Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 24 novembre 2020

1- Antoine Diome ministre de l’Intérieur  sur l’émigration irrégulière : « Le gouvernement n’a pas pour vocation à dénombrer les morts… »

La sortie du nouveau ministre de l’Intérieur lors de la conférence de presse tenue par le gouvernement ce matin, risque de soulever des vagues. Interpellé sur le nombre de jeunes sénégalais morts en mer et le dispositif mis en place avec l’Espagne, Antoine Diome a fait savoir que« le gouvernement n’a pas de chiffres sur le nombre de morts, on n’a pas assez d’éléments pour se prononcer et le gouvernement n’a pas pour vocation à dénombrer les morts mais plutôt à résoudre les problèmes des sénégalais ». Et sur la présence des espagnoles dans nos côtes, le ministre de l’Intérieur a révélé que « ce n’est pas nouveau ; ça date de 2006, un dispositif appelé Frontex a été mis en place depuis lors entre le Sénégal et l’Espagne pour combattre l’émigration irrégulière »

2- Cumul : Idrissa Seck sommé de choisir entre Thiès et le CESE

Le président du parti Rewmi se trouve en face d’une situation d’incompatibilité. En effet, Idrissa Seck  cumule son poste de président du Conseil économique, social et environnemental (CESE) avec son mandat de président du Conseil départemental de Thiès, informe Les Echos repris par seneweb.
Étant dans l’illégalité, il devrait démissionner de son poste. La loi organique N°96-11 du 22 mars 1996 relative à la limitation du cumul des mandats électifs, parcourue par Les Échos, stipule en son Article 2 que « la fonction de président de Conseil régional est incompatible avec les fonctions (président de l’Assemblée nationale, président du CESE, ministre, président de conseil d’administration d’une société nationale ou société anonyme à participation publique majoritaire, maire ou PCR, ambassadeur…).
Autrement dit, « à défaut d’option dans le délai imparti, le mandat acquis ou la fonction exercée à la date la plus récente prend fin de plein droit ».
Selon Ndiaga Sylla, « Idrissa Seck violerait la loi et n’a plus qu’une semaine pour démissionner de la présidence du Conseil départemental de Thiès ».

3- Pénurie d’eau à Dakar : « C’est la faute à Abdoulaye Wade », selon Serigne Mbaye Thiam

Bien qu’étant au pouvoir depuis 8 ans maintenant, le président Macky Sall n’est en rien responsable de la pénurie d’eau à Dakar. Ce qui se passe actuellement relève de l’incurie du régime libéral dirigé par Abdoulaye Wade. C’est en substance la réponse du ministre de l’Eau Serigne Mbaye Thiam sur la rareté du liquide précieux à Dakar.

« Le retard dans les infrastructures n’est pas imputable au président Macky Sall », soutient le socialiste.

D’après son rappel historique, c’est en 2009 que des études ont été faites sur les investissements à mettre en œuvre en perspective de 2012 pour prévoir un déficit. Il était alors prévu une troisième usine à Keur Momar Sarr et deux usines de dessalement de l’eau de mer.

« En 2011, le gouvernement du Sénégal a décidé d’interrompre ce processus pour aller faire une concession globale avec une société privée (SDE), sur la base d’un protocole d’accord signé en mai 2011. Le business plan de cette société privée avait montré quelques mois après qu’avec ce modèle de concession intégral, le prix de l’eau devait être augmenté d’environ 30%. Et le gouvernement a abandonné cette option », rappelle-t-il.

Et c’est justement cet aller-retour des autorités de l’époque qui, selon lui, ont fait qu’une fois au pouvoir, Macky Sall a trouvé un déficit non pas prévisionnel, mais plutôt réel. Il décide donc de proroger le contrat de la Sde et relancer la troisième usine de Keur Momar Sarr et les deux usines de dessalement.

« Ce sont des tergiversations sur des solutions structurantes à mettre en œuvre entre 2009 et 2011 qui ont amené ce retard », accuse le ministre.

Seulement, à partir de là, les choses ont encore tiré en longueur. Même si le ministre de l’Eau ne l’a pas dit explicitement. En effet, avoue Serigne Mbaye Thiam, les procédures avec les bailleurs ont duré jusqu’en 2015. Ce n’est qu’en 2017 que les appels d’offres ont été lancés après avoir monté les dossiers techniques.

Après cette phase, les contrats ont été signés en 2018 pour une livraison des ouvrages en 2019. Pourtant, on est à la fin de l’année 2020 et la troisième usine de Keur Momar Sarr appelée KMS3 n’est toujours pas livrée. Une autre omission de Serigne Mbaye Thiam qui rappelle peut-être la responsabilité pleine de Macky Sall dans cette pénurie d’eau. (Seneweb)

4- Grave incendie au Port

Un grave incendie s’est déclaré mardi au Port autonome de Dakar (PAD), selon Senego.  Un incendie d’une rare violence au Môle 10, que les sapeurs-pompiers tentent actuellement de circonscrire.  Les soldats du feu sont à pied d’œuvre depuis bientôt deux tours d’horloge. Les raisons du feu sont pour le moment inconnues, informe Senenews.

5- Macky Sall interdit aux ministres de parler du TER

Les membres du gouvernement devront arrêter de s’exprimer sur la mise en service du Train Express régional (Ter). Le chef de l’Etat ne veut plus qu’ils s’adonnent à cet exercice.

Plusieurs dates de mise en service du Train Express Régionale ont été avancées. Mais, jusqu’ici, aucune n’a été effective. A présent, le chef de l’Etat, Macky Sall, a interdit à ses hommes de faire des annonces en ce sens. C’est ce que rapporte le quotidien l’Observateur.

« Une date exacte de mise en service du TER a été retenue, mais il nous est interdit de communiquer là-dessus », a confié une source du journal Le Quotidien. L’exécution des travaux réalisés est évaluée à 95% et à présent, les autorités tablent sur le premier semestre de l’année prochaine 2021.

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.