Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 17 Octobre 2020

1 – Téléthon pour les déguerpis de Terme Sud : La SENTV annule l’émission, après les menaces du CNRA de lui couper le signal 

« Depuis 2012, la SEN TV organise des téléthons pour accompagner nos compatriotes en difficultés. Ces initiatives s’inscrivent dans un souci purement humanitaire pour aider les populations vulnérables. Il est important de rappeler que c’est l’unique raison qui a encore poussé la SEN TV à accompagner le maire Barthélemy Dias, d’organiser un téléthon pour les familles expulsées de Terme Sud. Seulement, les mises en garde du CNRA nous obligent à reporter ce rendez-vous du social », informe le communiqué rendu public ce matin par les services de Bougane Guèye Dany qui promettent un  rendez-vous « dans les prochains jours pour l’organisation dans les conditions idoines de ce téléthon pour aider ces Sénégalais désemparés et désœuvrés »

2 – Cybercriminalité : Le Sénégal 5ème pays le plus attaqué en Afrique

Le Sénégal est particulièrement vulnérable aux cyberattaques. Il se classe à la 5e place des pays les plus attaqués en Afrique. Dans le monde, le Sénégal occupe la 71e place.
Adjeoura Haikreo, enseignant et professionnel de la sécurité des systèmes d’information, qui en fait la révélation dans Le Soleil, signale que le phénomène des cryptovirus (logiciel malveillant qui vise à extorquer de l’argent) est très répandu à Dakar.
Aussi, il recommande vivement aux autorités sénégalaises de mettre en place une agence nationale de cybersécurité pour prévenir et faire face aux menaces dans le cyberespace.

3 – Victimes de la pandémie : Air France licencie 17 employés à l’AIBD

L’horizon s’assombrit pour le personnel de la compagnie Air France au Sénégal. Selon des informations de Guestuinfo, la compagnie aérienne française a licencié 17 de ses employés qui faisaient partie du personnel-escale à l’Aéroport international Blaise Diagne. La décision a été prise, hier jeudi, par une délégation dépêchée par la Direction générale d’Air France. Pour se justifier, la Direction a invoqué des « difficultés économiques » liées à la pandémie du Coronavirus. Mais les travailleurs ne sont pas convaincus par ces arguments qui soupçonnent la compagnie de vouloir supprimer la ligne Paris-Dakar. Cette décision de licenciement est d’autant surprenante que les travailleurs d’Air France n’ont pas reçu de préavis. Pour éviter probablement une bataille judiciaire, soufflent nos interlocuteurs, la Direction leur a  proposé un redéploiement au niveau de L.A. (Limak-Aibd-Summa), une société qui a en charge la société de gestion de l’Aéroport à travers un contrat de concession de 25 ans avec l’Etat. Mais cette proposition n’a pas, pour l’heure, été acceptée par les travailleurs qui pensent que la santé financière actuelle de L.A.S, « en difficulté », ne garantit pas leur avenir, selon Guestuinfo.com.

4 – APR : La CCR condamne les propos de Dembourou Sow

« La Convergence des cadres républicains (CCR) a suivi, avec stupéfaction et indignation la sortie de l’honorable député Aliou Dembourou Sow  relativement aux propos incitant à la violence,  et pouvant saper la cohésion nationale. La CCR condamne, avec la dernière énergie, de tels propos qui heurtent la bienséance et les valeurs cardinales sur lesquelles notre société s’est bâtie depuis plusieurs siècles. Ces genres de propos, qui n’honorent pas la République, doivent être définitivement bannis de nos comportements, surtout quand ils sortent de la bouche de hautes personnalités de l’Etat et d’acteurs politiques. En effet, quand on a la chance et le privilège d’être investi de responsabilités pour faire partie de ceux qui décident au nom du peuple, on a l’obligation d’avoir un comportement exemplaire, basé sur la retenue, la réserve et l’intégrité morale… »


5 – Guinée : Les médias interdits de donner les résultats de la présidentielle de ce dimanche

Dans un communiqué diffusé ce samedi, le ministre guinéen de la Sécurité Albert Damantang Camara « rappelle qu’aucune structure n’est habilitée à donner des résultats en dehors de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et de la Cour Constitutionnelle. « Aucune autre structure ou institution publique ou privée ne peut proclamer les résultats de l’élection présidentielle. Il est également interdit à tout citoyen, tout organe de presse écrite ou audiovisuelle, tout site internet, toute organisation de la société civile, toute organisation internationale, toute représentation diplomatique de publier ou communiquer un quelconque résultat avant les institutions nationales reconnues sous peine de poursuites judiciaires »

La rédaction de SenCaféActu

Les commentaires sont fermés.