Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 23 Février 2021

1- La vaccination démarre le jour où le Sénégal enregistre son pire record de décès dus au Covid-19 : Abdoulaye Diouf Sarr prend la 1ere dose du vaccin, Pr Seydi, Khemesse, Dr Bousso et tous les responsables de la santé se sont faits piquer ce matin, El Hadji Mansour Mbaye donne l’exemple…

Diouf Sarr, Ndeye Saly Dieng, Dr Khemesse Ndiaye Ngom, Pr Moussa Seydi, El Hadji Mansour Mbaye, Dr Abdoulaye Bousso, Dr Amadou Sall de Pasteur directeur de l’Institut Pasteur, Dr Mamadou Diarra Bèye, General Dieng directeur de Principal, Mme Fatou Mbaye directrice des établissements de santé, les responsables des associations des imams et de l’Eglise, le maire de Fass-Colobane Ousmane Ndoye, le ministre des affaires étrangères Aissata Tall Sall, son collègue de l’éducation Mamadou Talla et l’ancien Pm Souleymane Ndéné Ndiaye ont tous pris le vaccin. Macky a confirmé, ce matin, qu’il va prendre son vaccin dans les brefs délais.

2- Macky Sall sur l’affaire Sonko : « Je crois que j’ai suffisamment à faire que de comploter pour des choses aussi basses »

La prise de parole du chef de l’Etat était guettée voire attendue sur cette affaire qui tient en haleine le pays depuis quelques semaines. Macky Sall s’est voulu clair face à Alain Foka de Rfi : « Encore une fois, c’est une affaire regrettable. Je ne sais pas ce qu’il en est, dans le fond. Je ne peux pas souhaiter, même à mon pire adversaire une telle situation. Maintenant, il y a une accusation, il y a des procédures, il ne faut pas qu’on mêle le président de choses qui ne le regardent pas. C’est clair. Je crois que j’ai suffisamment à faire que de comploter pour des choses aussi basses ».

3- Amadou Ba membre du mouvement des cadres du Pastef : « Vous pouvez arrêter tous les cadres sans exception, que vous retrouverez Pastef pour vous faire face »

 Le parti Pastef-Les Patriotes a toujours fonctionné de façon horizontale, rappelle Amadou Ba, membre du Mouvement national des cadres patriotes (Moncap). D’après lui, chaque coordination est totalement autonome dans son fonctionnement et son financement. Et ils sont prêts à aller en prison pour défendre leurs idées et la démocratie dans le pays. « Vous pouvez arrêter tous les cadres sans exception, que vous retrouverez Pastef pour vous faire face. La route vers le troisième mandat ne sera pas un long fleuve tranquille. Votre répression aveugle est déjà un grand signe de faiblesse et de fébrilité”, déclare Amadou Ba.

Sur le même sujet

A l’en croire, quand un Régime vacille, il pense que les baïonnettes peuvent masquer les statistiques du chômage. « Construisez des Prisons, car on les remplira inchallah », prévient le membre du Mouvement national des cadres patriotes. (Senego)

4- Pendant ce temps, Idrissa Seck reprend service et tient sa première session au CESE

Idrissa Seck va, en effet, présider la première session du Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE) qui débute ce mardi 23 février 2021. Seulement, avec la pandémie du coronavirus qui a pris ses aises au Sénégal, le leader de Rewmi n’entend prendre aucun risque. Ainsi, cette première session ordinaire de l’exercice 2021 va se dérouler en visioconférence et va tourner autour de deux thèmes : «l’Emploi et l’Émigration» et «les Inondations et l’Assainissement».

5- Le député Issa Sall accusé de violences conjugales sur son épouse dément…

Le député Issa Sall est accusé de violences conjugales par sa femme d’origine guinéenne avec laquelle il est en instance de divorce. «Il me frappait et comme je n’ai pas réagi, il a continué à me frapper», a confié la dame au juge. Son épouse Ramatoulaye Diallo, d’ajouter : «Issa Sall avait même déchiré mon passeport qui contenait des visas en cours de validité, en plus de menaces de mort. »
Selon L’Observateur repris par Seneweb, le candidat du PUR à la dernière élection présidentielle et Ramatoulaye Diallo se sont mariés le 25 septembre 2008. Ils ont deux enfants, un garçon et une fille, âgés respectivement de 8 et 5 ans. C’est Issa Sall qui a saisi le tribunal, le 15 juin 2020, d’une requête aux fins de divorce pour incompatibilité d’humeur. Mais, son épouse dénonce la procédure qu’elle considère « injustifiée et abusive voire vexatoire ». Issa Sall devait se présenter aujourd’hui devant le tribunal, mais son face-à-face avec le juge a été reporté à cause de la suspension des audiences.Issa Sall, joint par le journal, a nié la procédure de divorce. « Je crois que vous vous trompez de personne », raccroche-t-il, sans autre mot.

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.