Le Café qui réveille l'Info

Décès de Thione Ballago Seck : Un Rossignol ne meurt pas !

Par Ibou Ndoye Diender

Thione Ballago SECK est décédé ce dimanche 14 mars 2021 à l’hôpital de Fann. Celui que les spécialistes ont toujours qualifié de Rossignol, d’un des plus grands paroliers de la scène musicale, est parti sur la pointe des pieds. Rien ne prédisait un tel sort, un départ si furtif de ce.bas monde alors que ces derniers mois, il retenait encore l’attention de milliers d’internautes sur ses différentes interventions dans la plateforme télévisuelle qu’il avait mise en place sur la toile.

Il est vrai qu’il n’était plus aussi régulier sur les scènes, laissant progressivement la place à son héritier Waly Seck, mais tout même, son œuvre qu’il voulait panafricaine, encore en construction, lui prenait beaucoup de temps pour sa finalisation. Hélas, la faucheuse est passée par là, arrachant à notre affection, un artiste émérite, une icône, une source intarissable, le dernier mohican de la préservation et la promotion des valeurs culturelles de notre pays.

12 Mars 1955 – 14 Mars 2021, Thione aura vécu 66 ans ! Avec sa mort, le Sénégal perd un des plus grands acteurs culturels de la nation. Percussionniste de talent, Thione a très vite troqué le.tambour contre le.micro pour perpétuer une tradition familiale remontant au 18ème siècle quand ses grands parents animaient la cour du Damel de Cayor Lat Dior Ngoné Latyr.

Star Band, Baobab et en1984, de retour d’un bref séjour hexagonal, le Raam-Daan qu’il a mis en place pour trouver sa place sur un.paysage musical déjà riche de plusieurs grandes formations : le Number One des Pape Seck Dagana, Doudou Sow, l’Etoile 2000 des Elh Faye, Zale Seck, le Suoer Diamono des Omar Pêne, Ismael Lo, le Super Étoile des Youssou Ndour, Ouzin Ndiaye, et bien d’autres grands chanteurs évoluant en solo.

Il savait poser sa voix allègrement aussi bien sur les mélodies et sonorités traditionnelles que celles modernes ou trradi-modernes.

Composer une.chanson, Thione savait le faire. Entraîner dans ses envolées melodieuses les âmes même insensibles, faire vibrer les cœurs et peindre les réalités sociales produites par notre vécu quotidien en notes musicales pour nous aider à adoucir les mœurs, Thione en était un orfèvre inégalable. Il était le gardien du Temple de « Sunu Cossan » pour reprendre Youssou Ndour au soir d’une nuit féerique il y a quelques années dans la salle mythique parisienne de Bercy.

Aujourd’hui qu’il est parti, son héritage servira à n’en point douter de sorte de bréviaire temporal, non pas pour y lire des prières mais pour y extraire des messages à même de constituer un répertoire des.bonnes attitudes. Maintenant que de plus en plus, la jeunesse d’aujourd’hui est en quête de repères.

Les.morts ne sont pas morts disait père Birago. Oui, Thione Ballago n’est pas mort. La force d’un rossignol réside dans ses déplacements longue-distance qui échappent complètement à l’observation. Son oeuvre, si riche, si immense, lui survivra…

Qu’Allah Le-Tout-Puissant l’accueille en Son paradis céleste ! Amine.

Ibou Ndoye Diender

Les commentaires sont fermés.