Le Café qui réveille l'Info

Trafics, deals, vols, mœurs dans l’arène politique sénégalaise : sommes-nous réellement un modèle de démocratie ?

La politique c’est l’affaire des mains sales. Et si Senghor avait raison ? Même si nous nous ventons d’être la vitrine de la démocratie ouest-africaine, il n’en demeure pas moins que notre démocratie ait connu des pages très sombres de son histoire. De Senghor à Macky Sall, tous les gouvernements qui se sont succédé ont chacun marqué d’une manière regrettable la politique intérieure du pays. Des deals, des complots, des détournements de deniers publics et même des crimes ont parfois été orchestrés sur le dos des citoyens. Les raisons de ces pratiques malsaines sont dues à une envie de garder le pouvoir le plus longtemps possible ou d’y accéder sans éthique. Pour y parvenir, il faut savoir esquiver des coups et savoir en donner aussi. En somme, c’est la loi de la jungle. Il faut à la fois être rusé et prêt à sacrifier ses semblables pour sa survie. Dans l’arène politique, le sang coule à flot. Le vol et le mensonge sont aussi une règle pour certains.

Au Sénégal de grands hommes ont mis un terme à leur carrière politique après avoir été piégés dans des histoires de mœurs, de vol, ou d’autres délits dont seul le silence et la retraite politique pourraient les tirer d’affaire. Les plus coriaces tiennent tête en voulant sauver leurs projets et ambitions. Pour la plupart du temps ils se retrouvent derrière les barreaux aux risques et périls de leur image. Ces dernières années, le détournement de deniers publics et les affaires de mœurs ont été collés sur le dos de plusieurs personnalités dans le monde entier. Politiciens, journalistes, religieux, personne n’y échappe. Tous nourrissaient des ambitions politiques ou constituaient une menace pour les pouvoirs en place. On se souvent de l’histoire de Dominique Strauss Kanh avec Nafissatou Diallo. Alors président du Fonds Monétaire International, DSK était contraint de démissionner de son poste et de se retirer de la course à la tête du parti socialiste et du parti radical de gauche ce qui lui priva une participation à la présidentielle de 2012 en France. L’affaire Ousmane Sonko Adji Sarr fait penser certaines personnes à un complot dont le seul objectif serait d’éliminer un adversaire politique. Même s’il est aujourd’hui difficile de prendre position et d’indexer une quelconque partie, l’histoire peut nous faire douter qu’il  y aurait la main de l’Etat. Le 30 mars 2018 Khalifa Sall a été condamné d’une peine de 5 ans de prison ferme dans l’affaire de la caisse d’avance de la mairie de Dakar.

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Accédez en illimité à SenCaféActu Gëstu

1 500 FCFA /Mois
le numéro de téléphone est requis
Cliquez ici pour découvir comment ouvrir un compte par un autre moyen.

Des difficultés ? Contactez nous sur WhatsApp au +221 76 188 10 18

Les commentaires sont fermés.