Le Café qui réveille l'Info

Top 5 du 31 Mai 2020

1 – Abdoulaye Diouf Sarr dément toute brouille avec le Professeur Seydi : Invité à l’émission Jury du dimanche de Mamoudou Ibra Kane, il a démenti toute brouille entre lui et le professeur Moussa Seydi. « Il n’y a jamais eu de brouille entre nous. On n’est pas dans ce type de rapport dans le cadre de la lutte contre la gestion de la pandémie du Coronavirus », a déclaré Abdoulaye Diouf Sarr qui rassure n’avoir jamais dit stop au professeur Moussa Seydi. A l’en croire, ils ont les meilleurs rapports et, quand on a un certain niveau de responsabilité on ne gère pas les spéculations.

2 – Contrat Akille-Senelec : Le DG Amadou Ly révèle que les négociations avec la Senelec vont démarrer les jours à venir. Invité du Grand jury de la RFM ce dimanche, le boss de Akilee a annoncé qu’ils sont prêts à aller à la table de négociations pour discuter avec la direction de la Senelec sur des aspects de renégociations du contrat, d’autant plus qu’avec l’évolution technologique, il faut revoir certaines dispositions.

3 – Touba repart en guerre contre la dépigmentation et le port des greffages : Safinatoul amane a arrêté plusieurs femmes qui ont enfreint les instructions du khalife général Serigne Mountakha Mbacké. Après quelques semaines de relâchement, la dahira a repris ses opérations coup de poing dans la ville sainte, informe notre consoeur Marema Diop correspondante de la Rfm à Touba-Mbacké. Toutes les femmes dépigmentées ou portant des greffages seront systématiquement arrêtées, selon le porte-parole de Safinatoul amane.

4 – Cap Skirring : le calme est revenu, la ville encerclée par les forces de l’ordre : Les jeunes qui étaient arrêtés suite aux affrontements avec les forces de l’ordre ont été libérés après une brève garde-à-vue à la brigade de gendarmerie. Ils sont convoqués après la fête de Pentecôte pour la suite des auditions. Le ministre de l’hydraulique Serigne Mbaye Thiam a annoncé la signature mardi du contrat avec l’entreprise qui va assurer les raccordements qui permettront aux populations du Cap Skirring de disposer d’eau potable. Mais la ville est toujours sous tension avec l’encerclement des forces de l’ordre qui procèdent à des contrôles systématiques d’identité.

5 – Dans les coulisses de la visite des autorités sanitaires chez les malades asymptomatiques hospitalisés : Le Pr Seydi, connu pour son franc-parler, n’a pas fait dans la langue de bois face aux patients qui veulent coute que coute rentrer chez eux.

« Il y a une durée médiane de guérison. Mais, certains guériront plus vite. D’autres moins vite. Pour les malades que nous avons à Dakar, par exemple, l’un d’entre eux est guéri en 5 jours. Un autre a mis 40 jours pour guérir. Donc certains guériront vite, d’autres moins vite. Il vous faudra comprendre cela. Quand on vous dit  « dans dix jours vous sortez », cela ne veut pas dire que c’est dix jours pour vous tous », rappelle le Professeur, qui insiste « Par exemple, il y a un patient qui a contracté la maladie,  qui a contaminé son père. Il est guéri mais son père est décédé. Vous entendez des cas de décès de personnes qui ont 60 ans, 58 ans etc. Qui veut que son père, qui a 50 ans ou 70 ans meurt ? Personne ne souhaite cela. Notre façon de vivre, ici au Sénégal et les conditions de vie en Europe sont différentes. En Europe, même le nouveau-né a sa propre chambre. Nous ici, une chambre peut contenir jusqu’à  cinq personnes. Et quand vous êtes malade, les gens viennent vous rendre visite. C’est pourquoi on s’est dit, que tant que c’est possible, il faut sortir les patients de leurs familles pour protéger les autres. Parmi vous les patients, si certains ont encore le virus sa virulence est moindre. Parce que la maladie n’est pas virulente chez les jeunes qui n’ont pas de comorbidités. Ce sont les personnes âgées et ceux qui ont d’autres maladies comme l’asthme etc. qui en pâtissent le plus. C’est donc pour protéger ceux-là qui ont des comorbidités et les personnes âgées que nous faisons cela. Vous pensez que l’Etat peut dépenser beaucoup d’argent, paralyser l’économie, sur des broutilles. C’est impossible. Ce que vous vivez, c’est normal que cela vous fasse mal. Parce que, rester enfermé une seule journée c’est déjà difficile. Dix jour, ça l’est encore plus. »

Adama Sow

Les commentaires sont fermés.