Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 3 Mars 2021

1- Sonko arrêté et mis en garde-à-vue à la Section de Recherches, les jeunes manifestants affrontent les forces de l’ordre dans différents quartiers de Dakar

Nouveau rebondissement dans l’affaire Ousmane Sonko. Le leader de Pastef a été arrêté au Rond-point Mermoz par les gendarmes et amené à la Section de recherches de Colobane pour troubles à l’ordre public et participation à une manifestation non autorisée. Cette arrestation, qui a surpris plus d’un, est –elle une réponse « course contre la montre » pour ne pas tomber sur la suspension de la levée de l’immunité de Sonko dont le courrier a été déposé ce matin par les députés de l’opposition au Greffe du Conseil constitutionnel ? Selon Moussa Tine, le recours des députés suspend la procédure de fait. Le procureur a dû tenir en compte ce fait pour trouver le moyen de conduire Sonko devant le juge, avant que sa procédure soit juridiquement suspendue selon le juriste intervenant sur la Rfm. Abdou Mbow est intervenu pour démentir les propos de Moussa Tine, le depot au Greffe du Conseil constitutionnel de la demande d’annulation de la levée de l’immunité ne suffit pas à suspendre la procédure.

  • Les avocats de Sonko , Me Cheikh Khoureyssi Ba , Bamba Cissé, Demba Ciré Bathily et Joseph Etienne Dione font le pied de grue à la Section de recherches pour assister à l’audition de leur client Sonko.
  • Les jeunes manifestants affrontent les policiers, brulent des pneus et du mobilier urbain vers les Allées Centenaire et à la place de l’Obélisque, pour forcer le barrage installé par les forces de l’ordre aux alentours de la Section de recherches de Colobane. D’autres jeunes manifestent aussi vers l’Université de Dakar sur la route de Ouakam.
  • Djibril Sonko avocat de Sonko : « Ils n’ont plus d’option. Sonko a été conduit à la section de Recherches pour trouble à l’ordre public. Il va être entendu et soumis en garde à vue », a-t-il dit, indiquant que le leader de Pastef sera ensuite déféré au Parquet.

2- Affaire Sonko : Khalifa Sall  parle de liquidation

Sur le même sujet

Devant l’inquiétude et le désespoir face à ce dossier, la mobilisation s’impose. Khalifa Sall convoque un  contexte d’arrestations, de liquidations de militants, d’intimidation, de diabolisation, d’abus de toutes sortes face à des Sénégalais épris de paix et de justice. L’ancien maire de Dakar d’appeler les citoyens à résister et défendre notre démocratie. Parce que, ajoute-t-il, dans cette affaire Sonko, il n’y a rien de privé, et il n’en veut pour preuves que cette ruade de la majorité dans tous les sens.

3- Arrestation de Sonko : Le Grand Parti dénonce et exige sa libération (Communiqué)

4- Le Collectif des Médecins, Pharmaciens et Dentistes en spécialisation (COMES) décrète une grève de 48h, s’estimant victime de discrimination sur la vaccination (Communiqué)

5- Présidence de la CAF : Comment Macky Sall a convaincu Augustin Senghor d’accepter le « protocole de Rabat » et le poste de 1er vice-président

D’après Record, les autorités sénégalaises ont mis la pression sur le patron du foot national pour signer le « Protocole de Rabat ». Ledit protocole stipule que le poste de 1er vice-président serait promis à Me Augustin Senghor et celui de 2e vice-président au Mauritanien Ahmed Yahya.
Quant au Sud-africain Patrice Motpese, il a été désigné par consensus président de la CAF. Le président de la Fédération sénégalaise de football n’y est pas allé de gaieté de cœur, renseigne les sources du journal. Lesquelles ajoutent que Me Senghor avait refusé toutes les propositions des émissaires de la FIFA.
Lors d’une rencontre avec Patrice Motsepe, le président de la FSF a refusé toute velléité de renoncement.
Malheureusement, pour Senghor, la FIFA avait déjà mûri son plan au plus haut sommet avec les chefs d’États africains. Informé du niet catégorique de Me Senghor, Macky Sall a fait pression sur lui pour le convaincre à renoncer. Le journal renseigne que si le Sénégal n’avait pas accepté ce deal, son entrée dans le Comité exécutif ne serait pas chose aisée.

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.