Le Café qui réveille l'Info

Top 5 : Les indispensables de la mi-journée du 16 décembre

1- Situation du jour : Les cas communautaires explosent, le nombre de nouveaux cas positifs doublent, 2 décès enregistrés

Sur 1. 279 tests réalisés, 120 sont revenus positifs au coronavirus ce mercredi, soit un taux de positivité de 9,38 %. Il s’agit de 35 contacts suivis et de 85 cas issus de la transmission communautaire. Ils sont répartis entre Touba (9), Dakar Plateau (8), Rufisque (5), Saint-Louis (5), Almadies (4), Diourbel (4), Podor (4), Richard-Toll (4), Fann Résidence (3), Guédiawaye (3), Ouakam (3), Ouest Foire (3), Thiès (3), Yoff (3), Mamelles (2), Matam (2), Mermoz (2), Parcelles Assainies (2), Point E (2), Darou Mousty (2), Diamniadio (1), Dieuppeul (1), Kaolack (1), Koki (1), Mbacké (1), Mbao (1), Ngor (1), Ourossogui (1), Sacré-Cœur 3 (1), Sicap Baobab (1), Vélingara (1), et Yeumbeul (1).

106 patients ont été testés négatifs et déclarés guéris alors que 23 cas graves sont pris en charge dans les services de réanimation. Deux nouveaux décès liés à la Covid-19 ont été enregistrés. A ce jour, le Sénégal compte 17.336 cas positifs dont 16.349 guéris, 353 décès et 634 encore sous traitement.

2- Sortie de Mimi Touré sur le 3ème mandat : Moussa Sow de la COJER réagit au nom des jeunes de l’APR

Pour Moussa Sow, « Mimi Touré devait au moins respecter les sénégalais et surtout Macky Sall qui lui a permis d’accéder au poste prestigieux de Premier ministre du Sénégal. Après Mame Madior Boye, elle est la seule  qui a été nommée à cette fonction. Donc, Mimi Touré doit plutôt reconnaissance et gratitude au président Macky Sall ».

Le coordonnateur de la Cojer, interrogé par Ndiogou Diène, annonce que « les propos de Mimi Touré ne vont pas obliger l’APR à convoquer une reunion spéciale pour statuer sur cette déclaration »

3- Recrudescence des contaminations du Covid-19 : Le message d’alerte du président Macky Sall

« Voilà qu’au moment où nous avions espoir que nous sortions de la maladie, qu’une seconde vague est arrivée, d’ailleurs à l’instar des autres pays. Et pour cette second vague, nous devrons redoubler de vigilance  et c’est pour  moi l’occasion de lancer un appel à l’ensemble des sénégalais et  aux hôtes étrangers qui vivent parmi nous pour que la vigilance soit de mise.

Nous allons redéployer tout  le dispositif sanitaire, le personnel, réactiver les centres de réanimation et de traitement des épidémies dans nos hôpitaux afin de pouvoir contenir cette seconde vague et la maîtriser. C’est  la raison pour laquelle des mesures ont été prises récemment  en vue de restreindre les déplacements même les mesures de fermeture de certains établissements ont été initiées. Le ministre de l’Intérieur discute avec les acteurs pour adapter  ces mesures mais nous sommes obligés de surveiller l’évolution de la maladie jour après jour. Mais la réponse la plus adaptée reste le port obligatoire du masque, le respect de la distanciation physique ainsi que le lavage des mains, en attendant que ce virus soit vaincu sur l’ensemble de la planète », a alerté le chef de l’Etat qui recevait un don de la communauté libanaise du Sénégal.

4- Homme de l’année : Serigne Mountakha Mbacké et Pr Moussa Seydi plébiscités

Pour le prêcheur Iran Ndao, qui porte l’initiative, le Khalife général des mourides est incontestablement l’homme de l’année 2020. La proposition de l’animateur religieux de la Sen Tv est largement relayée et validée dans les réseaux sociaux. Serigne Mountakha Mbacké a été décisif dans la lutte contre la pandémie et dans le raffermissement des liens séculaires entre les différentes confréries.

Le Professeur Moussa Seydi, patron du service des maladies infectieuses, coordonnateur de la prise en charge des malades du Covid-19, est aussi proposé par des internautes comme homme de l’année. Pr Seydi, dont l’action mémorable pour juguler l’épidémie d’Ebola, était nommé l’homme de l’année 2014.

5- Taxe locative du foncier : Eiffage n’a payé que 7000 Fcfa à l’État du Sénégal, l’opinion toujours choquée

Outre le contrat qui lie l’État du Sénégal et Eiffage, qui est plus au profit de la multinationale française, notre pays est complètement lésé à propos de la taxe locative du foncier occupé par l’autoroute à péage.

En effet, la taxe locative du foncier qui concerne tout le tracé de l’autoroute à péage est de 1000 Fcfa par an. Et, depuis le début de l’exploitation de l’infrastructure, effective le 1er août 2013, le Sénégal a récolté 7000 Fcfa en 7 ans, renseigne Libération.

À signaler qu’Eiffage a obtenu la concession pour 30 ans. Eiffage, qui espérait des recettes de 107 milliards en 2019 pour l’exploitation de l’autoroute, en a récolté plus avec une somme avoisinant 143 milliards Fcfa, rappelle seneweb

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.