Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 22 mars 2021

1- Tribunal de Dakar /Auditions tous azimuts : Guy Marius, Clédor Sène, Assane Diouf, Birame Soulèye Diop, Abass Fall et 19 autres manifestants passent devant le juge, une demande de liberté provisoire déposée par les avocats

Guy Marius Sagna sera entendu dans le fond, ce lundi, au même titre que qu’Assane Diouf et Clédor Sène. Ces derniers avaient été placés sous mandat de dépôt pour association de malfaiteurs, provocation aux crimes et délits mais aussi organisation d’un mouvement insurrectionnel.

Ensuite, le magistrat instructeur va faire face à Birame Soulèye Diop et Abass Fall, respectivement administrateur de Pastef et responsable du même parti à Dakar. Ils avaient été inculpés en même temps que Patricia Marème Ngandoul, Fatima Mbengue, Bawaré Dia et Dahirou Thiam pour association de malfaiteurs, complicité de diffusion de contenus contraires aux bonnes mœurs, menace de voie de fait et violence. Du lot, seuls Birame Soulèye Diop et Abass Fall ont été écroués, le reste est sous contrôle judiciaire.

Toujours ce lundi, le juge va auditionner un premier groupe des 19 manifestants envoyés en prison pour participation à un mouvement insurrectionnel, organisation d’un mouvement insurrectionnel, dégradation de biens appartenant à l’Etat, violences et voies de faits sur des agents de la force publique dans l’exercice de leur fonction et incendie criminel. Le deuxième groupe passera mardi. A l’exception de Pape Niang (16 ans), placé sous contrôle judiciaire, tous les suspects visés avaient été envoyés en prison. Il s’agit de Mouhamed Naby Ndoye, Noah Sambou, Mamadou Sarr, Ousseynou Dia, Mor Niang, Pape Malick Seck, Ousmane Diop, Omar Diouf, Abdoulaye Diène, Abdoulaye Faye, Amadou Der, Edouard Diatta, Ahmeth Sané, Mohamed Thiam, Modou Konté, Diomaye Diafatté, Sékou Ndour, Wando Cissé et Laba Touré. (Libération)

2- Les raisons du report de l’audience entre Serigne Mountakha Mbacké et Ousmane Sonko dévoilées

Le Khalife général des Mourides devait recevoir, hier dimanche, Ousmane Sonko.
Mais l’audience entre Serigne Mountakha Mbacké et le leader de Pastef a été reportée à une date ultérieure.
D’après L’Observateur, les dispositions particulières en vigueur dans la cour du Khalife ont été à l’origine du report.
Des conseillers de Serigne Mountakha auraient évoqué que le contexte n’est pas favorable pour un entretien avec le leader de Pastef.

3- Accusés d’être des « terroristes » : Y en a Marre saisit les Usa et l’Union européenne au nom des activistes et lanceurs d’alerte

Sur le même sujet

Le mouvement Y en a marre compte saisir les représentations diplomatiques de l’Union Européenne et des Etats-Unis pour dénoncer les accusations de terrorisme proférées par l’Etat sur des activistes et opposants politiques (surtout ceux de la diaspora), dans le but de dissuader, voire inhiber des voix qui s’élèvent contre le régime de Macky Sall.

« Nous pouvons citer, notamment les cas, Assane Diouf, signalé à tort comme terroriste aux autorités américaines en août 2017, Guy Marius Sagna, emprisonné en septembre 2019 pour « fausse alerte terroriste », les accusations injustifiées portées le 5 mars dernier contre les manifestants, par le ministre de l’Intérieur, Antoine Félix Diome, et plus récemment la fallacieuse dénonciation de l’activiste Ousmane Tounkara basé à New York et connu pour son engagement contre la confiscation de la démocratie au Sénégal », lit-on dans un communiqué du mouvement exploité par l’As

4- Concertation Frn, M2D, Crd : Un Grand cadre d’unité d’action en gestation

Il faut dire que l’apaisement après les vives tensions des semaines dernières, n’est que de façade. Les tractations souterraines vont bon train de part et autre. En effet, si l’heure est à la remobilisation du côté du pouvoir avec des méga meetings et des réunions, l’opposition, elle aussi, est en train de mutualiser ses forces.
Ainsi, sur initiative du front de résistance nationale (Frn), une rencontre s’est tenue samedi avec les partis politiques de l’Opposition, le M2D, la coalition Jotna, le CRD, les mouvements et associations de la Société Civile, les syndicats de travailleurs, les Activistes et Lanceurs d’alerte de tous bords.
L’objet de cette rencontre était la mise en place d’un « Grand Cadre d’Unité d’Action ». Le comité ad hoc de cette entité fédératrice a été mis en place le même jour. Sa mission est de « proposer les règles de fonctionnement de ce cadre d’unité d’action ainsi que la stratégie » qui seront appréciées et validées lors de la prochaine rencontre, informe seneweb.

5- Jean-Christophe Rufin ancien ambassadeur de France au Sénégal : « Ce n’est pas toujours bon d’avoir du pétrole »

L’écrivain Jean-Christophe Rufin sur France24 ce lundi parle du cas Sénégal empêtré dans une série de violences inouïes. Ce suite à l’arrestation de la principale figure de l’opposition, Ousmane Sonko, finalement libéré et mis sous contrôle judiciaire. Et l’ambassadeur de France à Dakar (2007-2010) tente de justifier en lorgnant notre pétrole qui serait source de malédiction. « Le Sénégal est un pays qui a une économie fragile. Et lorsqu’il s’endette fortement, il le fait dans l’espoir que le pétrole va tout payer. C’est vrai qu’il y a une sorte d’euphorie liée à ces gisements de pétrole, mais on sait que ce n’est pas toujours une bonne nouvelle pour un pays d’avoir du pétrole. Cela augmente la corruption, pousse le pays à dépenser plus, à s’endetter plus. Et quand ce n’est pas exploité, comme c’est le cas actuellement au Sénégal, on se retrouve avec une dette très importante », déclare Jean-Christophe Rufin, membre de l’Académie française cité par senego.

A rappeler que lors d’une conférence de presse organisée le 17 décembre 2008, Jean-Christophe Rufin avait déjà lâché une petite phrase qui avait fait du bruit. « Au Sénégal, il est très difficile de garder des secrets. Tout le monde sait tout, ou tout le monde croit tout savoir, donc dit n’importe quoi », avait-il dit.

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.