Le Café qui réveille l'Info

Top 5 de la mi-journée du 29 avril 20

1 – Les agents de la santé au front contre la Covid-19 primés : Les autorités ont tenu leurs promesses de motiver financièrement tous les agents de santé qui se battent nuit et jour contre le coronavirus, dans des conditions parfois difficile. Le ministre de la santé Abdoulaye Diouf Sarr a rendu publique ce matin, le montant de la prime exceptionnelle que le Chef de l’Etat donne à chaque agent. Ainsi, les 7mille agents disséminés dans le territoire du pays et qui se battent, percevront désormais, à la fin du mois une prime de 50mille francs.

2 – L’ordonnance surprenante du Dr Moussa Thior, ex coordonnateur du Programme national de lutte contre le paludisme « laissez les gens circuler pour faire circuler le virus »

Le docteur a demandé aux autorités de l’Etat de changer leur manière de communiquer sur l’épidémie avec notamment le semi-confinement imposé aux populations. « Il n’y a pas lieu d’avoir peur des cas communautaires », tranche d’emblée l’invité de Alassane Samba Diop sur Itv. Au contraire, recommande Dr Thior, « il faut favoriser la circulation des gens, utiliser les mesures barrières, mettre en place un bon système de surveillance épidémiologique et le renforcer, ce qui est déjà existant. Ensuite protéger les groupes vulnérables. Mais, dit-il, on n’a pas besoin d’ameuter les gens avec les cas communautaires. Dans le cadre d’une maladie comme la corona, les cas communautaires, c’est une très bonne chose, je pèse mes mots. Il faut laisser le virus circuler, ça va contribuer à développer l’effet de protection de masse. Il faut arrêter de faire peur aux gens. Cas communautaires, autochtones ou cas contacts, ce n’est qu’une classification, c’est à usage technique et ça doit rester dans la salle de situation épidémiologique« , martèle Moussa Thior.

3 – Le chiffre inquiétant de Mamadou Lamine Diallo de Tekki sur le nombre de sénégalais décédés du coronavirus à l’étranger : Selon le député, il y aurait 80 sénégalais décédés du Covid-19 à l’étranger laissant leurs familles et amis dans le désarroi. Le leader de Tekki demande aussi au gouvernement de respecter la mémoire des défunts en rapatriant leurs dépouilles. MLD maintient, dans le journal les Echos, que « L’OMS a sorti un guide pour le traitement des corps des personnes décédées du Covid-19. Elle n’a jamais demandé l’interdiction de les transférer dans leurs pays d’origine ou du choix des familles »


4 – Aar li nu bokk et Noo lank se plaignent des prix des masques vendus en pharmacie et saisissent Abdoulaye Diouf Sarr : C’est par le biais de leurs avocats, que les activistes ont écrit à Diouf Sarr : « Nous venons par cette présente lettre, mandatés par Noo Lank et Aar li nu bokk, attirer votre attention devant l’augmentation du prix des masques vendus dans les pharmacies. Nous avons été informés que le paquet de 50 masques coûtaient maintenant 50.000 francs CFA soit 1.000 francs CFA le masque alors qu’il n’y a guère longtemps ce même masque coûtait 50 francs CFA. Nous en avons achetés 15 pour le montant de 15.000 francs CFA. Comment pouvez-vous rendre le port du masque obligatoire en laissant cette situation prospérer ? A travers cette lettre, nous venons informer vos services de cette situation. Nous protestons également contre l’augmentation des prix des masques qui aura pour effet de les rendre difficilement accessibles aux populations alors qu’ils constituent le principal rempart contre la Covid-19.

5 – Le prêcheur, accusé d’avoir infecté 25 personnes à Sédhiou,dément être malade, se dit stigmatisé. Voici son récit étonnant raconté à nos confrères de Emedia.

« Je suis arrivé de Louga le 02 avril dernier et je suis allé directement à l’hôpital de Sédhiou pour un contrôle sanitaire car j’avais fait un accident de voiture un peu avant à Louga. Une fois rassuré que je n’ai rien, je suis rentré la nuit du 06 avril en toute responsabilité au village quatre jours après », raconte l’enseignant d’arabe.

Il explique également que « plus  de vingt jours plus tard, ce vendredi 24 avril je suis venu animer une émission dans une radio de la place à Sédhiou et je suis rentré vers 18 h à Manconomba. Un aller-retour en moto sous le soleil et en plein jeûne. Après la rupture de mon premier jour de ramadan, j’ai senti une chaleur à travers le corps. C’est normal d’après le trajet et l’effort que je viens de faire en plein ramadan », dit-il. 

Et de renseigner qu’il est  allé au dispensaire du village pour une prise de température. Arrivé sur les lieux, sa température était de 38 degrés et c’est par la suite qu’il est rentré. 

Quelques minutes plus tard, narre t-il, alors que ma famille et moi faisons notre « Nafila », le maire de la commune débarque chez moi en me disant qu’il y a une personne qui cherche à me joindre au téléphone. « Je lui ai alors dit de me filer le numéro de ce dernier pour que je l’appelle. Il se présente comme étant médecin et me fait savoir que l’infirmière et le maire lui ont fait savoir que j’ai une forte température et qu’il voudrait venir pour me faire un test le lendemain. Je lui ai dit que c’est pas la peine. Je me rendrai à la première heure à Sédhiou. »

Toujours dans son récit, il fait savoir que le lendemain, ce n’est qu’à 09h 43’ que deux agents sont venus le prendre en charge. « Ils m’ont fait un prélèvement et je leur ai même demandé pourquoi ils n’ont pas pris à nouveau ma température. Ils m’ont répondu qu’ils n’ont fait que ce qu’on leur a demandé. Je suis alors rentré. Vers les coups de 20 h, quelqu’un m’appelle au téléphone pour me dire que le test est positif. L’ambulance est passé me chercher et on m’a amené à Kolda. Je suis entré dans ma chambre à 00 h 7 mn et je n’ai eu droit à une visite qu’à 11 h 47 , même pas une bouteille d’eau à boire », a-t-il fustigé. 

« Ce qui m’a le plus choqué, c’est, du vendredi au dimanche à 11h 47, je n’ai vu l’ombre d’un médecin encore moins reçu un supposé soin pour quelqu’un que vous considérez malade. Je ne suis pas malade et je ne sens aucune gêne en moi. Je ne dénigre pas la maladie parce que je suis conscient de sa réalité mais je suis pas pour la stigmatisation (figurez-vous que quelqu’un a appelé à Sedhiou pour leur parler de mon retour alors que j’ai commencé par là-bas avant de rentrer au village) et la légèreté dans la gestion d’une telle question peut tuer tous les efforts entrepris jusqu’ici », a regretté le prêcheur. 

Selon lui, le COVID-19 ne doit pas être un moyen politique pour faire du tapage médiatique et créer de la psychose chez les populations. « Nous avons salué le personnel médical depuis le début, maintenant il ne faut pas que leur avis professionnel soit dicté par des avis politiques. Les gens vont tomber malades et personne ne voudra aller à l’hôpital craignant que leur maladie soit assimilée au coronavirus, ce qui ne va créer que d’autres complications. »

« Dans tous les cas, je suis un musulman croyant et Allahou akhlam (Dieu sait tout). Si j’étais malade, si je ressentais une petite gêne, je serais le premier à le déclarer. Ma notoriété dans cette région ne me permet pas cette imprudence. C’est bizarre que dans ma maison qui compte près d’une centaine de personnes, il n’y ait pas de contamination », a t-il soutenu. 

« Mais bon, chacun fera face à ses actes d’ici ou dans l’au-delà. Je me faisais un peu de souci pour l’accident de voiture que j’avais eu en début de mois mais là je me sens aujourd’hui plus en forme que jamais. A la population de Manconomba, je leur demande de ne pas céder à la panique et de rester concentrée sur le Ramadan tout en respectant les mesures d’hygiènes sanitaires », a t-il conseillé. 

« Allah est le seul maitre et voit et sait tout avant même qu’il ne soit. Que Dieu vous garde contre le mal de l’esprit et de tout autre du genre », prêche-t-il. 

Adama Sow

Les commentaires sont fermés.