Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 25 novembre 2020

1- L’Archeveque de Dakar  Monseigneur Benjamin Ndiaye victime d’un usurpateur

L’individu a lancé une collecte de fonds sur la toile. Ce qui indispose l’Eglise sénégalaise qui a réagi à travers  son service de communication. « L’Archevêque de Dakar, Son Excellence Monseigneur Benjamin Ndiaye, n’a aucun autre compte ni page Facebook que Oficom. Oficom n’a jamais initié une collecte ni en son nom ni au nom d’une autre structure de l’archidiocèse. Un quidam caché derrière ce pseudo (« Mgr benjamin Ndiaye ») a initié, parmi tant de posts journaliers, une collecte de fonds auprès d’un groupe fermé. C’est la goutte qui fait déborder le vase », précisent-ils.

Et pourtant, sur ledit compte, il est bien mentionné «Archevêque de Dakar, Mgr Benjamin Ndiaye». Et l’homme publie très constamment des informations liées à l’Eglise, au Vatican, avec même des extraits de la bible. Des internautes, croyant que ce sont des écrits du patron de l’Eglise catholique sénégalaise, interagissent avec lui, selon Igfm.

2- Incendies au Sénégal : L’incroyable absence des bouches d’incendie : Une seule bouche d’incendie pour toute la région de Kédougou, une seule aussi au Port de Dakar

Pas moins de 70 incendies ont été dénombrés au Sénégal lors des 05 dernières années. Une annonce faite hier lors de la conférence de presse du gouvernement par Antoine Felix Diome et qui ne surprend presque pas les Sénégalais au vue des différents incendies notés ces dernières années.

« En effet le cadre réglementaire va travailler également en collaboration avec tous les partenaires intervenants dans ces marchés. Sur ce rapport, il sera intéressant de faire intervenir la direction de la protection civile mais également la brigade nationale des sapeurs-pompiers et les associations qui sont dans le secteur. » Cela va permettre de s’assurer de la sécurité et des raisons qui sont à l’origine des incendies des marchés, a conclu le ministre de l’Intérieur. La galère des sapeurs-pompiers est due à l’absence de bouches d’incendie comme c’est le cas au Port de Dakar et dans la région de Kédougou qui ne comptent qu’une seule.

3- Silence de Moustapha Cissé Lo : Les raisons connues

Selon L’Observateur, son marabout, Serigne Moussa Nawel Mbacké, lui aurait intimé l’ordre de faire profil bas et d’arrêter ses sorties virulentes contre le régime. Des médiateurs de l’ombre ont mené des négociations souterraines pour mettre fin à sa révolte.

La Première Dame s’est également beaucoup investie pour faire entendre raison à Cissé Lô. L’ancien vice-président de l’Assemblée nationale serait en petite santé depuis le mois de juillet dernier. D’après le journal, Cissé Lô est victime d’une fatigue physique et mentale qui l’éloigne du terrain politique.

4- Licences de pêche : Le Forum civil veut la publication de la liste des bateaux

Selon Birahime Seck, « une communication transparente dans le secteur de la Pêche requiert, tout au moins:

1. La publication de la liste (avec les immatriculations) des bateaux bénéficiant de licences dans nos eaux;

2. La publication des ressources obtenues avec l’attribution de licences de pêche;

3. La publication du rapport sur l’utilisation de l’appui financier issu du précédent accord avec l’UE.

NB: les tonnages de débarquement ne garantissent nullement la bonne santé de la pêche au Sénégal.

Les chiffres: (129 licences: pavillon Sénégalais et 31 licences pour l’Union Européenne) ne permettent pas de faire une vérification des immatriculations. (Birahime Seck du Forum Civil).

5- Violences contre les femmes : Plus de 50 cas signalés entre mars et septembre

La pandémie de la Covid-19 n’a pas seulement causé des dégâts économiques et sanitaires. Elle a également eu un impact réel sur les violences basées sur le genre, à savoir la violence conjugale, la violence   sexuelle,   le   mariage d’enfants et les mutilations génitales féminines. D’après la  présidente     de     la     Synergie     des Organisations de la Société civile (Sysc),   Penda   Seck   Diouf,   au moins une cinquantaine de cas ont   été   signalés   entre   mars   et septembre par le Comité de Lutte contre   les   Violences   faites   aux Femmes et aux Enfants (CLVF).Sans   compter,   ajoute-t-elle,   les cas enregistrés par les organisations de la société civile.

 La présidente de la Sysc, citée par L’Asnews, souligne en effet que le confinement a permis de noter une nouvelle forme de violence liée entre autres à la marginalisation,   la   stigmatisation,   la distanciation   intime   ainsi   que l’abandon   de   familles   chez   les femmes et les filles.

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.