Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 12 Juin 2020

1 – Covid-19 au Sénégal, 3100 patients guéris : Une belle bataille remportée sur la pandémie par le secteur sanitaire. Les personnels de santé sont en train de gagner peut être la guerre contre la pandémie au Sénégal, malgré les efforts anéantis par le relâchement et l’insouciance des populations. La bonne nouvelle du jour est que  106 patients qui étaient hospitalisés après avoir été infectés par le nouveau coronavirus sont « guéris » et « ont pu rentrer chez eux », ce vendredi 12 juin 2020. Ce qui porte à 824 le nombre de personnes sorties d’hôpital en une semaine, selon le décompte fait ce vendredi par  nos confrères de Dakaractu.  Avec 4 851 cas déclarés depuis le 2 mars, dont 3 100 guéris et sortis de l’hôpital, à la date du 12 juin 2020, le Sénégal affiche un taux de guérison record sur le continent. Un rebond du nombre de personnes ayant surmonté la maladie est noté. Depuis le début du mois de mai, rappelle Dakaractu,  le pays voit même son nombre de patients hospitalisés baisser, avec 1 694 cas sous traitement le 12 Juin, contre 1 838 il y a dix jours.  Malheureusement, ces beaux efforts et résultats sont annihilés par la circulation du virus surtout dans la région de Dakar, devenue, presque hors de contrôle. Pour preuve, sur  les 92 nouveaux malades  de ce vendredi, les 80 ont été détectés dans les districts de Dakar-Ouest (18), Dakar-Sud (5), Dakar-Nord (10), Dakar-Centre (11), Touba (6), Guédiawaye (13), Mbao (6), Rufisque (4), Pikine (3), Sangalkam (3), Thiès (1), Yeumbeul (1), Keur Massar (3), Diamniadio (3), Ziguinchor (1), Mbacké (1), Matam (2) et Kébémer (1).

2 – 100000 nouveaux cas en 18 jours, L’OMS s’inquiète de l’accélération des contaminations en Afrique et alerte : La vitesse à laquelle le nombre de cas confirmés de Covid-19 a doublé,  en moins de 20 jours, montre l’accélération de la propagation du nouveau coronavirus en Afrique, a averti, hier jeudi 11 juin, l’Organisation mondiale de Santé (OMS). Selon un décompte de l’AFP sur la base de sources officielles, la barre des 200 000 contaminations par le nouveau coronavirus en Afrique a été franchie mardi. “Il a fallu 98 jours pour atteindre la barre des 100 000 cas et 18 jours seulement pour franchir celle des 200 000”, a souligné la Dr Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, lors d’un point de presse par vidéo au siège de l’OMS à Genève.

3 – Pillage du littoral : Le ministre de l’urbanisme renvoie Barthélemy Dias dans les cordes. Abdou Karim Fofana, le ministre de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique  a exprimé, ce matin, son indignation contre les sorties de Barthélemy Dias. « Je voulais dire que je me sens très indigné par les déclarations du maire de Mermoz-Sacré Cœur, qui, quelque fois peut-être par des tergiversations politiciennes, s’attaque à la délimitation des communes, arrête des chantiers qui sont dans d’autres communes. Après, il s’attaque au siège de l’APR (Alliance pour la République, parti au pouvoir) pour dire qu’il n’y a pas eu d’autorisation de construire et qu’il n’y a pas eu de paiement. Beaucoup de tergiversations politiciennes où on n’arrive même pas à savoir quel est le but de sa manœuvre ». Selon AKF, « l’occupation du littoral ne date pas de 2012. Avant même l’indépendance du Sénégal, il y a une occupation traditionnelle du fait des pêcheurs et certaines populations qui ont l’habitude de vivre les pieds dans l’eau. Il y a aussi une occupation économique, d’intérêt public. Aujourd’hui qui n’est pas fier d’avoir dans sa ville un hôtel comme le Terrou-bi ou le Radisson ? Et, il y a aussi les occupations privées qui ont fait l’objet d’affectations. Mais de quelles affectations ? Et elles datent de quand ? Quand on parle des Mamelles , mais les baux ont été faits avant 2012. Les autorisations de lotir ont été signées en 2012 par la Ville de Dakar. Donc, on ne peut pas prendre toutes ces situations qui ont existé dans les années 2000 ou même avant, et où les débuts de construction ont commencé durant le magistère du président Macky Sall, nous dire que le régime brade le littoral. Ce n’est pas une vérité. Autre chose, les autorisations de construire données sur toute cette zone, c’est soit la Ville de Dakar, soit la Commune de Fann-Point E-Amitié, soit la commune de Mermoz-Sacré Cœur. Qui dirigent ces communes ? Ce sont des opposants au régime. Donc, il faut qu’on rétablisse la vérité ». Le ministre d’enchainer « les documents administratifs sont là. Si ces gens qui s’expriment surtout les hommes politiques et les maires ont une telle conviction sur la sauvegarde du littoral, ils n’ont pas à signer des autorisations de construire. J’en ai même entendu dire que la Cour suprême les oblige à signer une autorisation si une personne détient un titre. Mais depuis quand Barthélémy Dias a peur de la prison ? C’est une nouveauté ça. Donc, ce qu’il faut savoir aujourd’hui, c’est qu’il faut savoir raison garder. La Corniche Ouest du Boulevard de la République jusqu’à la Mosquée de la Divinité, c’est à peu près 16 Km, nous avons constaté qu’il y a à peu près 7 Km sur les 16 qui sont inoccupés. On doit se battre aujourd’hui pour avoir un projet d’aménagement concerté ».

En 2015, le président avait demandé à l’Ordre des architectes de faire un projet. Jusqu’à présent, on l’attend. Donc, la volonté d’aménager, elle existe. Encore le mal qui est fait au littoral, ce ne sont seulement des agressions en termes de construction mais c’est aussi la pollution. C’est aujourd’hui Soumbédioune avec les eaux usées. La dépollution de la Baie de Hann, c’est un projet du président Sall ».

4 – Les noyades reprennent : Deux adolescents emportés par les eaux à Guédiawaye. Malgré les alertes des associations engagées dans la lutte contre les noyades à Guédiawaye, deux jeunes adolescents, âgés de 18 et 19 ans, se sont noyés hier à la plage de Malibu à Guédiawaye. Leurs corps n’ont pas encore été retrouvés jusque-là, selon senego.  Il faut dire également qu’en cette période de forte canicule, les plages sont souvent prises d’assaut par les populations à la recherche d’air frais. Et cela, au grand mépris des règles de distanciation, avec des rassemblements interdits dans ce contexte de lutte contre le Coronavirus.

5 – Bradage du littoral : Le Procureur saisi par les organisations la Raddho, Amnesty International et la Ligue sénégalaise des droits humains.  « Nos organisations appellent à un audit de tous les bâtiments implantés sur le littoral du Sénégal, en commençant par la région de Dakar. Elles demandent au procureur de la République d’ouvrir immédiatement une enquête aux fins d’identifier toutes les personnes impliquées dans des actes illégaux d’accaparement des terres du littoral, afin qu’elles répondent de leurs actes devant la justice», ont-ils déclaré. Ces organisations disent être «préoccupées par le déclassement abusif des terres du littoral, domaine public maritime, bien commun inaliénable du peuple sénégalais, et leur attribution à des personnes physiques et morales privées ». Car, pour les défenseurs des droits humains, cette situation, qui dure depuis des décennies, a entrainé une prolifération d’édifices privés sur la corniche qui ont gravement dégradé l’environnement et le cadre de vie dans la capitale Dakar notamment. « La récente tentative de construction d’un hôtel sur les flancs de la colline qui abrite le phare des Mamelles constitue une agression intolérable contre notre patrimoine national », ont-ils notamment regretté. A ce titre, « elles appellent à l’adoption sans délai d’une loi consacrée à la gestion et à la protection du littoral que les acteurs ne cessent de demander depuis 2014 », lit-on dans le communiqué repris par seneweb.

Adama Sow

Les commentaires sont fermés.