Le Café qui réveille l'Info

SenCaféActu du 24 Avril 2020

1 – Macky Sall maintient les horaires du couvre-feu : Malgré la pression de certaines organisations islamiques, le Président de la république a maintenu les horaires du couvre-feu entre 20h et 6 du matin ; cette décision maintient ainsi la fermeture des mosquées, privant les fidèles musulmans des fameux nafilas collectifs. A l’instar des autres pays musulmans, le Sénégal observera un ramadan confiné.

2 – Pr CoumbaTouré Kane de l’IRESSEF démontre que les tests massifs décentralisés sont bien possible : A en croire la spécialiste, le Sénégal dispose de plus de 40 machines Dielesper disponibles dans les districts du pays pour effectuer des tests fiables et rapides du coronavirus avec des résultats obtenus en l’espace de 2 heures. Pr Kane intervenait dans le cadre de l’émission Urgences de la 2Stv.

3 – La prise en charge d’un cas grave atteint du coronavirus en réanimation coute plus de 500 mille francs par heure : C’est la révélation faite à notre consœur Fatou Kiné Dème de la TFM par  Mamadou Diarra Bèye directeur du Samu national. Les malades du Covid-19 ne peuvent pas être mis ensemble avec les autres types de malades, les cas graves malades du virus coutent des moyens hors de portée de nos pays.

4 – Ramadan : Le Sénégal débute officiellement le ramadan à partir de demain samedi selon l’avis de la commission nationale d’observation du croissant lunaire. Si les grandes confréries du pays vont dans le sens de la commission nationale, d’autres sénégalais ont décidé d’observer le jeune à partir de ce vendredi. Dans le monde,  plusieurs pays débutent le jeune aujourd’hui. Des pays comme l’Arabie saoudite, , la Cote d’Ivoire, la France, les Émirats arabe unis, tout comme la Tunisie, l’Égypte, le Qatar et le Yémen, annoncé hier qu’ils observent le ramadan à partir de ce vendredi.

5 – Conseil des ministres : Le Chef de l’Etat demande un changement de cap de la communication sur l’épidémie au Sénégal : Face à l’évolution inquiétante de la maladie et surtout face aux comportements à hauts risques des populations, Macky Sall « a insisté, auprès du ministre de la Santé et des autres membres du Gouvernement, sur l’impératif de prendre des mesures appropriées  pour  freiner la transmission communautaire sur le territoire national. A cet effet, il a insisté sur l’urgence de bâtir une communication et une sensibilisation adaptées  en direction des populations »

6 – Alerte qui va faire du bruit  autant chez les femmes que chez les hommes : le gel hydro-alcoolique causerait des problèmes de santé. Selon des spécialistes interrogés par  l’Obs ; « il peut altérer la qualité du sperme chez l’homme et entrainer des fausses couches chez la femme ». L’usage de certains gels et aussi avec du savon causerait des problèmes de santé.

7 – Le préfet de Guédiawaye ferme 82 daaras et renvoie les talibés chez eux : C’est le nettoyage dans la commune de Wakhinane Nimzatt avec la décision courageuse du préfet de Guédiawaye et des autorités municipales qui ont procédé hier à la fermeture de 82 daaras. Les talibés sont logés au centre de sauvegarde en attendant de les ramener en famille.

8 – Plan de contingence contre le coronavirus : Les professionnels de la santé du privé dénoncent leur mise à l’écart : Le médecin privé Serigne Falilou Samb a dénoncé hier sur le plateau de la 2Stv, la mise à l’écart et l’ostracisme dont les médecins du privé sont victimes dans la lutte contre le Covid-19. Interrogé par notre confrère Moussa Sène, Dr Samb a annoncé que les privés peuvent participer au dépistage et à la prise en charge des patients pour soulager le service public. Il dit ne peut pas comprendre leur mise à l’écart malgré les compétences que regorge le privé national.


9 – Pr Seydi en visite à Ziguinchor relève que « le service de réanimation n’est pas aux normes » : Selon le Professeur,  « Les médecins font leur travail de la meilleure manière possible. Mais, j’ai constaté quand même qu’il y a quelques petits problèmes au niveau par exemple des équipements. Je peux donner l’exemple du service de réanimation qui n’est pas du tout fonctionnel, qui n’est pas construit selon les normes alors que quand on gère ce genre de maladie, on doit prévoir le pire. Donc, il faut être capable de prendre en charge tous les types de patients. Je promets de remonter l’information  auprès du Pr Bèye, qui est le responsable de la partie réanimation au niveau du Sénégal, et au niveau du ministère de la Santé »

Les commentaires sont fermés.