Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 1er février 2021

1- [Covid-19] Le Sénégal sur le fil rouge : Le 1er février : Jour de record des nouvelles contaminations (404), janvier bat le record des décès avec 228 victimes soit 35% de l’ensemble des pertes depuis mars 2020

Ce 1er février, la situation du jour montre un tableau assez inquiétant. En effet, sur 2411 tests réalisés, 404 sont revenus positifs, soit un taux de positivité de 16,76%. Les cas positifs sont constitués de 126 contacts et 278 cas communautaires.

Par ailleurs, 175 patients ont été déclarés guéris et 54 cas graves sont en réanimation. Malheureusement 10 personnes ont perdu la vie du fait de la maladie. A ce jour, le Sénégal a connu 26.927 cas confirmés, dont 22.145 guéris, 638 décès et 4143 patients sous traitement.

2- Aminata Lô Dieng déférée

C’était prévisible. Arrêtée vendredi dernier par la brigade de gendarmerie de Ouakam, Aminata Lô Dieng vient d’être déférée devant le Procureur de la République. Ce, en même temps que son frère. L’ancienne ministre sous Wade est visée pour violation de la loi sur le couvre-feu, outrage à agent dans l’exercice de ses fonctions, faux et usage de faux et rébellion, selon Libération.

3- UGB : En janvier, les étudiants ont pris 443 774 repas sans payer pour une valeur totale de 400 millions

« Le Centre régional des Œuvres Universitaires de Saint-Louis (CROUS), dans son communiqué publié le 03 mai 2019, avait annoncé ne plus pouvoir garantir des services permanents et de qualité à la communauté estudiantine si aucune mesure n’était prise pour arrêter l’utilisation abusive des Journées Sans Ticket (JST) comme moyen de lutte syndicale des étudiants de l’université Gaston Berger de Saint-Louis. Mais, il est regrettable de constater, malgré cette alerte, que cette pratique s’est amplifiée durant l’année 2020. À titre illustratif, depuis le début de cette année 2021, les six cent quatre-vingt-seize (696) heures de « JST correspondant à 29 jours, où les étudiants se sont restaurés gratuitement, constituent une baisse de recettes internes de près de quarante millions (40.000.000) francs CFA », renseigne communiqué parcouru par Dakaractu. À cet effet, les autorités du CROUS décident de suspendre toutes les prestations des restaurant à chaque fois que des journées sans ticket sont organisées par la communauté estudiantine. 
« Les repas étant subventionnés par l’État du Sénégal, ces 29 jours (pour un mois qui en compte 31) de « JST » équivalent à Trois cent soixante millions (360.000.000) francs CFA que le CROUS devra payer aux repreneurs qui se sont acquittés de leurs devoirs, à savoir préparer et servir aux étudiants quatre cent  quarante-trois mille sept cent quatorze (443.714) repas.

4- Diary refait surface avec « les masques tombent »

Depuis son retour au Sénégal, c’est sur sa page Instagram que Diary Sow fait sa première apparition. Elle y publier son “trailer”: “Et les masques tombent !” Une histoire d’amour entre une domestique et le fils de sa patronne. Dans « Et les masques tombent ! », on retrouve Allyn Kane, sous un nom de scène : Eryn Joly.  Une histoire racontée par Diary dont voici la chute : « Je ne m’appelle plus Allyn. J’ai cessé d’être Allyn il y’a exactement vingt-six mois et deux jours, quand le destin a frappé une fois de plus aux portes de mon existence. Depuis, je suis deux femmes distinctes, que plus rien ne relie.

J’entrevois la fin des ténèbres. Quelle qu’en soit l’issue, je serai prête. Même au plus sombre de l’épreuve, nul ne connaîtra mon talon d’Achille. Peu importent mes tourments, mes défaites, je renaitrai de mes cendres, tel le phénix. Et alors, mon cœur cessera à jamais d’avoir froid. » (Avec Senego)

5- Pr Ismaila Madior Fall ,conseiller juridique du chef de l’Etat , attribue le titre de chef de l’opposition à Ousmane Sonko

Le titre de chef de l’opposition revient de droit au leader de « Pastef les patriotes », Ousmane Sonko. En tout cas c’est l’avis de l’ancien ministre de la Justice, Garde des sceaux, Ismaila Madior Fall qui estime que ce statut doit revenir à celui qui est arrivé deuxième à l’élection présidentielle. Ayant rallié le Macky, Idrissa Seck donne donc libre cours à Ousmane Sonko, arrivé troisième avec 15,67% des voix.

« En acceptant de remplacer Aminata Touré à la tête du Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE), Idrissa Seck cède le titre de chef de l’opposition à celui qui est arrivé troisième derrière lui à l’élection présidentielle de 2019. Si Idrissa Seck n’est plus éligible, c’est celui qui suit qui doit être le chef de l’opposition », argue le juriste dans le constitutionnaliste dans les colonnes de journal de L’AS.

S’abstenant de citer nommément Ousmane Sonko, l’ancien garde des Sceaux insiste: «A mon avis, le chef de l’opposition devrait être, à défaut du second, le troisième». Mieux, il ajoute que si cette question n’est toujours pas vidée, la faute incombe au dialogue national. Au sein de la Commission politique du Dialogue National, souligne-t-il, «certains disent que le chef de l’opposition revient au second de l’élection présidentielle, en l’occurrence Idrissa Seck mais aujourd’hui, il ne pourrait pas l’être pour la simple raison qu’il avec le pouvoir: Donc s’il n’est pas éligible, c’est celui qui suit qui doit être le chef de l’opposition. D’autres disent qu’on va voir le chef du parti qui a le plus grand nombre de députés après le parti majoritaire et dans ce cas de figure, ce sera le Pds». (Pressafrik)

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.