Le Café qui réveille l'Info

Top 5 de la mi-journée du 25 février 2020

1 – Dakar et une bonne partie du Sénégal sous un voile de poussière : Les citoyens ont été surpris par la vague inédite de poussière qui s’est propagée du Nord au Sud du Sénégal ce mardi matin. Beaucoup de gens déplorent l’alerte timide et mal diffusée de l’Anacim qui se contente d’un communiqué laconique envoyé juste à quelques médias souvent anonymes. D’ici jeudi,  il est vivement conseillé d’éviter les activités en extérieur, de ne pas respirer par la bouche, de fermer et isoler les intérieurs, de beaucoup boire de l’eau, de faire attention aux visibilités réduites

2 – Le Sénégal face au coronavirus : Tous les sénégalais doivent faire bloc pour éviter la propagation du virus au Sénégal. C’est un véritable cri du cœur que le Dr Alyose Diouf directeur de cabinet du ministre de la santé, a lancé ce matin au micro de Souleymane Niang. Le Sénégal a déjà anticipé sur une éventuelle arrivée du virus dans le pays. Selon Dr Alyose Diouf, pour gagner le combat, tous les sénégalais et étrangers résidant au Sénégal doivent être prêts à contribuer de par la prévention et la vigilance


3 – Exercice d’attaque terroriste, Dakar se prépare à toute fin utile : Un exercice de simulation d’attaques terroristes se tiendra jeudi à partir de 10 heures, au Grand Théâtre de Dakar. Cet exercice est organisé dans le cadre du plan d’action 2020, du Cadre d’intervention et de coordination interministériel des opérations de lutte anti-terroriste (CICO), indique le texte. Il ajoute que le ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, tiendra un point de presse à la fin des opérations (14 heures), pour faire le bilan de l’exercice, annonce un communiqué repris par l’Aps

4 – Des employés sénégalais interdits de parler wolof dans leurs bureaux à Dakar : Selon le site de radio-canada, l’arrivée de Fatima Houda-Pepin a plongé la Délégation générale du Québec de Dakar dans un climat délétère. Et ce ne sont pas les employés sénégalais qui diront le contraire. Sous prétexte que le français est la langue de travail au Québec, le personnel local est interdit de parler wolof à l’intérieur des bureaux de la Délégation.

5 – Les Lébous déchirent le décret de  Macky Sall sur les dénominations de leurs lycées : Ouakam préfère un dignitaire lébou à la place de Amath Dansokho. A Yoff, l’incompréhension est totale puisque « l’oubli » par rapport à Mamadou Diop, l’ancien maire de la capitale et premier édile de la commune d’arrondissement éponyme est dénoncé avec vigueur. A Mbao, le choix est plus terrible encore puisque toute la contrée attendait que Demba Seck donne son nom au lycée de la localité. A Rufisque, les partisans de Mbaye Jacques Diop ne sont pas contents non plus, informe le Témoin


Les commentaires sont fermés.