Le Café qui réveille l'Info

Top 5 : Les indispensables de la mi-journée

1- Aliou Sall raconte sa maladie du Covid-19 et lance un appel

« Je lance un appel aux acteurs qui s’étaient mobilisés lors de la première vague de soutenir les CTE par des appuis matériels, parce qu’on ne sait pas jusqu’où ça va aller. Le maire de Guediawaye, invité du Grand Jury de la RFM, a révélé les détails inquiétants sur sa maladie. Selon Aliou Sall, il a passé 20 jours dont 10 en réanimation avec un traitement fait de 6 injections par jour et des souffrances incroyables. C’est fort de tout ça, que le maire de Guediawaye met en garde contre la 2eme vague qui risque de faire plus mal avec des pertes énormes en vies humaines.

2- Incendie de Nguediaga : Sophie Gladima « nous avons demandé l’aide de l’armée française… »

« C’est la première fois que l’on voit un tel évènement. On ne peut pas dire qu’il n’y a pas de danger, mais il ne risque pas d’avoir une explosion », a déclaré hier la ministre qui a révélé, hier, qu’ils ont fait appel à l’armée française pour contenir l’incendie.
« On vous a expliqué ce qui s’est passé, c’est avec l’explosion du gaz pour faire la production que des grains de sable ont fait faire une étincelle qui a amené ce feu-là. C’est le même phénomène que l’on voit au niveau de la Sar avec la torche qui brûle. Tant qu’il y a cette venue de gaz, il y aura toujours cette flamme. Nous remercions la Gendarmerie qui a contenu la population qui a voulu manifester ce matin », a ajouté Mme Siby qui a tenu à rassurer les populations.

3- Le député-maire de Ziguinchor est testé positif à la Covid-19

Abdoulaye Baldé est confiné à son domicile en France où il est depuis une semaine. 
Selon différentes sources, Abdoulaye Baldé est un cas asymptomatique et se porterait bien. Pour rappel, le député-maire s’était rendu d’abord à Paris puis à Tunis pour participer à l’assemblée générale de l’association internationale des maires francophones tenue les 9 et 10 décembre dernier.
A la fin de la rencontre, il est retourné à Paris. Depuis, il est dans la capitale française et selon des proches joints par Dakaractu, le maire de Ziguinchor s’est entretenu avec eux au téléphone ce vendredi et son retour au pays se ferait ce week-end.

4- Dr Abdoulaye Bousso directeur du Centre des opérations d’urgences sanitaires (COUS), invité de Sud FM : « sans le vaccin anti Covid-19,  il faudra s’attendre à une troisième voire quatrième vague, il faut que nous nous ressaisissons…»

Sur le même sujet

L’un des meilleurs spécialistes de gestion de pandémie est clair : Le vaccin  est incontournable : « Tant que ce ne sera pas le cas, il faudra s’attendre à une troisième voire quatrième vague. Aujourd’hui par exemple, nous avons eu 25 cas graves, lors de la première vague, nous étions à plus de 57 cas graves. Cela veut dire que nous n’avons pas encore atteint le pic de cas graves que nous avions mais la problématique, c’est essentiellement la gestion des cas graves. Donc, il va falloir augmenter la capacité des lits réservés Covid. Ce qui nous permettra de pouvoir continuer à prendre en charge les autres patients aussi graves qui continuent à arriver tous les jours », avertit Dr Bousso.

Au micro de Baye Oumar Guèye, le patron du COUS averti« il est important aujourd’hui que nous nous ressaisissions. Cette deuxième vague, elle est déjà difficile avec le nombre de décès même si elle n’a pas encore atteint la première mais il faut que nous fassions attention à ce que ça ne remonte pas puisque cela va être, après, très très difficile à gérer. Si elle baisse, il faudra nous préparer à une troisième, une quatrième vague… Protégeons-nous, protégeons nos familles. Covid sera encore là tant que la situation mondiale ne sera pas maîtrisée «, explique le directeur du (COUS).

5- Production arachidière  annoncée : La BCEAO s’interroge sur la fiabilité des estimations agricoles

 Le Conseil National du Crédit (Cnc) à la BCEAO se montre préoccupé par la campagne de commercialisation arachidière. Le Conseil, qui a examiné les conditions de démarrage de la campagne de commercialisation agricole, «a fait part de ses préoccupations.» Et ces préoccupations  ont trait aux informations faisant état de «contraintes auxquelles sont confrontées les unités industrielles de transformation des arachides pour collecter des quantités suffisantes de graines».

A cet égard, il a réitéré ses recommandations, quant aux politiques publiques, afin que la réflexion soit approfondie au sujet d’une fiabilité accrue des estimations de production agricole, du modèle économique de la filière arachidière et de la mise à la disposition de La Banque Agricole (LBA) de moyens adéquats pour le financement de la diversification de la production agricole.

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.