Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 25 mars 2021

1- Vaccination anti Covid-19 : 43% du vaccin AstraZeneca administrés, de nouvelles doses attendues au mois de Mai

Le Sénégal atteint les 200 000 personnes vaccinées, ce jeudi. Ce qui dénote un rush des populations pour prendre le vaccin anti-Covid-19. Selon le directeur de la Prévention, Mamadou Ndiaye, presque toute la cible prioritaire des agents de santé a été vaccinée et que 43% du vaccin AstraZeneca, pourtant sujet à controverse la semaine dernière, ont été déjà administrés aux personnes ciblées. La question est de savoir, si le rush continue, il n’y aura pas de rupture des vaccins d’ici le mois de Mai quand seront réceptionnées les 900 000 doses d’AstraZeneca.

2- Apaisement : Birame Souleye Diop, Abass Fall libérés

La vague de libération des détenus arrêtés lors des manifestations de début mars continue. Après Guy Marius Sagna, Clédor Sène et Assane Diouf qui ont humé l’air de la liberté, c’est au tour de Birame Soulèye Diop et Abass Fall, respectivement administrateur du Pastef et responsable des patriotes à Dakar, ont bénéficié d’une liberté provisoire ce jeudi matin.

3- Une information qui a ému l’opinion ce jeudi : Victimes des pillages lors des manifestations, 2000 employés suspendus par Total, les contractuels d’Auchan licenciés

L’information révélée par l’Obs de ce jour a suscité beaucoup d’émotion dans les réseaux sociaux, ce jeudi. Des milliers de travailleurs viennent de perdre leurs emplois à Auchan et à Total, deux enseignes qui ont été littéralement saccagés lors des manifestations déclenchées début mars lors de l’affaire Sonko-Adji Sarr. Ce sont les dégâts collatéraux des émeutes suite à l’arrestation de Ousmane Sonko.

D’après L’Observateur, plus de 2000 emplois ont été suspendus à Total et à Auchan, les travailleurs contractuels ont été licenciés. Les deux entreprises annoncent plusieurs milliards de pertes causées par le pillage de leurs installations

Sur le même sujet

4- Mars 1957-Mars 2021 : Serigne Babacar Sy célébré avec ferveur par la jeune génération ce jeudi

« Le premier Khalife de Cheikh El Hadji Malick Sy de 1922 à 1957 est devenu le référentiel unanime de fidélité et de constance au service d’un idéal spirituel qu’est, entre autres, la Tijaniyya. Pour toutes ces générations qui ne l’ont pourtant jamais connu, Serigne Babacar Sy est surtout le modèle qui se hisse au niveau d’exigence digne de l’idéal Tijane. Il est, par ailleurs, l’incarnation de cette ambition non mesurable, cette himma qui façonne le savoir-être dans l’élégance d’esprit et d’attitude ; cet autre hâl du tijane idéal.

A côté du récit, constamment renouvelé et éternellement inspirant, Serigne Babacar Sy est la figure emblématique d’un esprit pour la plupart de ceux qui le célèbrent aujourd’hui et n’ont que la chance d’accéder au geste qui, finalement, consacre ce qu’être Tijane veut bien dire. A défaut d’être connu dans le sens d’une contemplation tant désirée, par les générations qui en ont fait leur référence, Serigne Babacar Sy représente l’Abreuvoir qui étanche, continuellement, la soif d’ambition et de réalisation spirituelle de la jeunesse Tijane… » (Dakaractu)

5- Report annoncé des élections locales : Le Front de résistance nationale met en garde le gouvernement « face à toutes les conséquences que de nouveaux reports pourront engendrer »

Selon le Front de l’opposition, le report des élections locales acté hier en conseil des ministres « relève de la seule et unique responsabilité du pouvoir ». Pour les camarades de Decroix, « les termes de référence de l’audit du fichier électoral et l’évaluation du processus électoral ont été envoyés le 6 février 2020 aux autorités. Ces transmissions sont restées sans réponse, malgré les nombreux rappels de la Commission Politique et l’accord de l’USAID pour financer l’audit du fichier électoral. Ce n’est qu’au mois de novembre 2020 que le processus a été repris ; aussi, les experts de l’audit et les évaluateurs du processus électoral ont été sélectionnés au mois de janvier 2021.

Si l’audit du fichier a démarré depuis mi-février 2021, le Pouvoir vient seulement de nous informer, ce 24 mars 2021, que l’évaluation du processus électoral va démarrer le 01 avril 2021 », précise le Frn qui alerte : « Toutes ces précisions sont faites pour montrer que « les lenteurs administratives » notées relèvent de la seule responsabilité du gouvernement. Aujourd’hui, tous les pôles politiques et la société civile s’accordent pour l’organisation des élections locales d’ici la fin de l’année 2021. Seul le pôle de la Majorité propose un report à février 2022, en dépit de tous les arguments techniques développés par les autres parties prenantes ».

Aussi le Frn « maintient sa position déjà exprimée de respecter le calendrier électoral et d’organiser les élections locales en cette année 2021, les élections législatives en 2022 et le scrutin présidentiel en 2024 ». En conséquence, le Frn, « tout en dégageant ses responsabilités de toute nouvelle forfaiture en la matière, met en garde le gouvernement face à toutes les conséquences que de nouveaux reports pourront engendrer », renseigne une déclaration reçue par Libération online.

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.