Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 2 Juin 2020

1 – Situation du jour : les détails par district et zone


2 – Des jeunes mettent le feu à Touba, une première : Les chauffeurs, transporteurs, apprentis et ouvriers ont clairement montré leur ras-le-bol ce matin du mardi 02 juin par rapport à l’état d’urgence et au couvre-feu qui, disent-ils, les empêchent de travailler. C’est massivement qu’ils sont sortis, violant la sacralité de la cité religieuse, pour incendier des pneus et lancer des pierres aux policiers. Selon Moustapha Mbaye de Dakaractu Mbacké, les manifestants menacent d’incendier le poste de police qui se trouve sur le tronçon Mbacké-Touba.

3 – Le ministère de la Santé et de l’Action sociale informe, que dans le cadre de la gestion de l’épidémie à coronavirus, le point bilan de ce mois se tiendra le Vendredi 05 juin 2020, à partir de 10H, selon le format habituel. Abdoulaye Diouf Sarr a choisi de faire un bilan de la lutte contre la pandémie covid-19 chaque début de mois. Compte tenu de la coïncidence avec la date qui était retenue pour la réouverture des classes, Diouf Sarr a reporté son face-à-face avec les sénégalais à vendredi prochain.

4 – Moustapha Diakhaté demande  de tester tous les enseignants et leurs familles : L’ancien parlementaire a fait proposition ce matin sur sa page facebook. « Avec une maladie aussi contagieuse que la covid-19, les conditions désastreuses, dans lesquelles le personnel a été convoyé, ne pouvaient que déboucher sur la propagation de la maladie et mettre en danger les enseignants, leurs familles et les élèves.  A l’instar de Ziguinchor, tous les enseignants qui ont été convoyés et leurs familles doivent être testés pour réduire tout risque de contamination. Dans le cadre du combat pour endiguer la propagation de l’épidémie, il urge d’alourdir les sanctions pour non-respect du port de masques dans l’espace public avec forte amende et prison ferme à l’encontre des contrevenants », a-t-il préconisé.

5 – Dr Babacar Niang  DG de SUMA assistance « Les chiffres sur la pandémie au Sénégal sont faux, bientôt on sera à 15000 cas ».  Selon ce médecin-urgentiste qui s’est confié au quotidien Le Témoin, dans quelques jours, il faut s’attendre au doublement voire au triplement des cas confirmés. « On sera bientôt à 15 000 cas au bas mots, par défaut car la situation est loin d’être maîtrisée surtout avec les cas communautaires que j’appelle les cas incontrôlables ». A en croire Dr Babacar Niang, les chiffres donnés par les autorités sont à prendre avec des pincettes. « Si on tient compte de ce que j’appelle les déserts médicaux, la stigmatisation et pour ceux-là qui n’ont pas les moyens d’aller se faire soigner, le cas des établissements de santé qui font leurs tests sans bruit, les ressortissants français qui le font au niveau de la marine française et les Etats-Unis qui le font au niveau de leur Ambassade, … je me dis que sur les chiffres, il y a problème ». Au-delà de ces « chiffres biaisés », dit-il, au niveau local et particulièrement pour le cas de Dakar qui hante aujourd’hui le sommeil des autorités, « on doit isoler certaines villes en créant des zones rouges, des zones oranges et des zones vertes ». Des mesures adaptées à la situation de l’heure comme cela se fait ailleurs comme en Chine qui a réussi l’expérience.

Adama Sow

Les commentaires sont fermés.