Le Café qui réveille l'Info

CORONAVIRUS : Alerte à la violation des droits des travailleurs !

Une situation dramatique qui est en train de détruire la vie de dizaines de sénégalais en cette période de pandémie : les licenciements abusifs ou simplement les suspensions arbitraires de salaires effectués par les employeurs.

En l’espèce, une dizaine de femmes et filles travaillant comme nounous et techniciennes de surface dans un établissement privé d’éducation (crèche, préscolaire et primaire) de Dakar nommé LE POUCINET ( Sicap Foire, DAKAR) ont été convoquées hier (mercredi 06 mai 2020) par la directrice. Cette dernière n’a rien trouvé d’autre que de leur notifier leur mise en chômage technique jusqu’au mois de septembre, avec suspension du versement de leurs maigres salaires de 50.000 FCFA jusqu’à cette date, au simple motif que les affaires ne marchent plus pour elle.  Imaginez la désolation de ces mères et soutiens de familles qui ne savent plus à quel saint se vouer en ces temps de précarité ! En plus, aucune de ces employées ne bénéficie d’un contrat de travail écrit, ni de bulletin de salaire, alors que certaines d’entre ces pauvres sénégalaises ont fait plus de dix (10) ans dans cette structure.

Suspension du versement de leurs maigres salaires de 50.000 FCFA

Cet abus de la part de l’employeur est une violation flagrante du Code du travail, mais également de la récente ordonnance prise par le Chef de l’Etat interdisant le licenciement d’employés sauf pour faute lourde, et qui enjoint au employeurs de s’acquitter du paiement des salaires des employés au moins à hauteur de 70% du salaire net.
Je voudrais attirer l’attention des autorités sur ces situations de violations de lois que beaucoup de travailleurs sont en train de vivre sans qu’aucun suivi ne soit exercé par l’autorité. Face à cette précarisation de la situation déjà difficile des sénégalais en cette période de pandémie, il faut que force reste à la loi.

Par Manga Siga NDIAYE
Assistant social

Les commentaires sont fermés.