi que le nom de l’actrice principale. La série s’appelle maintenant « Coumba baline coumba »

4- Fichier électoral : La Mission d’audit reçue par la Commission des données personnelles (CDP)

Pour accéder au fichier général des électeurs, la Mission d’audit du fichier électoral était obligée de passer par la Commission des données personnelles. Selon L’AS repris par Seneweb, elle a été reçue par la présidente de la CDP, Awa Ndiaye, et son équipe pour échanger sur l’accès au fichier général des électeurs et le système de vérification des données de parrainage.

Sur le premier point, la CDP a rappelé que la mise à disposition intégrale du fichier électoral présente des risques sur les données personnelles des électeurs. Toutefois, la CDP a indiqué que le droit des partis politiques d’exercer un contrôle sur le fichier électoral doit être accompagné par des garanties sur la confidentialité des données personnelles des électeurs.
Quant au point relatif à la vérification de l’inscription d’un parrain sur les listes électorales, la Commission des données personnelles rappelle qu’il est préférable que le parrain le fasse lui-même, avec l’utilisation de ses identifiants, sur une plateforme en ligne sécurisée et gérée par la direction des élections.

5- TER : À Sebikhotane, les impactés du TER ont décidé de ne pas libérer les impenses. Ces derniers refusent tout bonnement de quitter leurs habitations ou leurs terrains comme convenu avec l’Apix.

Selon Daouda Diouf, le porte-parole du jour, « depuis un an des responsables de l’Apix nous avaient recensés et sommés d’arrêter tous travaux sur ce tracé sous peine de ne pas être dédommagés après recensement. Nous sommes très stressés et inquiets, depuis que nous avons fait l’objet de recensement.
À ce jour, nous sommes toujours sans nouvelles de la part des autorités dudit projet. » Bon nombre d’impactés sont en location et d’autres avaient contracté des prêts bancaires qui étaient destinés à leurs maisons dans un souci de sécuriser leurs familles, selon toujours ce dernier. Ces impactés, estimés à plus 800 familles, refusent tout bonnement de renoncer à leurs logements menacés par le Train Express Régional, rapporte Dakaractu.

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.