Le Café qui réveille l'Info

SenCaféActu du 8 avril 2021

1- Présentation du rapport annuel 2020/2021 d’Amnesty International : Seydi Gassama plaide pour le respect des droits des homosexuels au Sénégal : « Nous demandons à l’Etat de respecter ce groupe de personnes, ce n’est pas parce qu’ils sont des homosexuels qu’on doit les traiter de la sorte… »


« Nous demandons à l’Etat de respecter ce groupe de personnes. La Constitution n’exclut aucun sénégalais. Ce n’est pas parce qu’ils sont des homosexuels qu’on doit les traiter de la sorte. Nous sommes contre la torture, le lynchage ou la traque. Le droit à la vie est garantie », a déclaré Seydi Gassama, ce mercredi lors d’une conférence de presse.

Pour Seydi Gassama tous les citoyens sont sur le même pied d’égalité : « nous n’avons pas une campagne spécifique pour dire qu’on va faire la pression sur l’Etat. Amnesty peut avoir l’agenda d’une campagne pour dire qu’il faut procéder à la dépénalisation. Mais, la campagne n’aura pas de succès à court et long terme. Donc, l’Etat doit assumer sa responsabilité. Il faut arrêter la surenchère aucun Etat ne peut. La Constitution du Sénégal protège tous les citoyens sénégalais. Même l’Etat ne peut pas prendre la vie. On n’exclut aucune catégorie de personnes. Tous les Sénégalais sont protégés par la constitution », plaide le directeur d’Amnesty Sénégal.

2- Recrutement de 5000 nouveaux enseignants : Le ministère de l’éducation rassure et annonce toutes les candidatures se feront en ligne

Selon le directeur de la communication du ministère, Mouhamadou Moustapha Diagne, « le président Macky Sall a accédé favorablement à la requête de la Fastef et a autorisé le recrutement de 3 000 enseignants par voie de concours dont les 2 500 sont déjà en formation. Ce quota est différent du nouveau autorisé par le président de la République, avec le recrutement complémentaire de 5 000 enseignants ».
Le porte-parole du MEN de préciser que «les candidatures se feront sur présentation d’un dossier en ligne et le ministère communiquera bientôt les éléments constitutifs du dossier de candidature».
Pour rappel, les 5 000 nouveaux enseignants seront des contractuels et pourront intégrer la Fonction publique, à l’obtention de leur diplôme professionnel, s’ils le souhaitent.

3- Injures érigées en règle, haine, lynchage / Thierno Bocoum dénonce la nouvelle mode au Sénégal : « La liberté d’expression fortement menacée dans les réseaux sociaux »

« Dans notre pays, de plus en plus, des commentateurs sont obligés de s’aplatir pour ne pas subir insultes et menaces, des journalistes n’osent plus faire correctement leur travail, des lanceurs d’alertes sont confinés à des sujets et à des arguments sous peine d’être traités de corrompus, des leaders d’opinion titubent sur les plateaux par peur de révéler leurs propres convictions. Et quand, surtout, ceux-là abdiquent parce que laissés à eux-mêmes sans protection et craignant même pour leur propre vie, il y a de quoi alerter.

Insulter, calomnier, menacer n’est plus du domaine de la liberté d’expression mais bien du domaine délictueux. S’aplatir, surfer sur la vague, se résigner n’est plus du domaine du choix mais de celui de la contrainte. Les victimes des réseaux sociaux se comptent par milliers dans notre pays et elles ne sont pas moins touchées que celles de la vie réelle confrontées à leur voisinage et à leur environnement social.

Liberté ne signifie pas libertinage. Ceux qui n’ont pas une capacité de résilience leur permettant de multiplier par zéro les attaques virtuelles et de rester scotchés à leurs rôles respectifs doivent être protégés. La dignité humaine est sacrée. Son respect et sa protection sont une obligation légale.

L’article 7 de la Constitution sénégalaise dispose : « La personne humaine est sacrée. Elle est inviolable. L’Etat a l’obligation de la respecter et de la protéger. » Nous ne sommes pas forcément toujours d’accord avec les opinions des uns et des autres mais nous devons nous battre pour qu’ils puissent avoir leur propre opinion ainsi que ceux qui leur répondent, dans le respect strict de la liberté d’expression et de la dignité humaine ». Thierno Bocoum
Président du mouvement AGIR

4- Surpeuplement des prisons : Le directeur de l’administration pénitentiaire annonce la fin du « paketass » et l’arrivée des bracelets électroniques

Le colonel Jean Bertrand Bocandé a annoncé la bonne nouvelle au Soleil : « Il faut d’abord dire que c’est un instrument qui intègre et modifie le système pénal. Les lois 2000-38 et 2000-39 du 29 décembre 2020 modifiant le Code pénal et le Code de procédure pénale ont été adoptées pour intégrer le système de surveillance électronique », souligne d’emblée le patron de l’Administration pénitentiaire. 

Avant d’annoncer la bonne nouvelle : « La procédure d’acquisition avance bien. Les bracelets électroniques sont déjà à Dakar. Actuellement, les techniciens travaillent d’arrache-pied pour l’installation du système. Les personnels pénitentiaires chargés de la surveillance ont déjà subi deux sessions de familiarisation et formation sur le système de surveillance électronique. Les premiers tests vont intervenir très bientôt, les semaines à venir », informe le directeur de l’administration pénitentiaire.

À DÉCOUVRIR

5- Gambie : Après la traque des pêcheurs sénégalais, les députés demandent la révision des accords de pêche avec les Sénégal

Un accord sur la pêche et l’aquaculture a été signé entre la Gambie et le Sénégal voisin en 2017, afin de “stimuler l’industrie et les capacités de pêche gambiennes” et de former chaque année cinq Gambiens à l’école maritime de Dakar. Mais au cours du débat à l’Assemblée nationale pour l’année législative 2021 jeudi dernier, plusieurs députés ont proposé que ces accords soient réexaminés, arguant qu’ils ont provoqué une situation précaire dans l’industrie de la pêche artisanale, y compris l’augmentation des prix du poisson et la pénurie de poisson à travers le pays.

« Les accords de pêche bilatéraux et la délivrance de licences aux navires de pêche industrielle étrangers ont continué à avoir un impact négatif sur les opérateurs de pêche artisanale locaux, les femmes transformatrices et, d’une manière générale, ont fait pression sur l’insécurité alimentaire de la Gambie”, renchérissent les députés gambiens. (senego et standard.gm)

6- Actu internationale

– Cote d’Ivoire : Ouattara confirme son frère à la Défense

Le Président ivoirien, Alassane Ouattara, a mis en place hier un nouveau gouvernement. C’est ainsi qu’il a confirmé son frère cadet, Téné Birahima Ouattara, au poste stratégique de ministre de la Défense. Il a aussi rang de ministre d’Etat. Surnommé « Photocopie » à cause de la ressemblance avec son frère, Téné Ouattara avait été nommé ministre de la Défense par intérim le 8 mars dernier.

– Laurent Gbagbo et Blé Goudé invités à rentrer en Côte d’Ivoire par Ouattara :  Le président de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, a affirmé, mercredi, que l’ancien président Laurent Gbagbo et son ex-ministre Charles Blé Goudé étaient « libres de rentrer quand ils le souhaitent » dans le pays. Une annonce qui intervient une semaine après l’acquittement définitif des deux hommes jugés pour crimes contre l’humanité par la Cour pénale internationale. (Rfi)

7- Actu sports

-Classement FIFA : Le Sénégal perd 2 places

La FIFA a actualisé le classement mondial des sélections nationales ce mercredi. Le Sénégal, auteur de 2 nuls lors de ces 2 derniers matchs au mois de mars, se voit éjecté du top 20, tandis que l’Algérie, qui a récolté un nul et une victoire, rétrograde aussi de 2 rangs. le Nigeria (32eme) gagne quatre places et chasse les Fennecs du podium continental. Suivent le Maroc (34eme, -1), l’Egypte (46eme, +3) et le Ghana (49eme, +3 également) figurent dans le Top 50 mondial, dont sort le Cameroun (55eme, -5) et dont se rapproche la Côte d’Ivoire (59eme, +2). Eliminées de la CAN, la RD Congo (61eme, -1) et l’Afrique du Sud (75eme, -4) sont logiquement orientées à la baisse.

– Yaya Baldé, Membre du comité exécutif de la FSF : « J’ai demandé le limogeage d’Aliou Cissé »

« Il faut que Me Augustin Senghor nous amène Aliou Cissé devant le comité exécutif de la FSF, qui reste et demeure la représentation du Sénégal en miniature. Et quand on aura cette occasion, on va pouvoir parler et corriger Aliou Cissé. Si on ne le fait pas, on va droit dans le mur et pis nous irons à la CAN et au Mondial en touristes. Or, à cette CAN au Cameroun, nous n’avons qu’un seul objectif, c’est de la remporter. Sinon ce sera un échec. », martèle le président de l’AS Kolda Yaya Baldé dans Stades.

Lire aussi:

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.