Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 16 Février 2021

1- Affaire Sonko-Adji Sarr : Vers l’inculpation de l’épouse de Birame Souleye Diop, Abass Fall refuse de répondre aux questions des enquêteurs depuis son  arrestation

Le dossier de l’épouse de Birame Souleye Diop risque de prendre une tournure corsée. Selon la RFM, la dame va vers une inculpation pour atteinte à la sûreté de l’Etat et diffusion de fausses nouvelles. Abass Fall, lui aussi, est dans une situation pas facile. Il aurait refusé de répondre à toutes questions des enquêteurs depuis son arrestation le week end dernier.

L’épouse de l’administrateur du Pastef est mise en cause dans une affaire d’envois de messages offensants à de hautes autorités de l’État provenant d’un téléphone qu’elle détenait. Un ministre d’État et une autre autorité, ont reçu ces messages des téléphones que détenaient Patricia Mariame. Ngandoul, l’épouse de Birame Soulèye Diop et Abass Fall, le coordinateur de Pastef Dakar.  Selon Dakaractu, ils ont été géolocalisés et les enquêteurs les ont arrêtés. Ils sont tous les deux placés en garde à vue. 
Les faits sont tellement graves que les autorités ne veulent plus rien lâcher. 
Depuis l’éclatement de l’affaire « Sweet Beauté », plusieurs autorités ont reçu des messages d’insultes et de menaces de mort. Plus de 50 plaintes ont été déposées à la Police pour insultes et autres audios de militants de Pastef à l’endroit des autorités et d’autres citoyens. 

2- Menaces de mort  contre Maimouna Ndour Faye, Maty 3 pommes, le Synpics se saisit du dossier

La journaliste a révélé, capture d’écran à l’appui, les menaces d’un « apprenti juriste », Ansou Galass Diédhiou qui a appelé à « abattre » la présentatrice de l’émission. Et pire, a fait savoir cette dernière, les menaces sont aussi envoyées directement par messagerie.

Et ce n’est pas un cas isolé puisqu’une autre animatrice, cette fois basée en Europe, Maty 3 Pommes, a décrié les tentatives de musèlement des partisans de Sonko. Cette fois aussi, c’est pour avoir invité Me El Hadj Diouf qu’elle a été menacée, a-t-elle fait savoir sur sa page YouTube. « On m’a averti qu’il y a des gens qui veulent attenter à ma vie à cause de la politique », a-t-elle dénoncé. Elle a promis de faire face à ses détracteurs et une riposte à la hauteur des attaques, selon Dakaractu.

Moins connue que ces deux précédentes personnalités, Gabrielle Kane, une jeune dame connue lors d’une émission télé dernièrement, est elle aussi l’objet d’attaques. En plus de défendre crânement la jeune plaignante dans l’affaire Sonko, elle lui avait, dans une contribution, fait part de toute son amitié et de son soutien. Ce qu’elle paie cher en ce moment en étant menacée elle aussi de toutes parts par les « Sonko boys ».Le Synpics, par la voix de son SG Bamba Kassé, a dénoncé ces menaces et compte saisir les instances habilitées pour mettre fin aux agressions que subissent les personnels des médias dans cette affaire.

3- Manifestants arrêtés le lundi 8 février : L’histoire émouvante d’un déficient mental détenu malgré son état

Ousseynou Dia serait  un déficient mental selon sa mère, Daba Fall qui s’est confiée à L’observateur repris par seneweb. Elle demande la clémence après l’arrestation de son fils qui, insiste-t-elle, « se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment », « ne connait pas Ousmane Sonko » et « ne connaît rien de la politique ».

Domicilié au village de Keur Oumar Dia à Badègne dans le département de Kébémer, l’actuel pensionnaire de la prison du Cap Manuel était perdu de vue par les siens, qui apprennent plus tard qu’il est à Dakar sans pouvoir le localiser. Selon toujours Daba Fall, Ousseynou a eu des troubles psychiques suite à  un voyage raté en Espagne via la mer. « Tous mes parents et mon entourage savent qu’il ne jouit pas de toutes ses facultés mentales. Il est tombé malade en 2019, lorsqu’il tentait d’aller en Espagne via la mer. Les images terrifiantes qu’il a vues durant le voyage l’ont traumatisé. La pirogue de fortune à bord de laquelle il voyageait a chaviré en pleine mer. Il a été secouru par un Marocain », raconte la mère dans les colonnes du journal.

« Son papa est parti au Maroc pour le récupérer. Il passait tout son temps à parler. Dans ses délires, il évoquait souvent les noms de ses deux compagnons morts en mer. Parfois il criait fort et sortait de la maison, courant vers une destination inconnue. Son papa a dépensé toutes ses économies pour le soigner », confie encore la dame, surprise d’apprendre que son fils a été arrêté en marge des émeutes du 8 février dernier.

4- Lycées et collèges : Les enseignants désertent les salles de classe

Des perturbations seront notées cette semaine dans le Moyen Secondaire. Le Cadre Unitaire des Syndicats du Moyen Secondaire (CUSEMS)/Section Dakar observe ce matin un débrayage, à partir de 10h, une grève totale ce mercredi et jeudi, pour le paiement intégral des indemnités liées aux examens.

Ces sections décrètent également le boycott de toutes les évaluations. Suite à l’expiration de son préavis, le Cadre Unitaire Syndical des Enseignants du Moyen-Secondaire, a tenu un point de presse ce mardi à son siège sis à la cité Soprim.

5- Répression des membres de Pastef : Amadou Ba cadre du Pastef dénonce les méthodes du Gestapo du régime

Amadou Ba, membre du Mouvement national des cadres patriotes (Moncap), dénonce la “répression” dont les membres de Pastef font l’objet ces temps-ci. Selon lui, le président de la République, Macky Sall a ressuscité la Gestapo.

La femme de Birame Souleye Diop, administrateur de Pastef arrêtée ce matin, est désormais en garde à vue. Pourtant, elle n’est même pas membre de Pastef et personne ne la connaît. Le Coordinateur de Dakar Abass Sall toujours en garde à vue. Un membre de Pastef Diass arrêté à la sortie de chez Sonko. Un membre de Pastef Kaolack, Elie Joe Lyco, a reçu la visite de la police qui lui a réclamé ses coordonnées et celles des militants”, rappelle Amadou Ba.

D’après le membre du Mouvement national des cadres patriotes, Macky Sall claironne partout que l’affaire du viol est une affaire privée opposant 2 citoyens. Bizarrement, le Procureur a transformé l’affaire en Crime insurrectionnel tendant à renverser le Gouvernement.

“C’est la raison de ce maccarthysme qui vise à dissoudre Pastef et non plus ce viol fantasmagorique. Les consciences de ce pays, la CEDEAO et l’ONU ne peuvent plus fermer les yeux et se taire”, déclare M. Ba cité par nos confrères de senego.

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.