Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 12 Janvier 2021

1- Changement de l’heure du couvre-feu : Le ministre Antoine Diome a promis de faire quelque chose

Les scènes de bousculades et de rassemblements notées dans les gares routières et sur les principales avenues de la capitale, en raison du manque de moyens de transports, ne sont pas du goût des députés à l’Assemblée nationale, qui y voient un des effets pervers du couvre-feu qui entre en vigueur à 21 h. Raison pour laquelle, ils ont interpellé le ministre de l’Intérieur lors de l’adoption, hier à la l’Assemblée, du projet de loi portant modification de l’état d’urgence et de l’état de siège.

Les députés, selon le rapport issu de l’examen du projet de loi, ont recommandé au ministre de l’Intérieur « d’éviter la répression et la confrontation, tout en accordant une attention toute particulière aux revendications exprimées. A ce propos, ils ont demandé de remonter l’heure de démarrage du couvre-feu jusqu’à 22 heures ou 23 heures, compte tenu des contraintes liées aux moyens de transport ; ce qui éviterait les bousculades et rassemblements constatés », mentionne le texte parcouru par Seneweb.

En réponse à ces interpellations, Antoine Diome « dit avoir pris bonne note des recommandations pour relever l’heure de démarrage du couvre-feu, tout en informant que le Chef de l’Etat a décrété l’état d’urgence assorti de couvre-feu après consultation des membres du Comité national de Gestion des Épidémies (CNGE) ».

2- Violation du couvre-feu : Le rappeur « 10.000 Problèmes » condamné malgré ses pleurs et regrets

Trois mois avec sursis. C’est la peine que le juge des flagrants délits du Tribunal de grande instance de Dakar a infligée à « 10.000 Problèmes ». Le rappeur jugé ce mardi 12 janvier 2021, a été reconnu coupable de violation du couvre-feu. Il a été relaxé des autres délits de provocation directe à un attroupement et organisation d’une manifestation sans autorisation.

Face aux juges, Mouhamadane Fall à l’état-civil, n’a reconnu que la première infraction. Il l’a regretté et a demandé pardon. « 10.000 Problèmes », a craqué lorsque son avocat plaidait pour lui. Par contre, il a contesté les autres délits. Arrêté le jeudi 7 janvier, « 10.000 Problèmes » recouvre la liberté. Cependant, il ne pourra pas savourer sa libération car, sa mère est décédée hier nuit, alors qu’il était en prison, informe Fatou Sy du Soleil.

3- Recours contre la loi sur l’état d’urgence : Wade bloque la procédure

Sur le même sujet

Cheikh Abdou Bara Dolli Mbacké est dans tous ses états. Le député qui voulait déposer un recours contre la loi relative à l’état d’urgence, l’état de siège et aux catastrophes naturelles et sanitaires a vu son initiative se heurter à l’inertie de son groupe parlementaire. « Je mène ce combat avec détermination, mais il ne peut aboutir sans le soutien de mes collègues du groupe Liberté et Démocratie.

Cela fait 15 jours que le président du groupe, mon frère Serigne Cheikh, m’avait demandé d’attendre qu’il en parle au Président Abdoulaye Wade. Au moment où je vous parle, il n’a pas pu voir le Président Wade qui doit donner son feu vert », a regretté sur Rfm, le responsable de Bokk gis gis.  

4- Permis de conduire : Mansour Faye met fin aux permis  « roses »

Les détenteurs du permis de conduire «rose» sont avertis. Ce permis n’est plus autorisé. L’avertissement est du ministre des Infrastructures, des Transports Terrestres et du Désenclavement. Mansour Faye rappelle, dans un communiqué parcouru par le quotidien L’AS, que les permis de conduire sous format papier «rose» ne sont plus valables et par conséquent, ils ne donnent plus droit à circuler sur l’ensemble du territoire national.

Cependant, tient-il à informer, les opérations de remplacement des anciens permis de conduire «support papier rose» par les permis de conduire numérisés se poursuivent dans tous les sites CAPP Karangë situés dans le territoire national, hormis celui de la Direction des Transports routiers à Hann. Ainsi, Mansour Faye recommande fortement aux Sénégalais n’ayant pas remplacé leur «permis rose» d’y procéder le plus tôt possible, puisque circuler avec cet ancien permis de conduire constitue une infraction.

5- Propagation de la pandémie : Les autorités verrouillent les frontières

Les autorités sanitaires vont davantage mettre l’accent sur les postes frontaliers dans le cadre de la surveillance épidémiologique. C’est du moins l’avis de la directrice de la Santé, Dr Marie Khemesse Ngom Ndiaye, reprise par Senego.

« Pour une meilleure surveillance épidémiologique, il faut mettre un accent particulier sur les postes frontaliers. Nous devons avoir une maîtrise sur les agents pathogènes qui circulent, surtout au niveau des frontières », a notamment dit la directrice de la Santé, lors d’une visite au niveau des points d’entrée dans les lignes frontalières avec la Gambie et la Guinée-Bissau.

Dr Marie Khemesse Ngom Ndiaye qui a récemment visité le poste frontalier de Karang (Kaolack) a invité à une « mobilisation de toutes les capacités du règlement sanitaire international pour mieux faire face à la pandémie de Covid-19 et aux autres menaces d’ordre sanitaire ».

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.